Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


tine.jpg
Dr Alioune tINE,
Président de la RADDHO

Communiqué de presse

 

La vocation des militaires n’est pas de restaurer la démocratie au Niger mais d’en créer les conditions

 

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) exprime sa profonde préoccupation par rapport à la succession des coups d’Etat et des régimes autoritaires ou d’exception qui jalonnent l’histoire politique du Niger.

 

Après Seyni Kountché en 1974, Mainassara Baré en 1996, Daouda Malam Wanké en 1999 et le coup d’Etat constitutionnel de Tandja en août 2009, le Chef d’Escadron Salou Djibo vient de mettre fin à l’impasse politique et à la panne des institutions au Niger depuis le 18 février 2010.

 

La responsabilité de cette situation politique délétère incombe fondamentalement à l’aveuglement d’une élite politique cynique qui cherche à s’éterniser au pouvoir par la force, la violation systématique des normes de l’Etat de droit,  de la démocratie et des droits humains. D’où la nouvelle perception de certains coups d’Etat militaires dans ces contextes comme des coups d’Etats libérateurs par une opinion de plus en plus déçue des transitions démocratiques en Afrique.

 

La condamnation symbolique ou principielle de ces coups d’Etat sonne comme des disques rayés, donc dénuée de tout contenu politique et sans aucun impact.

 

Dans tous les cas, la RADDHO estime que la restauration de la démocratie n’est ni la vocation, ni le métier des militaires.

 

Aussi la RADDHO recommande à la junte militaire de :

i.                    Mettre en place un gouvernement d’union nationale de transition exclusivement composé de civils et dont l’objectif unique est d’organiser les élections transparentes et démocratiques dans un délai de un an au maximum.

ii.                  Organiser dans les meilleurs délais une grande concertation nationale chargée d’examiner les conditions de restauration de la Constitution et des institutions de la 5e République qui ont largement fait la preuve de leur efficacité afin d’éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain.

iii.                Mettre en place un organe de transition délibératif couvrant cette période de transition.

 

Durant cette période, la junte militaire peut faire fonction d’organe d’arbitrage et de régulation, surveillant le respect de l’application des décisions et résolutions issues de la concertation nationale.

 

Invite la Communauté africaine et internationale à soutenir sans faille la junte militaire si elle s’inscrit dans une dynamique de restitution du pouvoir aux civils par les voies démocratiques énoncées dans les recommandations.

 

Fait à Dakar, le 19 février 2010

Le Président


Villa N°4024 Amitié II – Allées Seydou Nourou TALL – BP : 15246 Dakar _ Fann SENEGAL

Téléphone :   (221) 865 00 30   – Fax : (221) 824 60 52

E-Mail : raddho@orange.sn   - Site web : http://www.raddho.org