Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

gadaye2-1-.jpg

Les trois institutions de la République et la commission électorale nationale indépendante jouent gros. En effet, à la veille des échéances électorales prévues pour l’année 2011 leur crédibilité est mise à l’épreuve.

Sous la supervision du Conseil Constitutionnel, l’organisation des élections générales (législatives et présidentielles) est assurée par la commission électorale nationale indépendante (CENI). La même CENI s’occupe de l’organisation des élections locales (communales, départementales et régionales) mais sous supervision, cette fois de la cour suprême.

Le Haut Conseil de la communication s’occupera d’une régulation objective et équitable de la couverture médiatique des élections.

Ces quatre institutions doivent prouver leur crédibilité face à l’opinion nationale et internationale.

Il s’agit de jouer pleinement leur indépendance en refusant toute injonction quel qu’elle soit et d’où qu’elle vienne. Elles doivent se montrer imperméables à toute inféodation.

Les cadres tchadiens qui ont été choisis pour composer ces organes méritent tous, leur appartenance à ces institutions respectives. Et ce, en référence surtout à leur formation et à leur qualification professionnelle.

Encore que, ce mérite doit être démontré par les intéressés à la nation tchadienne. Ils sont exposés individuellement et collectivement à toute sorte de procédés censés porter atteinte à leur intégrité morale. En effet, le spectre de la tentation est omniprésent. Le pouvoir en place n’hésite pas un seul instant à faire des offres alléchantes dans ces basses manœuvres visant la manipulation des élections afin q’elles soient conformes à ses attentes.

Ce sont ces multiples défis que les membres de ces institutions sont appelés à relever.

 

-         Le premier défi tire sa raison d’être de l’accord du 13 août 2007, liant tous les acteurs politiques tchadiens à œuvrer pour l’organisation des élections libres et transparentes au Tchad. Cet accord a été conclu grâce à la facilitation de l’Union Européenne à travers sa délégation à Ndjamena. Cette dimension exogène constitue un support de poids pouvant être exploité par les institutions en charge d’organiser les élections.

 

-         Le deuxième défi est lié au professionnalisme et à la maturité des organisateurs des élections au Tchad. En effet, vingt (20) ans d’apprentissage démocratique est une période largement suffisante pour éviter maladresse ou faux pas.

-         Le troisième défi est lié au respect du peuple tchadien qui attend des résultats conformes à ses voix exprimées dans les urnes. Ce défi se trouve renforcé par cet œil extérieur qui attend des tchadiens à ce qu’ils forcent l’admiration de la communauté internationale.

-         Le quatrième défi est lié au strict respect du principe de l’ultime conviction qui repose sur la conscience surtout le sens que revêt cette notion pour les magistrats. Ce quatrième défi est renforcé par le souci constant de ces institutions d’être le rempart de la probité et de l’intégrité morale.

-         Le cinquième défi enfin, est lié à la responsabilité de chacun mais aussi de tous, face à l’histoire. A ce stade il n y a que deux alternatives :

   

   • soit la reconnaissance de la nation à ses enfants en immortalisant leurs noms ;

    • soit mépris et dédain qui suivront tout le long de la vie.

 

Comme vous le constatez la tâche n’est pas facile mais comme disait l’autre : « un homme averti en vaut deux ».

 

A bon entendeur salut.

 

Fait le 17 novembre 2010

 

Dr. Ali Gaddaye