Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

WODJI.jpg

 

Déclaration

WODI2.jpg

 

                               Côte d’Ivoire : Bilan et perspectives

 

La Rencontre Africaine pour la Défense des droits de l’Homme (RADDHO), la Coalition de la Société Civile pour la Paix et le Développement Démocratique en Cote d’Ivoire/ Club Union Africaine CI  (COSOPCI/ Club UA-CI) et la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) sont gravement préoccupées par la situation d’enlisement , d’enkystement et d’impasse marquée par la bataille d’Abidjan pour le contrôle du Palais et de la résidence présidentielle qui donne lieu à des conflits violents dans les quartiers d’Abidjan notamment à Cocody et Plateau.

 

 En effet, depuis les affrontements du 4 avril 2011, Laurent  Gbagbo fidèle à sa stratégie de terre brûlée manifeste une résistance inattendue face aux forces pro-Ouattara, situation qui prolonge le cauchemar des ivoiriens et qui exacerbe la grave crise humanitaire persistante sur toute l’étendue du territoire et particulièrement dans ville d’Abidjan.

 

La situation sécuritaire et humanitaire 

 

Elle est grave et  dévastatrice marquée par un bilan macabre : avec plus de 800 morts à Duékoué. Plusieurs charniers auraient été découverts dans différents endroits du pays. On compte également  plus de 1 000 000 de personnes déplacées fuyant les combats  d’Abidjan, pour les villes du Centre et du Nord, dont beaucoup de femmes et d’enfants, 123 000 réfugiés au Libéria, 5 000 réfugiés au Ghana.  Ces personnes vivent dans des conditions exécrables sans nourritures, sans eau ni électricité et parfois sans possibilité de moyens de communication téléphonique. Les autorités locales sont totalement dépassées avec l’absence et le déficit des infrastructures de base, des structures sanitaires et ont  besoin d’urgence du soutien des organisations humanitaires internationales. Surtout avec le spectre de la famine qui plane sur la Cote d’Ivoire.  

 

Depuis l’attaque de la ville d’Abidjan par les éléments de la FRCI  proches de l’Alassane Ouattara la situation sécuritaire s’est dangereusement dégradée avec les pillages, les règlements de compte.       

 

Il est urgent aujourd’hui de tourner la page tragique de ce conflit meurtrier et dévastateur qui constitue une véritable catastrophe pour la Cote d’Ivoire, pour l’Afrique de l’Ouest et qui ne finit pas de ternir l’image du continent africain.

 

La communauté africaine et internationale doit  impérativement se mobiliser pour aider la Cote d’Ivoire par tous les moyens à sortir de cette situation sous peine de non assistance à peuple en danger.

 

La RADDHO, la COSOPCI/ Club UA-CI et la LSDH recommandent :

 

Au Président élu et au Président sortant :

 

  • A s’engager solennellement à mettre définitivement un terme au cauchemar du peuple ivoirien par des voies pacifiques, à respecter le droit humanitaire international en garantissant la protection des biens et des personnes, en respectant le droit à la vie et à l’intégrité physique  de toutes les personnes civiles et militaires ;   

§  Invite une fois de plus le  Président Laurent Gbagbo à avoir pitié de son peuple en acceptant les résultats issus des urnes et à accepter la protection offerte par les forces de la communauté internationale.

 

A la Communauté internationale

 

  • De mettre en place dans les meilleurs délais  une commission d’enquête internationale sous l’égide des Nations Unies et qui aura pour mandat  de faire la lumière sur tous les crimes de guerre et crimes contre l’humanité et d’attraire leurs auteurs devant  la Cour Pénale Internationale;
  • Organiser une conférence internationale pour la paix et la reconstruction de la Cote d’Ivoire ;

 

Aux  autorités ivoiriennes

 

  • De créer d’urgence  une Commission Vérité Justice et Réconciliation en vue de procéder à une profonde introspection des ivoiriennes et des ivoiriens en vue d’aboutir à une réconciliation sincère en vue d’une paix juste et durable;
  • Mettre en place une justice transitionnelle ; 
  • Reconstruire une armée et des institutions républicaines afin de refonder une Côte d’Ivoire nouvelle respectueuse de la démocratie de l’Etat de droit et des droits humains;

 

Fait à Dakar le 09 avril 2011

 

Alioune Tine (RADDHO)

Traore Wodjo Fini (COSOPCI/ Club UA-CI)

Me Assane Dioma N’Diaye (LSDH)