Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

DB5CBFE67A32FDF03582D542452B83.jpg

Détentions illégales et arbitraires au Tchad des leaders syndicaux

 

Le  blog de makaila, ses soutiens locaux et extérieurs sont profondément  inquiets  par les arrestations arbitraires successives des leaders syndicaux au Tchad et leurs détentions illégales par les services des renseignements tchadiens.

En effet, le vendredi 04 novembre 2011, M.Oumar Barka, responsable syndical,  membre de la Confédération Libre des Travailleurs du Tchad (CLTT) et Mangaral Nadjiyama (président des anciens employés de la Tchad Cameroun Constructor, TCC), ont été arbitrairement interpellés à leurs domiciles par des policiers en civils puis conduits dans des endroits inconnus où il sont détenus secrètement.

Pour rappel, depuis plusieurs semaines les négociations sont bloquées entre le régime d’Idriss Deby et les principales organisations syndicales du Tchad qui réclament  des augmentations salariales et une amélioration sociale de leurs conditions difficile de travail.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH),  prévoit dans son article 9 que : « Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé et l’Article 10 que  : « Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle ».

 

Ces deux interpellations des leaders syndicaux tchadiens, réveille notre vieille inquiétude sur les pratiques liberticides et autoritaires appliquées par les régimes d’exceptions qui se sont succédés à la tête du pays, en étouffant toute voie légale des revendications sociales et politiques des forces contestataires.

Contrairement aux discours creux et souvent démagogiques des tenants du pouvoir en place,  la situation des Tchadiens est pénible. Le régime d’Idriss Deby est loin d’incarner des valeurs démocratiques au Tchad.

Au Tchad, l’espace des libertés publiques est hermétiquement verrouillé, délibérément par le pouvoir à travers des intimidations et autres menaces verbales à l’encontre des militants de défense des droits de l’homme, des journalistes qu’ils soient de la presse privée ou publique, la société civile est affaiblie.

Devant un tel contexte sociopolitique, rien ne laisse présager une véritable ouverture politique vers une démocratie effective et épanouie.

Idriss Deby et son clan  décident du sort de dix millions d’âmes ; ils ont le droit de vie et de mort sur l’ensemble des Tchadiens épris de paix, de justice, de liberté et du droit.

 

Au regard de la gravité de la situation qui prévaut au Tchad,  nous :

- Appelons la communauté africaine et internationale à dénoncer  énergiquement sans réserve ces arrestations arbitraires et illégales des responsables syndicaux au Tchad ;

-  Exigeons la libération immédiate et sans condition des personnes détenues ;

- Lançons un appel à toutes les forces vives du Tchad à élever le niveau de protestation sociopolitique contre ces atteintes aux droits de l’homme et à la liberté dans le pays.

 

        

Makaila Nguebla