Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Coup d’Etat au Tchad est plus raisonnable qu’au Mali
5fbff85283292e91c2bcfc54e569 grande


Le Peuple du Sénégal vient de nous administrer une grande leçon de maturité citoyenne démocratique et républicaine. Abdoulaye Wade a été battu sévèrement aux urnes par le peuple sénégalais et ne peut que reconnaitre sa défaite. Tout est en son honneur. Cela revient aussi à dire que des dictatures masquées en démocratie de façade comme celles du Tchad, du Cameroun, Gabon, Congo, Guinée Equatoriale et autres pays d’Afrique francophone devraient tirer des leçons essentielles et remettre le pouvoir aux peuples. Ces pays ont besoin d’un véritable processus de démocratisation et de développement que la France officielle doit tenir compte au risque que les peuples d’Afrique francophone se retournent contre elle.

Pour revenir sur le cas du Tchad, il est indéniable que les citoyens tchadiens vivent depuis 22 ans du pouvoir du régime de Deby dans un environnement de violence, des tueries, de pauvreté et d’humiliations permanentes. Les luttes à tous les niveaux qui traversent le Tchad sont un moment décisif quant à l’avenir du peuple tchadien et à sa libération du pouvoir dictatorial du MPS. Il n’y a pas encore eu ni printemps ni révolution, mais les choses commencent à se dessiner.  Les consciences populaires doivent saisir ce moment historique pour poursuivre la résistance aux manipulations d’un régime clanique aux abois qui veut les diviser. Les Tchadiens ne devraient rien lâcher au dictateur de N’djamena,  à son système de gouvernance, aux Etats et aux entreprises avides de marché. La conscience nationale et les manifestations sans vision ne suffiront plus. Il faut aussi définir sinon renforcer des objectifs régionaux et internationaux clairs. Autant le Coup d’Etat au Mali est à condamner, autant, un pays comme le Tchad a besoin d’un rapport de force militaire pour apporter le changement que tout un peuple tchadien attend depuis 22 ans.

Il est évident que le Tchad n’est pas une démocratie républicaine et la situation socio-économique et politique est de plus en plus grave. Le Tchad ne dispose malheureusement pas d’une «armée nationale et républicaine», en tant que socle des institutions de la République. L’Armée au Tchad, se résume souvent en «gardes prétoriennes» au parfum du clanisme, du régionalisme, du tribalisme. Une unité soi-disant d’élite qui bénéficie des largesses du régime incarné par le président en exercice, pendant que le reste de ce corps est laissé pour compte. Des frustrations apparaissent rapidement et sont à la base de ces humiliations que connaissent la plupart des temps  «l’armées tchadienne». Une prise de conscience de l’armée républicaine est nécessaire pour un changement de gouvernance au Tchad, qu’il soit par un Coup d’Etat ou d’autres stratégies militaires. Il n’y a pas d’autre choix en l’absence d’une approche démocratique, que d’une prise de pouvoir par la force. Il faudrait que les tchadiens se préparent à cette option qui est la plus réaliste. Ce faisant, l’armée tchadienne deviendra une «fierté nationale», à l’exemple des «équipes nationales de football».   
Le courage et la détermination du peuple tchadien sont un moment décisif quant à l’avenir du peuple du Tchad et sa libération d’une dictature camouflée. La liberté et la dignité sont à ce prix.

Bogui Dounia