Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Hicham-1.jpg

 

Hicham Ibni Oumar Mahamat   : « On retiendra de la disparition de notre père qu’il a lutté pour un Tchad meilleur pendant que des ignorants et des brutes de la pire espèce assoiffés par le sang ont conspiré pour l’assassiné. »

 

Dr Ibn Oumar Saleh était l’un des principaux animateurs de l’opposition démocratique et paficique au Tchad. Lors des événements du 02 février 2008 de Ndjaména, il a été enlevé à domicile devant sa famille par des éléments  de l’armée tchadienne venus avec des véhicules, identifiés  par les  habitants du quartier par leur  immatriculation appartenant à la  garde présidentielle d’Idriss Deby.

De plus, les différents rapports de sérieuses organisations de défense des droits l’homme qui interviennent sur le Tchad, ont également confirmé de ce ’enlèvement  et appuyé les témoignages faits par des proches et amis de l’opposant.

Trois(3),ans , la disaparition du Dr Ibni Oumar Mahamat Saleh, ses fils, ses amis soutenus par des mouvements associatifs, des hommes politiques ,  députés français et d’autres nationalités, restent mobilisés à la recherche de vérité.

C’’est dans cette dynamique, que son fils Hicham Ibni Oumar Mahamat Salej, s’est prêté aux questions de notre rédaction pour donner son opinion sur sa disparition et situer la responsabilité des différents acteurs impliqués dans cette affaire triste qui continue à faire couler et de salive aussi bien au Tchad t à l’actualité.

 

Entretien exclusif ave c Hicham Ibni Oumar Mahamat Saleh.

 

 

-          Blog de Makaila : Bonjour M. Hicham ! depuis le 02 février 2008, vous êtes sans aucune nouvelle  de votre père, le  Pr Ibni Oumar Mahamat Saleh, par ailleurs, leader du Parti pour les Libertés et le Développement (PLD) et porte-parole de la Coordination des Partis  pour la Défense de la Constitution (CPDC).  Que retiendriez-vous  de sa disparition et  à quel niveau situez-vous la responsabilité du régime d’Idriss Deby ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : Bonjour Makaila, cette disparition comme nous l’avons dit à plusieurs reprises nous chagrine et au delà même de ce chagrin nous montre clairement l’état d’esprit d’Idriss Deby et de son clan. J’irai même plus loin en décriant le silence et l’indifférence complice de l’opposition et des intellectuels tchadiens qui, comme on le constate, sont passés a autre chose.

 

La responsabilité du régime d’Idriss Déby a été clairement établie par les différents rapports d’Amnesty International, de Human Rights Watch et enfin le rapport de la commission d’enquête sur les événements du 3 Février 2008. On retiendra de la disparition de notre père qu’il a lutté pour un Tchad meilleur pendant que des ignorants et des brutes de la pire espèce assoiffés par le sang ont conspiré pour l’assassiné. Il faut savoir que ses idées resteront malgré leur acte ignoble car nous nous évertuerons à véhiculer des idées de paix et de concorde pour notre pays tant aimé.

 

Il faut savoir qu’au Tchad, n’importe quel malotru ne peut pas attenter à la vie d’un chef de l’opposition sans que des ordres venant du chef de l’Etat lui ait été signifiées. Alors nous ne démordrons pas de notre idée première qui est que la responsabilité ultime de l’enlèvement, de la probable torture et de l’assassinat de notre père a été orchestré par Idriss Déby, s’il ne l’a pas lui-même exécuté.

Blog de makaila : en juillet 2010, il a fallu un travail du lobbying  et de plaidoyer mené par M. Gaëtan Gorce, député socialiste, pour que l’Assemblée nationale française vote une résolution contraignant Paris  à faire pression sur Idriss Deby à accepter une enquête  ouverte aux experts internationaux. Où en est-on aujourd’hui avec celle-ci (enquête internationale) ?

-          Hicham Ibni Oumar : La France s’est toujours ingérée dans les affaires africaines à quelque niveaux que ce soit, le travail du Député Gorce est louable car allant à l’encontre des idées véhiculées par le gouvernement français du moment. On l’a bien vu avec Ben Ali en Tunisie, le gouvernement Sarkozy est attaché à protéger et à préserver le pouvoir de dictateurs au détriment des aspirations du peuple, le vrai, pas celui des rouages de l’Etat. Nous attendons le rapport des experts que l’Union Européenne et l’OIF ont dépêché au Tchad pour avancer dans les différentes procédures tant judiciaires qu’administratives. Il faut tout de même savoir que des manœuvres dilatoires ont été  multipliées pour empêcher le déroulement des enquêtes dès les premiers jours de cette affaire.

 

-          Blog de makaila : de nombreux observateurs  tchadiens et étrangers  identifient également  la responsabilité de  la France dans l’enlèvement de votre père. Ces derniers soutiennent que les militaires français qui avaient sous leur contrôle la capitale Ndjaména, n’avaient  pas suffisamment assuré la protection ni la sécurité de votre père  malgré sa qualité de leader d’un parti d’opposition démocratique et pacifique. Que dites-vous ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : Il est une évidence que la France était aux commandes aux cotés de Déby pendant les événements de Février 2008 au Tchad, une déclassification des différents télégrammes et documents attestant de ce fait serait une avancée pour augurer du niveau de responsabilité de la France dans cette affaire déplorable et abjecte. Maintenant reste à savoir quels étaient les mobiles de l’inertie du gouvernement français quand les opposants démocratiques tchadiens et en particulier quand notre père à été arrêté.

 

-          Blog de makaila : en termes de mobilisation, d’aucuns vous reprochent d’avoir freiné le rythme de pression sur le régime tchadien et que vous vous  réveillez annuellement pour rappeler à l’opinion publique l’anniversaire de la disparition de votre père. Qu’en pensez-vous ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : Nous ne donnons aucun frein à notre mobilisation quant à cette affaire. Ceux qui le croient, devraient se renseigner beaucoup plus. Comme je l’ai souvent affirmé, combattre des gouvernements n’est pas chose aisée, cela demande des moyens conséquents et des soutiens infaillibles. Bien entendu, nous avons des soutiens parmi les ONG des droits de l’Homme et des députés socialistes français mais cela est-il suffisant face à une dictature pétrolière parrainée par un gouvernement occidental qui prend à la légère les souffrances d’un peuple tout entier. Nos plus grands soutiens, en l’occurrence les opposants tchadiens sont muets et dociles à souhait envers le régime de Déby, d’aucuns se complaisant dans des postes ministériels et des positions incongrues, d’autres affirmant avec force avoir été détenus seuls ( et là je cite Lol Mahamat Choua dont nous récusons totalement les dires, à moins qu’il ait eu un Alzheimer, il a été détenu dans les mêmes locaux que notre père et son plus grand courage politique aurait été d’avouer cela à la presse dès les premiers jours car cela aurait été le déclic permettant d’inculper le pouvoir tchadien sans avoir même à enquêter). Se mobiliser durant toute l’année nous est difficile car nous avons à nous occuper également des responsabilités léguées à nous après la disparition de notre père mais soyons clairs, nous ne lâcherons rien et cette disparition ne restera pas impunie je peux vous l’assurer.

 

-          Blog de makaila : en Afrique, plusieurs juridictions sous-régionales  sont compétentes pour  traiter des dossiers se rapportant aux crimes d’Etat et autres actes des violations de droits de l’homme. Nous pensons à la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP).

-          Avez-vous envisagé, la saisine de celle-ci pour réclamer justice au plan international dés lorsque la justice tchadienne est tenue en laisse par le régime de Ndjaména ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : Vous avez bien raison de dire que la justice tchadienne est pieds et mains liée. Nous avons pourtant des juges compétents capables de prendre en main cette affaire. Sachez que nous étudions toutes les pistes envisageables et préférables pour le jugement de cette affaire. Il faut toutefois suivre les procédures et c’est quand elles failliront que nous nous tournerons vers des juridictions plus internationales, plus universelles.

 

-          Blog de makaila : au Tchad, l’année 2011, est celle  des échéances électorales. Le Mouvement Patriotique du Salut (MPS) part déjà gagnant. Quel regard portez-vous sur la vie politique tchadienne ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : Ces élections permettront encore d’avaliser et de légitimer ce régime sanguinaire. Moi tout ce que j’ai à dire c’est que le silence est complice. Et la complicité est punie par notre Code pénal. Bientôt chacun jugera du degré de son implication dans les exactions et les détournements de fonds publics au Tchad. La plupart des partis politiques ne servent que de paravent à la démocratie soutenant Deby dès l’approche des élections. Les politiques tchadiens ne protègent pas le peuple s’intéressant essentiellement des intérêts personnels et familiaux.

 

-          Blog de makaila : vous vivez en Europe et suivez sûrement de prés les mutations politiques qui s’opèrent dans les pays du Maghreb et le monde arabe. Le peuple tunisien a surpris la communauté internationale en écroulant une redoutable dictature vieille de 23 ans.  Pensez-vous que cela est réalisable en Afrique noire et au Tchad en particulier où rien ne bouge depuis 20 ans ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : En 2001 lorsque Déby s’est maintenu par des fraudes massives aux élections présidentielles, la population n’est pas sortie massivement dans les rues contester ces résultats alors que dans les différentes discussions en aparté on discernait la déception du peuple. Un autre facteur est le problème d’éducation, l’éducation nationale a été réduite au rang de formation subsidiaire et n’intéresse plus personne. Une population qui n’a pas accès à l’éducation ne peut aspirer à quelques révoltes populaires que ce soit. Il faut une prise de conscience car tous les peuples qui se sont émancipés ont du revendiqués leurs droits pour pouvoir en jouir. La situation au Maghreb est l’exemple concret du ras le bol d’une population qui a pris conscience qu’elle était acculée par des gouvernants népotistes et multipliant les passe droit.

 

Blog de makaila : aujourd’hui au Tchad, le régime en place a instauré un culte de personnalité et réduit  au diapason des griots du pouvoir les subalternes, les cadres et administrateurs.  Face à cette  transformation néfaste de la société tchadienne, la  thèse accréditée par  l’opposition tchadienne contre le pouvoir peut-elle exceller et aura-t-elle des répondants sur place ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : Déby se prend pour l’empereur tout puissant réduisant le peuple en spectateur, ceux qui veulent nourrir leur famille ou quelque fois juste leur ego doivent se rabaisser à un point qu’ils deviennent amorphes et sourds aux cris du peuple. Tout le monde veut être ministre, directeur ou sultan de sa contrée. Cela est déplorable et en œuvrant pour la vérité sur Ibni Oumar, nous voulons en même temps continuer son idéal pour un Tchad uni où le mérite devrait être mis en avant et non les liens familiaux et aspirations vide de tout sens. Un pays où chacun serait à la place qui lui revient.

 

-          Blog de makaila : au regard de la dégradation continue de la situation sociopolitique et de l’impasse illimité actuelle du pays, quelle sera, selon vous la solution idoine pour sauver le peuple tchadien abusé et lassé ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : La lutte pacifique est le seul moyen légitime pour combattre  contre ce régime. Une prise de conscience de la jeunesse est également de mise pour permettre des avancées politiques, économiques et sociales.

 

-          Blog de makaila : l’indifférence, l’insouciance, le déficit de culture politique et démocratique du peuple tchadien, laisse  penser que l’appropriation citoyenne de revendications des droits civiques et politiques, pose problème pour  mobiliser  l’opinion publique. Quel message avez-vous à adresser  aux Tchadiens afin qu’ils deviennent plus vindicatifs vis-à-vis du régime en place ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : l’éducation est la plus importante des valeurs à développer dans ce pays où une grande majorité néglige l’école. Où l’argent est préféré au savoir et où les jeunes n’ont d’avenir que dans l’exercice de la corruption et de l’avilissement.

 

-          Blog de makaila : Notre interview tire à sa fin, quel est votre mot de la fin  à nos  lecteurs ?

 

-          Hicham Ibni Oumar : Il faut que nos dirigeants enlèvent leurs œillères, Ibni Oumar a été enlevé et cela aurait pu arriver à n’importe quel autre homme politique, nous avons besoin de l’aide de tout le monde pour parvenir à la vérité et à la justice. On espère qu’ils se ressaisiront et oserons braver cette dictature clairement et sans faillir. L’espoir de liberté n’est pas mort et nous nous devons de réclamer ce dû qui est primordial pour qu’on avance sereinement dans le développement et la paix. Je vous remercie.

 

-          Merci Hicham !!

 

Entretien réalisé par Makaila Nguebla

Pour le blog de makaila