Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

cas-hh3.JPG

cas-hh4.JPG

 

cas-hh-1.JPGcas-hh-2.JPG

 

Collectif Africain de Soutien au Pr Hissein HABRE (CAS-HABRE) 

Dakar-Sénégal Tel : (00221) 30 107 59 45/ Mob : 77 829 77 64 

E-mail : cas-habre@hotmail.fr 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 0004

En notre qualité de Collectif Africain de Soutien à Hissein Habré (CAS-HABRE), nous intervenons en raison des développements récents de cette affaire tant au niveau gouvernemental qu’au niveau judiciaire, notamment les dernières réunions entre l’Union Africaine, le Gouvernement Sénégalais et les bailleurs de fonds pour mettre en place des « chambres africaines extraordinaires » pour juger une seule personne : Son Excellence, le Président Hissein Habré. Face à cette situation, nous attirons l’attention de l’opinion nationale et internationale sur les faits suivants :

-         L’initiative conjointe du Sénégal et de l’UA pour mettre en place ces chambres est une manœuvre de contournement et de remise en cause de la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO et des décisions rendues par la justice sénégalaise dans cette affaire.

-         Le CAS-HABRE est choqué par cette démarche politique contraire aux principes qui régissent un état démocratique comme le Sénégal.

-         L’État du Sénégal justifie la création de cette pseudo juridiction par le mandat de l’Union africaine, alors que ce mandat n’a pas de fondement juridique, car l’Union africaine n’est pas une Cour de justice et ne dispose d’aucune prérogative pour se prononcer sur des questions judiciaires comme l’a souligné fortement la Cour de justice de la CEDEAO.

-         Les déclarations  concernant un procès « juste et équitable » sont en contradiction flagrante avec tous les actes qui sont posés dans le cas d’espèce, à savoir :

- La remise en cause sans cesse des décisions de justice. Le financement des « chambres africaines extraordinaires » par des bailleurs de fonds partiaux et profondément impliqués dans l’initiative, le déclenchement  et la gestion de cet injuste harcèlement dirigé contre le Président Habré (France, Belgique etc…, y compris le Tchad de Idriss Deby, celui-ci même qui est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat dans lequel la Libye de Kadhafi, la France et le Soudan ont joué un rôle déterminant). N’est-ce pas, qui paye est donneur d’ordre !

- Le Président Hissein Habré serait donc « jugé » par ses ennemis qui s’offriraient ainsi le plaisir et le luxe de financer le soi-disant « procès juste et équitable » où il sera privé de tout moyen de défense.

- Comment comprendre (ou bien on le comprend trop bien) que le Sénégal et l’UA interdisent à ce tribunal d’exception sui generis de poursuivre les autres présumés responsables de crimes commis au Tchad, entre autres, l’actuel dirigeant tchadien, Idriss Deby ! Sans compter que jamais, dans l’histoire judiciaire des États modernes, un tribunal n’a été spécialement créé avec pour mission de juger un seul homme. Certes, le Sénégal ne s’honore pas en essayant de le faire.

Le Collectif Africain de Soutien à Hissein Habré condamne avec la plus grande fermeté une telle décision qui est  purement  politique et ayant pour objectif principal de régler des comptes politiques.

Aussi, nous espérons que le Sénégal, patrie de la Teranga, terre d’accueil et de protection du Président Hissein Habré en sa qualité de réfugié politique, se refuserait de laisser  sa dignité nationale et sa réputation internationale ternies par ces basses entreprises guidées par des intérêts politiques et/ou personnels dangereux.

Le CAS-HABRE lance un appel à tous les hommes et femmes de bonne volonté à exprimer leur capacité d’indignation et de réaction. Il  souhaite voir  l’Etat du Sénégal  prendre ses responsabilités devant l’histoire et rappelle aux Autorités sénégalaises qu’elles portent les aspirations profondes du peuple sénégalais, et sont censées incarner les valeurs de dignité, de respect de la parole donnée et de Téranga  qui constituent le socle indestructible de la Nation sénégalaise. Par conséquent, elles ne doivent pas prêter le flanc et apparaître comme le bras armé d’une vengeance politique.

Fait à Dakar le 09 Octobre 2012

 

Le Collectif Africain de Soutien à Hissein HABRE  (CAS-HABRE)

Le président

Jules SAMBOU