Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Appel à la médiation : déclaration de Dakar

 

Mesdames et Messieurs,

Chers journalistes,

Nous vous remercions d’avoir répondu à ce point de presse, que nous organisons ici à Dakar(Sénégal) au siège de la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) à qui nous rendons un hommage mérité à tous ses membres et particulièrement à son Président M.Alioune Tine, qui ne ménagent aucun effort pour le respect des droits de l’homme en Afrique et singulièrement au Tchad où ils sont littéralement violés par le régime en place et ses sbires.

Cette conférence de presse s’inscrit  dans la dynamique de paix et dans l’intérêt de sensibiliser les médias que vous êtes et à travers vous, l’opinion publique, les autorités sénégalaises, la communauté africaine et internationale sur la situation politique au Tchad marquée par l’impasse absolue.

Au Tchad, de l’avis général, la crise politique et institutionnelle actuelle se caractérise par la rupture de dialogue de paix par la faute du régime d’Idriss Deby Itno, qui dans sa logique  belliciste, impose à ses opposants, une simple reddition par l’achat des consciences et  le débauchage.

Aussi, faut-il souligner, qu’au Tchad les partis politiques qui animent l’opposition démocratique évoluent dans un environnement sociopolitique intenable et verrouillé où  la  presse ainsi que  la  société civile, intimidées et muselées, sont  désormais réduites  au silence.

C’est dans ce climat de terreur et de répression, que plusieurs opposants ayant choisi le retour au bercail par la voie des négociations, ont été arrêtés le 10 novembre dernier  et jetés dans les lieux de détentions arbitraires et tristement  appelés les « Bagnes de Korotoro », situées environs 1000 km de Ndjaména où ils subissent des actes de tortures et autres formes des traitements inhumains et dégradants, loin des regards des organisations humanitaires et  de défenses des droits de l’homme, interdites d’y accédées.

De plus, il faut ajouter que la gabegie, le clientélisme, le clanisme, l’arrogance la mal gouvernance politique, économique et sociale, complètent le décor en terme des passifs du régime tchadien.

Devant des tels constats alarmants, se pointe dans le paysage politique tchadien, une mascarade électorale inévitable à venir qui proclamera Idriss Deby vainqueur dés le premier tour avec un score à la « soviétique ».

Pour rappel, l’impasse et le blocage politique au Tchad, découlent des échecs successifs de plusieurs tentatives des négociations menées par les pays amis dont  la Libye, le Soudan, le Gabon et le Congo, du fait de la mauvaise foi du pouvoir d’Idriss Deby à respecter ses engagements souscrits devant les différents partenaires et parrains qui appellent de leurs vœux à la résolution pacifique de la crise tchadienne.

Compte tenu de l’immobilisme actuel au Tchad, le Front pour le Salut de la République (FSR) et ses alliés, sollicitent vivement la médiation de son excellence Me Abdoulaye Wade , Président de la république du Sénégal, l’implication effective et soutenue des pays voisins du Tchad avec la participation du  Burkina, du Mali,  de l’Union Africaine (U.A), pour aider le peuple tchadien à trouver à l’amiable et de façon consensuelle les voies et moyens susceptibles de résoudre pacifiquement les contentieux politiques et armés entre le pouvoir d’Idriss Deby et tous les segments de la vie politique tchadienne.

Cette démarche s’inscrit en faveur de la stabilité politique pour le retour définitif  d’une paix durable  et la refondation de la nation tchadienne, afin de sortir le pays des conjonctures économiques, des fatalités naturelles pour amorcer un élan promoteur irréversible vers un essor socio-économique, l’instauration  d’une justice sociale entre toutes les filles et tous les fils du Tchad, unis par l’histoire et la géographie de vivre ensemble dans leur diversité et de mettre un terme  à des années des conflits fratricides encouragés par des élites insouciantes.

 

                                                  Fait à Dakar, le 1er décembre 2010

            Pour la Coalition du Front pour le Salut de la République (FSR) et ses alliés

                                Le capitaine Pilote, Ismaïl Moussa