Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le ver était dans le fruit et avait pourri la Diaspora Tchadienne de  France depuis sa création jusqu’à ce que ses membres disent « trop c’est trop » le samedi 09 octobre en AGE.

 

Dans un communiqué daté du 11 octobre 2010 et adressé à certains membres de la Diaspora, M. Abraham ROMBA a, en quatre points, cru bon devoir s'accrocher à la présidence de l'Association , malgré son rejet par une grande partie de la Diaspora en raison, d'une part, de son incapacité à incarner la fonction de Président d'une Grande Association et d'autre part, aux graves préjudices qu’il aurait  causé à l'Association.

Relisons plutôt son communiqué :

«  Il est porté à  la connaissance des membres de la DTF que faute de quorum,
l’AGE du samedi 9 octobre 2010 n’a pas pu avoir lieu. Conformément aux
dispositions statutaires, elle sera convoquée à  nouveau. La date, le lieu et
l’horaire seront précisés ultérieurement.
 », Souligne-t-il d'entrée de jeu. 

 

Monsieur ROMBA aurait pu écrire s'il était logique et animé par la bonne foi : « Faute d'Alliés Inconditionnels ce jour 09 octobre 2010 à l’AGE, j'ai décidé de jeter l'éponge. ». Car en effet, ce jour, curieusement, quelques membres de la Diaspora, proches et fidèles de ROMBA, étaient aux abonnés absents .Certains membres du Conseil d'Administration et du Bureau présents ont décidé de s'affirmer, en refusant de prendre place à ses cotés. Mieux vaut tard que jamais n'est-ce pas ?

Était-ce, dans l'intention de lâcher leur « protégé » qu'ils ont décidé de briller par leur absence, ou une entente pour éviter de rendre compte de leur gestion à l'Assemblée ou  encore simplement une stratégie de boycotter l'Assemblée par mépris, ou enfin les trois à la fois?

 

Une chose est sure, M. Abraham ROMBA était visiblement mal à l'aise ce samedi. Tournant au tour de lui même, saluant et resaluant les mêmes personnes , cherchant désespérément  d'éventuels alliés de dernières minutes, sans tenir compte de l'horloge qui tournait entre temps à grande vitesse.

C’est ainsi qu’une jeune compatriote lasse d’attendre, avait osé : « combien de temps devrions-nous encore attendre ? ». devrait répondre nonchalamment « Deux, peut être trois minutes » devrait répliquait Monsieur ROMBA ,où jamais lançait un autre membre du fond de la salle.

 

Encore un coup d'œil à gauche, un autre  à droite, il a pu repérer certains membres du Bureau et du Conseil d'Administration présents dans la salle. Nous voici partis pour une réunion improvisée. C'était plutôt une longue et interminable concertation alors que dans la salle, les membres  s'impatientaient. C'est alors qu’Irénée MOUDALBAYE  s'était invité dans la négociation et a surpris le groupe en pleine discussion houleuse.

 

Comme un beau diable, seul contre tous les membres du Bureau et du Conseil d'Administration présents ce jour, Monsieur ROMBA évoque le quorum et insiste pour le report de l'Assemblée. Il n'est  « pas question » devraient répliquer les autres. Faisons  remarquer  que certains Tchadiens présents dans la salle ont fait des centaines de Kilomètres pour participer à cette AGE.

 

Battu à ce niveau, ROMBA attendait la moindre occasion pour mettre au point son plan B ou même son plan initial: PARTIR.

Partir, mais non vers les siens à la façon d'un Aimé CESAIRE, mais partir pour, semble-t-il faire venir la police pour évacuer manu militari la salle.

 

M.   ROMBA profitera donc d'une série de questions relatives à la procédure de déroulement de la réunion, posées par MOUDALBAYE Irénée et NELDE Désiré pour quitter la salle.

Pourtant les questions étaient simples :

-          sur quels critères ABRAHAM ROMBA se base t il pour dire que le quorum n'était pas atteint ?

-          Et pourquoi les convocations n’étaient pas envoyées à tous les adhérents ?

 

C'est donc ces deux questions qui vont choquer M. ROMBA au plus profond de lui même.

 

Sans une analyse profonde et peut être juridique de la question, les membres présents dans la salle estiment que le problème du quorum n était qu’un alibi. Il n'avait aucun élément d'appréciation.

Dans l'hypothèse même où ce problème de quorum  est réel, il est inconcevable qu'un Président qui devrait rassembler tous les Tchadiens de la Diaspora méprise à tel point ces Tchadiens dont certains ont fait des grandes distances  pour venir à cette Assemblée. L'inscription sur un registre n'est pas une mode d'adhésion et la liste qu'il a à sa possession n'est pas une liste définitive. La Diaspora devrait rassembler tous les Tchadiens de France qui le desirent, précise l'article 10.1  de nos Statuts.

Le bon sens aurait voulu qu'on commence le débat même si ce débat ne devrait pas être sanctionné par une décision. 

 

En deuxième point, le communiqué souligne qu' « Il est confirmé, en outre, qu’une AG de fin d’Exercice a été bien programmée avant la fin de l’année 2010, et notamment, le Rapport moral, le Rapport financier et le budget prévisionnel doivent être présentés ; l’AG élira deux
Vérificateurs aux comptes pour vérifier toute la comptabilité ; tout membre, tout administrateur responsable d’une indélicatesse financière devra la régulariser
 ! ».

Après le départ d’Abraham ROMBA, un à un , les membres du Bureau et du Conseil d'Administration présents dans la salle ont décidé de jeter l'éponge.

 Tous ont été unanimes et ont dénoncé un Président omniscient et omnipotent.

 Abraham ROMBA    connait tout et  n'écoute personne. Il est à la fois le Président, le Trésorier, le SG, le Président du CA, en un mot, un Souverain qui ne doit de compte à personne, même pas  à l'Assemblée générale Extraordinaire qu'il avait convoquée contre l'avis de tous.  

 Qu’à cela ne tienne, avec qui il présentera le Rapport moral, le Rapport financier et préparera le budget prévisionnel, élira deux vérificateurs aux comptes etc. ? Ou veut-il à travers ce communiqué confirmer qu'il est capable de tout faire seul? « Tout membre, tout administrateur responsable d'une indélicatesse financière devra la régulariser!' » .Quel choix des mots! Est-ce un aveu de la rumeur commune de malversation ?

Rappelons au passage que même l'erreur commune fait naitre le droit (Error communis facit jus), à plus forte raison l'aveu qui est la reine des preuves.  Nous ne sommes pas à ce niveau encore, car en dehors des déclarations des uns et des autres, aucune preuve tangible de détournement n'ait  été déjà établie. Il est prudent de bien tremper sa plume en ne s'appuyant que sur les faits observés.

Mais en tout état de cause et avant de déboucher sur le troisième point concernant la saisine de la justice, force est de constater que le terme indélicatesse financière n'existe pas à notre  connaissance dans nos textes. Et si la rumeur concernant le détournement venait à être confirmée, devant la justice, seule la régularisation ne suffit pas. Une infraction à la loi pénale fait appelle à des sanctions pénales et  non à la réparation civile. Le pénal tient le civil en état, faut-il le rappeler? Notre prière est qu’Abraham ROMBA reconnaisse qu'il n'a pas intérêt à engager une bataille judiciaire.

La justice, objet du point trois du communiqué, serait à même d'éclairer nos lanternes sur plusieurs questions si jamais elle vient à être saisie. Comment en espace de moins de deux ans d’exercice, autant de dépenses engagées. ? A-t-on besoin d'envoyer une mission de quatre  au Tchad pour la reconnaissance de l'Association? A-t-on au préalable consulté l’Assemblée pour décider telle mission, ayant d'énormes incidences financières sur la jeune Association? 

 

La Diaspora  a, avant  tout besoin d’une assise solide au niveau de la France. Et de ce fait, une grande sensibilisation de nos compatriotes de la France nous semble urgent. Et d'après les documents comptables distribués dans la salle ce jour, le compte de l'Association est déficitaire. Il semble que certaines dépenses sont exécutées par le Président.   Qui ordonne et exécute les dépenses?

Ce n'est pas à un économiste et financier de son calibre (Bac + 5), qu'il faudrait apprendre certaines règles élémentaires : l'autorité qui ordonne les dépenses doit être différente de celle qui l'exécute. Indépendamment de la science, le bon sens, la chose la mieux partagée au monde selon DESCARTE, peut très bien servir. Violence légitime, la menace de saisir les autorités judiciaires n'est pas en soi une mauvaise chose.

Pour le quatrième point qui parle de la liste des membres, nous renvoyons simplement à l'article 10,1 qui dit, en substance que sont membres de la Diaspora tous les Tchadiens quelque soit leur citoyenneté qui acceptent les dispositions des  Statuts.

 Aussi, en parcourant la liste qu'il a annexé au communiqué, beaucoup des Tchadiens, membres fondateurs de la DTF n'y figurent pas.

Les arguments développés par ROMBA Abraham en brandissant la liste qu’il détenait et qu’il qualifiait de liste ou de registre des membres adhérents à jour de leur cotisation ne sont pas fondés en ce sens que :

1)      L’inscription sur un registre n’est pas un mode d’adhésion,

2)      Les membres fondateurs ayant pris part à l’assemblée constitutive de la DTF et qui ont contribué à l’amendement et à l’adoption des textes, sont membres de l’Association, sinon, le Conseil d’administration(CA) et le Bureau n’auraient eux mêmes aucune légitimité,

3)      De ce point de vue, M. ROMBA Abraham a commis une erreur en écartant   les membres fondateurs de la DTF.

A la limite, ces derniers ne peuvent pas prendre part au vote mais ils restent avant tout membres de la DTF.

Une remarque importante s'impose. Depuis la création de la DTF, nous sommes à la quatrième Assemblée. Toutes les quatre se sont tenues à Paris. Alors que la Diapora Tchadienne de France ne se résume pas à Paris. Or la question de l'inscription sur le registre a été décidé à une réunion qui fait suite à l'Assemblée générale consécutive. L'ordre du jour de cette AG n'étant pas épuisée, nous avons décidé de  nous revoir deux semaines plus tard. Limités par les moyens financiers, nous n'avons pu assister à la deuxième réunion.

Est ce une raison suffisante pour M.ROMBA Abraham à vouloir coute que coute  se limiter à la cotisation pour restreindre la liste et empêcher aux Tchadiens de France de  participer à l’AGE de leur association ? Selon certaines indiscrétions, beaucoup des membres du conseil d'Administration et du Bureau ne sont pas à jour de leurs cotisations. Et même la liste annexée par Mr ROMBA a son texte ne fait pas de la cotisation le seul critère d'appartenance à l'Association. En parcourant cette liste, nous pouvons relever que certaines personnes n'ont versées aucun cantine. A notre connaissance, s'agissant des cotisations, la personne la mieux indiquée pour en parler reste la trésorière.   

D'ailleurs beaucoup s'étaient acquittés de leurs cotisations ce jour. Et d'autres ne l'ont pas fait simplement par ce que  le comportement du Président ne  permettrait pas de le faire. Il personnalisait dans le sens négatif du terme l'Association. La frontière entre le collectif et le personnel n'existe même pas dans son imaginaire.

Dans ces conditions, comment donc nous partager le gros fruit qui est la Diaspora Tchadienne de France, de manière à ce que chacun puisse enlever le ver qui rongera son morceau

Soucieux de bâtir une Diaspora responsable, crédible et capable de relever les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés, aussi bien en France que dans notre pays, et déterminés à mettre en œuvre les différentes potentialités dont nous disposons, nous sommes prêts à nous battre pour une DIASPORA ambitieuse et entreprenante.

Telles sont les petites remarques que nous inspire le communiqué de notre compatriote ROMBA.

 Sous toutes réserves.

                                               Lyon, le 14/10/2010

La délégation de Lyon à l'Assemblée générale du 09 octobre 2010

Madame        NAIBI Sidonie

Monsieur       NELDE     Désiré

Monsieur       DJIMASDE Nodjoiutengar Evariste

Monsieur       HOUZIBE Ousmane

Monsieur        KONGO Médard