Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Abdallah Djorkodei : "L'Affaire Hissène Habré est un dossier monté de toutes pièces par feu le dictateur Kadhafi et l’Occident, notamment la France!"

 

Abdallah Djorkodei : "L'Affaire Hissène Habré est un dossier monté de toutes pièces par feu le dictateur Kadhafi et l’Occident, notamment la France!"

Il dit intervenir, de prime abord, en tant que Président fondateur du groupe Tchadhanana Press. Mais, Abdallah Chidi Djorkodei, puisqu'il s'agit de lui, n'en demeure pas moins un opposant au régime de Déby. Vivant en exil aux Etats Unis d'Amérique, Abdallah Djorkodei, opposant de son état, vide son chargeur sur le régime actuel Tchadien, non sans verser dans des révélations, les unes plus terribles que les autres. Entretien à bâtons rompus!

Dakaractu: Comment vous présenter à nos lecteurs ?

Abdallah Djorkodei : Je m'appelle Abdallah Chidi Djorkodei, de nationalité tchadienne, âgé de 36 ans, Ingénieur d'Etat en Réseaux informatiques et système d'informations. Opposant au régime d’Idriss Deby, je suis présentement à New York aux USA. Je suis le fondateur du Groupe Tchadhanana Press ( http://tchadhanana.info/.) pour mieux informer sur le Tchad et le reste du monde.

Parlez-nous de votre cursus politique ?
Après l’assassinat du Président fondateur du Mouvement pour la Démocratie et la Justice au Tchad (MDJT), feu Youssouf Togoimi par le duo Kadhafi-Déby, j’ai rejoint le MDJT le 12 juin 2004 et j’ai été actif à l’intérieur du Pays. Puis en 2007, j’ai rejoint l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD) qui opérait à l’Est du Tchad entre 2005-2009, mouvement dirigé par le Général Mahamat Nouri. Actuellement, je suis membre du Mouvement d’Action pour le Changement au Tchad (MACT) du Dr Ali Ordjo HEMCHI.

Qu'est-ce qui vous a incité à vous lancer à corps perdu dans la politique ?
Le patriotisme qui bouillonne en moi ne me permet pas de fermer les yeux devant des faits anti-démocratiques, l’injustice, la criminalité et la corruption galopante que vit ma chère patrie depuis l’arrivée du Dictateur Idriss Deby au pouvoir en 1990. Nous n’avons pas en réalité le choix si nous voulons vivre dans notre pays et éviter le cas Palestinien. Et aussi, le rêve et l’optimisme de voir un jour le Tchad, un pays doté de toutes les ressources humaines et minières, briller de mille feux en Afrique et dans le monde entier.

Pourquoi avez-vous choisi de vous opposer au régime actuel Tchadien ?
Comme je vous ai dit ci-haut, mon patriotisme m’impose d’agir pour mon pays. Le Tchad est riche de par son histoire, de sa diversité culturelle, de son sous-sol, de ses ressources humaines, un véritable carrefour où tout est possible. Malheureusement il est administré par des incompétents et des apatrides. Car le régime actuel encourage la division, l’incompétence, le griotisme, le détournement de deniers publics, l’impunité, la dépravation des moeurs, etc. Je ne peux pas vivre sous un régime où le viol est utilisé comme une arme politique, le clanisme est encouragé, l’injustice sociale, l’insécurité et le clientélisme sont nos quotidiens. Il y a un temps pour dormir et un autre temps pour se réveiller, ainsi il fut temps pour moi de me conscientiser et me révolter contre ce régime tyrannique de N’djaména. Je veux que la justice et la sécurité soient instaurées dans mon pays pour espérer un développement global du Tchad et non sectaire. Ce qui est présentement impossible avec ce régime malgré les 23 ans passées aux commandes.

En tant qu'opposant que vous inspire ce qu'il est convenu d'appeler "l'affaire Hissène Habré"?
L’Affaire Hissène Habre est un dossier monté de toutes pièces par feu le dictateur Khadafi et l’Occident, notamment la France. C’est tout simplement un règlement de comptes tardif venant de mauvais perdants, mais aussi des lobbies occidentaux qui cherchent à consolider leur mainmise sur les énormes ressources minières du Tchad en intronisant Idriss Déby. Et donc, tant que Hissène Habré respire quelque part sur ce globe, ces lobbies françafricains ne seront pas rassurés dans leurs basses œuvres de pillage et de domination.
Pour l’ancien dictateur Khadafi, il a cherché à rendre la monnaie pour la défaite historique qu’a connue son pays contre le Tchad sous le régime du Président Hissène Habré. Pour l’occident, il faut combattre toute personne qui bloque leurs intérêts en Afrique. Dans ce tiraillement politico-judiciaire, le Sénégal de Abdou Diouf à Macky Sall en passant par Abdoulaye Wade, a exploité honteusement cette affaire et l’utilise même dans sa politique intérieure. C’est très grave et l’histoire en retiendra beaucoup de choses.

Qu'est-ce qui explique votre exil ? Pourquoi avez-vous déposé vos baluchons aux Etats Unis d'Amérique ?
Un opposant tchadien au sens propre du terme n’a pas sa place au Tchad d’Idriss Déby ; il risque sa vie et personne ne peut le protéger. Même les médias occidentaux sont complices, car ils étouffent tous ces crimes et violations des droits de l’homme dont sont victimes les hommes politiques et leur familles au Tchad, sous Déby. Il suffit juste de regarder les nombreux cas d’assassinat politique : feu Dr Guetti Mahamat, Président du parti politique PDA, Colonel Abbas Koti Yacoub, Mamadou Bissau, Ibni Oumar Mahamat Saleh, Gano Nassour(sœur de Timane Erdimi) et des dizaines d’autres opposants éliminés pour leur opposition politique pacifique au régime Déby.
Donc pour dénoncer cette injustice et cette mal gouvernance qui sévit au Tchad sous le régime actuel, il faut d’abord être en sécurité hors du Tchad et surtout dans un pays où le droit est appliqué et respecté. Le choix des Etats-Unis d’Amérique est une question de sécurité personnelle, car j’ai été victime d’une tentative d’enlèvement à deux reprises au Maroc entre 2006 et 2011. Ci-joint la liste des personnalités assassinées par le régime d’Idriss Déby Itno. Vous comprendrez mieux ce qui se passe.

Votre bilan du magistère du Président Déby ?
Depuis le 1er Décembre 1990, le peuple tchadien vit sous un régime militaire de démocratie criminelle et mafieuse. Totalement clanique, les postes clés du pays notamment ceux à ressources financières sont la chasse gardée du clan ITNO : frères et sœurs du Président Déby, ses fils et filles du Président, les neveux et nièces. Plus d’une centaine de personnes auxquelles il faut ajouter celles de la belle famille, sans compter les alliés.
En somme, tous les secteurs financiers (administration, armée, douanes, sociétés, commerces et marchés publics) du pays sont quadrillés et ponctionnés 24H/24 par le clan des Itno. Ci-joint une liste non exhaustive de cette pieuvre qui s’est accaparée du notre pays. Prenez le soin de bien la lire et renseignez-vous si vous en doutez une seconde !
Le drame est que ce sont des semi-analphabètes et des incompétents notoires qui achètent leur diplôme de Master dans les instituts privés de Dakar et ailleurs. Avant même de rentrer au bled, ils sont parachutés, sans stage, Directeurs généraux des grandes sociétés nationales et dans l’administration, ils sont généralement DAF au plus bas. Nous avons une armée clanique, une administration clanique et aussi un marché clanique. Il n’y a aucune réelle liberté d’expression, aucune activé syndicale, aucune vie politique malgré les 150 partis autorisés, la Télé Tchad est devenue une caisse de résonnance de la 1ère dame Hinda Déby pour sa propre propagande où ne fusent que les éloges. Les hommes d’affaires sont constamment rackettés par les Itno et leurs progénitures, sans qu’ils n’aient la possibilité de réclamer leur argent. Au Tchad de Deby, il y a un Palais de justice, mais pas la moindre ombre de la justice. L’affaire de l’Arche de Zoé est un exemple triste et édifiant.
Les deniers publics sont détournés à la pelle, la corruption est devenue un sport favori, l’insécurité pousse les jeunes à dormir à 21h, le chômage les fouette violemment, les femmes sont constamment victimes de kidnapping et de viol par des gens identifiés comme proches du régime Déby et la liste est longue. Alors pour le bilan, comment s’étonner que le Tchad soit toujours parmi les 3 derniers du monde dans les rapports des institutions internationales telles que le PNUD, la BM, Indice Mo Ibrahim, Doing Business, Transparency international, etc. Le Tchad malgré les milliards des revenus pétroliers encaissés depuis 2003, est classé derrière la Somalie, la Guinée Bissau, la RCA. L’argent détourné massivement est envoyé à l’étranger. Mais un jour viendra, inchallah, tous ces bandits seront traqués pour enrichissement illicite.



Le Sénégal a inauguré le Tribunal spécial chargé de juger l’ancien Président du Tchad, Hissène Habré. A cette occasion, l'on a noté une forte affluence des organisations de défense des droits de l’Homme comme Human rights watch (Hrw) et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho). Mais aussi et surtout, les victimes et les associations de défense des victimes seront présentes. Votre lecture ?
Nous suivons de très près ce qui se passe dans cette affaire et surtout le dernier développement avec la mise en place des chambres africaines. Je vous rappelle que d’éminents juristes sénégalais ont dénoncé ce Tribunal et l’ont qualifié d’anticonstitutionnel. Je rappelle aussi l’Arrêt de Cour de justice de la CEDEAO du 18 novembre 2010 qui a interdit au Sénégal d’organiser un procès sur cette affaire qui, faut-il encore le rappeler, a été déjà jugée par les plus hautes juridictions sénégalaises. L’autorité de la chose jugée impose au Sénégal de fermer définitivement ce dossier. Mais hélas, on s’entête à violer les décisions de justice pour des raisons éminemment politiques. Nous avons suivi sur Dakaractu l’affaire Alcaly Cissé et paradoxalement l’Etat du Sénégal et la Raddho ont crié au respect de l’autorité de la chose jugée pour éviter au sieur Cissé une extradition en Arabie Saoudite où sa vie serait en péril. Alors que pour l’affaire Habré, cette même autorité de la chose jugée est ignorée, piétinée. Quelle hypocrisie !
Des chambres africaines qui fonctionnent avec l’argent d’Idriss Deby, il faut vraiment le faire ! Oui, sur les 4,6 milliards de francs, Idriss Deby (car l’Etat tchadien n’existe pas) a déjà débloqué 4 milliards. Le reste est complété par la France et la Belgique. Donc, en résumé, le Sénégal veut rendre justice dans cette affaire en payant les honoraires des juges par les ennemis du président Habré. Drôle de justice tout de même ! C’est inacceptable.

Contrairement à ce que vous annoncez, les Tchadiens sont les grands absents dans cette affaire. Durant 13 ans, on a présenté à Dakar deux individus à la presse pour parler de « crime contre l’humanité ». Les Tchadiens ne sont pas dupes de ces manouvres politiques couvertes du manteau de la justice. HRW et la raddho tout comme la LTDH ne pipent mot sur les crimes du régime Deby et les autres régimes (Tombalbaye, Malloum, Goukouni). Leur silence est coupable et leur ôte toute crédibilité. La défense du Président Habré a toujours gagné et je suis confiant qu’elle triomphera encore et toujours.

Actualité oblige, Me El hadj Diouf vient d'annoncer une plainte contre son confrère Me Ousmane Sèye; lequel déclarait sur les ondes de la radio RFM que l’argent que Hissène Habré a amené au Sénégal est illicite. Qu'est-ce que cela vous inspire ?
Nous avons suivi cette affaire et aussi celle sur la bande d’Aouzou qui ont fait beaucoup de bruit à Dakar. Pour ce qui concerne l’argent du Président Habré, depuis son départ et jusqu’à ce jour l’Etat tchadien n’a jamais porté une accusation contre lui. L’actuel Premier ministre du Sénégal, s’expliquant sur ce sujet puisqu’il était son banquier à l’époque, avait clairement déclaré qu’une vérification a été effectuée auprès du Tchad et de la BEAC qui a confirmé l’origine licite de son dépôt. Mieux, dans une interview accordée à Jeune Afrique, la direction de la banque Attijariwafa a balayé d’un revers de main toutes les rumeurs relayées par la presse sénégalaises sur ce sujet. M. Hissène Habré a été chef de l’Etat pendant 8 ans, il n’est pas pauvre. Les Tchadiens savent que le Président Hissène Habré est un homme d’honneur et qu’il n’a rien pris au trésor tchadien. Ceux qui soutiennent le contraire s’expliqueront devant l’histoire, un jour.
Quant à l’Avocat Me Ousmane Sèye, par ailleurs homme politique et militant du PDS, présentement tourmenté par cette affaire d’enrichissement illicite qui défraie la chronique à Dakar et alimente les débats à travers le monde entier, il ferait mieux de rester zen, c’est plus licite. Me El Hadj Diouf est un grand Avocat, il jugera ce qu’il y a de mieux à faire.

Dites, avez-vous des nouvelles du Président Habré ?
Non, je n’ai pas de nouvelles directes. Mais, en tant que compatriote et fan, nous sommes des millions à nous enquérir régulièrement de ses nouvelles. Je puis vous dire qu’il se porte à merveille et prêt à faire face à ce complot international ourdi contre sa personne qu’il finira par gagner avec l’aide de Dieu, des Tchadiens et de la majorité écrasante des Sénégalais qui l’estiment et le soutiennent.


Des difficultés, on en croise partout, quelles sont les vôtres au pays de l'oncle Sam ?
Dans tout mouvement et/ou organisation, il y aura toujours des difficultés. Mais avec le soutien des hauts cadres de l’opposition, nous arrivons à les surmonter. Certains d’entre nous continuent leurs études, d’autres travaillent, sinon nous arrivons à coordonner nos actions. Les Etats-Unis offrent des avantages certains, notamment sur le plan des libertés, de la justice et de l’emploi. Nos Etats doivent s’en inspirer.

Dernière question: à quand le retour au bercail ?
Actuellement les choses se précisent et l’espoir renaît dans l’Est et le Nord de notre pays. Les Tchadiens sont des hommes braves et combatifs, quelle que soit l’oppression et les obstacles, ils sauront garder la tête haute dans la dignité pour triompher. Donc, bientôt, vous apprendrez que celui qui fait la pluie et le beau temps au Mali, en RCA, criera au secours à son tour. Sauf que cette fois-ci, ni Khadafi, ni Sarkozy ne voleront à son secours. Le président François Hollande a déjà mis une croix sur lui, c’est à nous les tchadiens de faire le boulot. Un président qui est à son 4ème mandat de 5 ans en fraudant les élections, qui a supprimé la limitation du mandat présidentiel dans la Constitution pour régner à vie, qui assassine toute voix discordante ou qui ne partage pas sa « vision » politique, qui encourage le détournement des biens publics, qui fait la promotion de la médiocrité, ne doit pas rester au pouvoir. Il y va de notre existence. Nous allons libérer le peuple tchadien de ce monstre froid nommé Idriss Déby Itno.


Votre dernier mot ?
Je lance un appel à tous les frères africains en général et aux tchadiens en particulier de se conscientiser et de s’unir afin de libérer l’Afrique de l’impérialisme. Il est grand temps de conjuguer nos efforts au présent pour se projeter dans le futur proche. Je demande aussi aux frères sénégalais de continuer à soutenir leur hôte le Président Hissène Habré, qu’ils ont accueilli au nom de la Téranga, des valeurs religieuses (islamiques et chrétiennes) et africaines. Un hôte qui a respecté à la lettre toutes les obligations de l’asile politique accordé il y a 23 ans et qui vit dans la discrétion et la générosité. « Tous les enfants d'Adam commettent des péchés. Mais les meilleurs des pécheurs sont ceux qui se repentent. » [Hadith rapporté par Abmad et Tirmidhî.] Qu’Allah nous aide à instaurer la paix dans notre cher et aimé continent !
Source: http://www.dakaractu.com/Abdallah-Djorkodei-L-Affaire-Hissene-Habre-est-un-dossier-monte-de-toutes-pieces-par-feu-le-dictateur-Kadhafi-et-l_a41640.html