Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

Considéré comme une terre d’accueil, d’hospitalité et d’asile pour les persécutés et apatrides, le Sénégal, pays de la Téranga, commet, depuis un certain temps, des actes qui sont de nature à travestir sa légendaire démocratie. Le président Macky Sall expulse un journaliste mettant sa vie en danger dans un pays qui bafoue les règles de la démocratie. Et le président va plus loin en expulsant un opposant qui est naturalisé sénégalais. Mais ces faits ne sont pas isolés car Macky est coutumier des faits au point de se faire coller le surnom de monsieur ‘expulsion’ par des diplomates ulcérés par ces pratiques qui entache la notoriété du Sénégal.

sophie malibeaux rfi

L’expulsion spectaculaire de Sophie Malibeaux de RFI en 2003

Le jeudi 23 octobre 2003, Sophie Malibeaux, correspondante de Radio France internationale (RFI) à Dakar, est expulsée un an après son installation au Sénégal. Officiellement, le pouvoir lui reproche sa couverture «tendancieuse» des assises du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, indépendantiste) du mardi 7 octobre 2003 à Ziguinchor (sud), en prévision aux négociations de paix avec le régime d’Abdoulaye Wade.En réalité, l’expulsion de la journaliste de RFI n’était en rien liée à la crise en Casamance. Le régime du président Wade n’avait pas apprécié le compte rendu de la journaliste sur l’affaire du Joola qui affirmait qu’aucune indemnisation n’avait encore été versée aux familles des 1863 victimes. Le gouvernement avait estimé que Sophie Malibeaux faisait trop la part belle aux familles des victimes.

 

poursuivre la lecture:  http://xibaaru.com/18810/