Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

karti-soudanais-copie-1.jpeg

 

Dakar, le 05 Juin 2012

 

A son Excellence, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères du SOUDAN à KHARTOUM

 

 

 

 

Objet : Détention non judiciaire d’un syndicaliste Tchadien

 

 

Excellence, Monsieur le Ministre

 

A la requête de Monsieur Hamdallah Djido Djibrine ASSALI demeurant aux Etats-Unis, mais faisant élection de domicile en notre cabinet, pour la présente affaire, nous venons très respectueusement vous présenter nos compliments et en même temps vous exposer les faits qui suivent :

 

 Monsieur Djibrine ASSALI Hamdallah âgé de 63 ans, de nationalité tchadienne et ancien Secrétaire Général de l’Union des Syndicats du Tchad, a été interpellé le 19 Août 2011 vers 22 Heures par des éléments de la police   soudanaise, à son domicile situé au quartier Abada Sabil, Carré N°8, en face du MIDDANN KHORESHI.

 

Etant précisé que le domicile  en question est la propriété du dénommé Abdel Aziz qui le lui avait loué.

 

Son interpellation aurait été justifiée par ses exécutants, selon des sources fiables, par la nécessité de le protéger contre la menace d’hommes de main du régime tchadien actuel, présents à Khartoum et résolus à attenter à son intégrité physique voire même à sa vie.

 

Depuis la date de son interpellation jusqu’au moment de la présente lettre, ses proches sont radicalement sans nouvelle du sieur Djibrine ASSALI HAMDALLAH, ni également de son lieu de détention.

 

Il est indiscutable que sa détention est une détention arbitraire, décidée en dehors de la justice et par conséquent faite en violation des articles :

 

·         9 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

·         9 et 12 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques

·         4 et suivants de la résolution des Nations Unies dite Ensemble de Principes pour la protection de toutes les personnes soumises à une forme quelconque de détention ou d’emprisonnement

·         V et suivants des Principes de base relatifs au rôle  du Barreau

·         6 et 12 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

 

 

Il est constant que votre gouvernement a la responsabilité de la protection des personnes et des biens, se trouvant sous sa juridiction.

 

En conséquence de tout ce qui précède, nous venons très respectueusement, solliciter qu’il vous plaise instruire les autorités compétentes de votre pays de faire libérer le sieur Djibrine Assali Hamdallah dans les meilleurs délais et de lui allouer une juste réparation, pour la détention arbitraire dont il a été victime.

 

En cas d’inertie, nous avons reçu mandat de saisir la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, pour le rétablir dans ses droits.

 

Cependant, nous sommes persuadés que notre requête recevra une issue heureuse et que nous n’arriverons pas à ce stade.

 

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Excellence Monsieur le Ministre, à l’assurance de notre considération très respectueuse.

 

 

 

Maître Amadou Aly KANE

 

 


 

 

Ampliations :

-          Rapporteur spécial de la commission africaine sur les prisons

et les conditions carcérales en Afrique

-          Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme dite RADDHO

-          Fédération internationale des ligues de droits de l’homme dite FIDH

-          Amnesty international

-          Human Rights Watch

 

L        LIRE:  VERSION PDF