Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Partit assisté au forum de la paix organisé par les natifs du BET, Deby a failli laisser sa peau à Kalait. Désormais cette ville est classée ville maudite par sa majesté Deby. En date du 28 octobre, l’avion transportant Deby et sa délégation rata son atterrissage sur une piste poussiéreuse, Deby et tout son équipage sortent indemne. Certains bouffons diront c’est grâce à la chance de son excellence président-sultan Deby qui a permis d’éviter le pire, d’autres diront tout simplement que notre majesté président Deby est un miraculeux. Après 2 jours passés à Kalait, Deby décida de rentrer daredare à N’djamena bien que le programme de Kalait n’est pas encore terminé. Dés son retour à N’djamena en date du 30 octobre, une foule importante l’attendait à l’aéroport international Hassan Djamous. Mais la sincérité et la détermination de cette foule envers Deby est à méditer du moment où beaucoup d’être eux ont été forcé à venir accueillir Deby à  l’aéroport, une idée chère de son bouffon PM Nadingar et soutenu par les caciques du MPS.

 

Nombreux sont les boutiquiers, les mécaniciens, les hommes de l’informel, les chauffeurs de taxi  et mini bus qui ont perdu leur journée inutilement, puisqu’ils sont été obligés et forcés par les forces de l’ordre, les municipaux  et les agents de l’ANS de se déplacer à l’aéroport afin de montrer une popularité à Deby.

 

Ce dédain des tchadiens envers Deby prouve à suffisance que le peuple en a marre du régime fantôme de Deby après 22 ans de monopolisation. Quant aux clandomen ils ont tout simplement refusé d’aller accueillir Deby à l’aéroport. Finalement ces derniers ont été payés par « la maman nationale Hinda » et certains membres du bureau politique national du MPS, à hauteur de 20.000 F cfa par clandomen, c’est toujours l’argent du contribuable tchadien. Les autorités des provinces et autres chefs de service sont dans l’obligation d’envoyés des messages de compassion envers Deby le miraculeux sinon ils seront demis de leurs fonctions pour fautes graves suivi d’emprisonnement et autres humiliations à la debyennes. Beaucoup  d’observateurs et analystes prédisent qu’on n’est pas loin du semblable fin de règne des dictateurs comme Mobutu du Zaire, Ghadaffi de la Libye ou de Nicolae Ceaușescu de la Roumanie.

Le fait le plus marquant et chose surprenante après cet accident, c’est qu’aucun chef d’Etat ou de gouvernement même pas notre gouverneur Bozizé encore moins aucune organisation internationale n’a osé envoyer un message de compassion ou de soutient à notre Deby le miraculeux.


Rien que cet anonymat unanime de l’extérieur montre largement l’impopularité de Deby. Cela prouve aussi la prise en otage d’un peuple par un dictateur et sa petite famille. Selon des sources concordantes, l’entourage du despote continue à menacer tout fonctionnaire décrété qui n’envoi pas un message de compassion au dictateur. Sommes-nous dans quel pays ? Et dans quelle République ?  

 

Correspondance Particulière