Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Je crois que la situation de Brazzaville est vraiment délicate. Franchement, cet acte odieux déshonore tous les tchadiens qui vivent à Brazzaville et surtout nous étudiants. A l’Université, nos collègues congolais nous regardent avec mépris, nous sommes dans tous les débats si bien que l’adjectif ou le nom tchadien a désormais une connotation péjorative, il se crée de plus en plus un climat de méfiance à notre égard. Le Congo avait toujours été un pays d’accueil pour les tchadiens mais là les congolais en ont plus qu’assez de notre comportement cruel.  

S’il vous plaît, si vous n’avez rien à faire au Congo, mieux vaut retourner au Tchad labourer la terre, notre pays a une superficie de 1.284.000Km2 et évidemment il y a de la place pour vous et vos actes sordides. Parce que là-bas au moins vous pouvez abattre froidement les gens, prendre leurs engins sans être inquiétés comme vous en avez l’habitude.

Je pensais qu’en tant que musulmans vous devriez mettre dans vos crânes que le vol et la criminalité sont des actes répréhensibles, mais je me rends compte que je me suis trompé car vos méthodes ne sont pas loin de celles de la secte islamiste BOKO HARAM.    

Vous êtes conscients que les braquages, les agressions à mains armées dans lesquels vous êtes impliqués sont condamnés par  la loi et vous avez le culot de venir envahir les locaux de l’ambassade, demandant à l’Ambassadeur de faire libérer vos frères criminels qui sont aux arrêts ?


Tout  porte à croire que certains diplomates jouent un double jeu dans cette affaire. D’après certaines sources, certains d’entre eux (diplomates) sont instigateurs de la manifestation sauvage qui  a eu lieu à l’ambassade la semaine dernière. « Au nom de l’islam, on ferme les yeux sur la culpabilité de son frère ». Mais ce postulat, il est valable au Tchad et en RCA mes chers compatriotes,  au Congo il y a une autre réalité.

 

Etudiant de Brazzaville