Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

sangare.JPG


"Personne ne veut devenir un réfugié. Personne ne devrait avoir à endurer cette épreuve humiliante et pénible. Pourtant, des millions faire. Même un réfugié forcé de fuir, un réfugié contraint de retourner à un danger est une de trop."

Le Secrétaire général Ban Ki-moon 
Message pour la Journée mondiale du réfugié 2011

RAPPEL

Pendant des années, de nombreux pays et régions ont célébré leur propre Journée des réfugiés, voire des semaines. Une des plus répandues est la Journée africaine des réfugiés, qui est célébrée le 20 Juin dans plusieurs pays.

L'Assemblée générale, le 4 Décembre 2000, a adopté la résolution 55/76 où il a noté que 2001 a marqué le 50e anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés , et que l'Organisation de l'unité africaine (OUA) avait accepté d'avoir internationale Journée internationale des réfugiés coïncide avec la Journée du réfugié africain, le 20 Juin. 

L'Assemblée générale a donc décidé que 20 Juin serait célébré comme la Journée mondiale des réfugiés.

Journée mondiale des réfugiés est une journée de sensibilisation sur le sort des réfugiés dans le monde .On observe dans le monde entier le 20 Juin de chaque année. Ce prix rend l'événement le courage, la force et la détermination des femmes, des hommes et des enfants qui sont forcés de fuir leur patrie sous la menace de la persécution, les conflits et la violence.

 

NOS PROBLEMES

Les problèmes auxquels tous les refugiés vivant au Sénégal  confrontés sont multiples, mais nous les avons regroupés  en trois grands points à savoir :

*      Le problème d’éducation,

*      Le problème de santé.

*      Le problème d’insertion socio - professionnelle

Le Sénégal a l’instar du monde célébrai  cette journée mais force est de constaté que cette journée est détournée par le HCR et certains ONG qui s’enrichissent sur le dos des refugiés. Présentement à l heure ou nous parlons est organisé au centre DOUTA SECK de Medina la célébration de cette journée avec 1500 f comme per diem alors que nous vivons misérablement  ici. Beaucoup n’arrivent même  pas a se loger ; se soigner ; se vêtir mais un tel prix avec la bouf ; le tee-shirt et le per diem  ils seront plus nombreux .Au  Sénégal nous avons 18  000 refugies selon la HCR pour la plupart des Mauritaniens ; des Libériens ; des Congolais ; des Rwandais ; des Ivoiriens repartit sur toute l’étendue du territoire. La structure Onusienne chargée de s’occuper des refugies et des déplacés de guerre a savoir le HCR ne joue absolument pas son rôle premier qui est la protection juridique. Nous avons constatés malgré notre espoir permanent que les choses changeraient mais en vain. Quand nous les approchons il nous renvoie à l’Etat du Sénégal qui n’honore pas ces engagements internationaux. Nous souffrons énormément même ceux qui sont diplômés ne trouvent pas de l’ emploi a plus forte raison les non diplômés . Au niveau de la santé c’est grave vous pouvez mourir juste pour une radio ou un scanner car l’organisme chargé de géré les refugiés au Sénégal à savoir le BOS ne prend en compte que les ordonnances de premiers soins  souvent pas plus.

LES MANQUEMENTS CONSTATES

  • Manque de dialogue HCR-Réfugiés
  • Délégation de leur mission première aux différents partenaires tels OFADEC (situé a West foire) ; le BOS(situé au Point E) et le  PROGRAMME DAFI(situé a Hann Marriste 2)
  • Non assistance aux personnes vulnérables tels les malades ;les orphelins ;les femmes et les personnes sans  ressources véritables
  • Inaccessibilité des fonctionnaires du HCR
  • Trois partenaires entre le HCR et les refugies
  • Les réfugiés évoluent dans un vide juridique (visa de séjour de 3 mois pour des étudiants qui auront au moins 3 ans d’études pour certain et pas de visa d’entrée pour d’autres.)
  • Pas de mesure d’accompagnent après la formation confère les  anciens étudiants  qui  restent sans emplois et sont livrés à eux-mêmes
  • Le manque de logement pour les refugiés, car sur 25 000 refugiés au Sénégal, il n’y a que 12 personnes qui sont logées à l’ancien centre médical à Reubess.
  • Le manque d’égard du HCR Sénégal pour la communauté  Ivoirienne (depuis 2002 il se trouve que ce sont 5 personnes seulement qui ont bénéficié de la réinstallation dans certains pays tel que le Canada, les Etats Unis et la Norvège  contrairement aux autres communautés comme la communauté  Mauritanienne ou  Congolaise qui voyagent)

En Conclusion :

L’Association des étudiants réfugiés ivoiriens au Sénégal dénonce avec force l’attitude du HCR face aux manquements notés dans le traitement des réfugiés ; et se demande où part tout cet argent chiffré en millions de Dollar. Nous saisissons cette opportunité pour exhorter les Etats en général et l’Etat du Sénégal en particulier les nouvelles autorités au respect de leurs engagements vis-à-vis des accords  internationaux qu’ils ont signés et ratifiés.

 

Le président  de l’association

Sangaré Mohamed Lamine