Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Confession d’un ancien ami à Terio
zakaria
Confession d’un ancien ami à Terio


Je viens par l’entremise de la toile me repentir auprès de Dieu pour tout le mal que j’ai causé directement ou indirectement en la personne de Abdelkerim Terio car ma conscience ne me permet pas de continuer à rester dans ce silence pesant du déshonneur. C’est vrai que Terio est un parent et un ami de longue date mais par mégarde j’ai été entrainé dans cette campagne de dénigrement et de diffamation par un autre ami commun à nous deux que je préfère taire le nom pour ne pas envenimer encore plus la situation entre les familles. Notre malaise a commencé lorsque Terio a publié son premier livre intitulé « La désobéissance utile » étant donné que la parution de ce livre ne nous a du tout pas plu et cela j’avoue pleinement que nous avons agi sans réfléchir par pure antagonisme et jalousie. Nous avons estimé qu’il n’est pas le plus habilité à narrer cette histoire qui retrace un parcours douloureux qui a marqué quelques uns d’entre nou s et pour le dissuader nous lui avions fait énormément d’injonctions pour le retrait pur et simple de son roman. Cependant il a continué à écrire un autre livre, en fait c’est pour nous narguer d’après nos réflexions échangées avec d’autres amis, et cela nous a profondément offusqués. C’est ainsi que nous avions entrepris de taper dur et fort pour le désarçonner à jamais, l’anéantir dans tous ses projets puisqu’il s’est montré très déterminé et courageux malgré nos avertissements intempestifs voilés.


Quelques mois s’étaient écoulés et à notre grand effarement il a été nommé ministre dans le gouvernement et cela a accentué encore plus notre agacement. Mon intention première n’est du tout pas (en mon âme et conscience) de faire du mal à Terio mais seulement de le décourager à écrire. Pourtant je ne sais pas franchement ce qui m’a pris à aller jusqu’à le souiller au point qu’il soit demis de ses fonctions de ministre. Des gens parlent du conflit qu’il a eu avec Abbas Tolli comme étant la cause de son départ du gouvernement mais non je vous dis que nous avions intoxiqué tous les parents proches du président en lui collant toutes les étiquettes pour que le problème prenne de l’envergure et de la gravité : en l’accusant de fomenter un coup d’état avec ses cousins infiltrés à la présidence et à la DGSSIE, en le traitant comme étant l’instigateur des insultes proférées à l’encontre du PR et de ses proches, en le traitant de voleur, d’intégriste etc.


Aujourd’hui si je me confie ce n’est pas pour me justifier de ces actes abjects engendrés par l’envie mais tout simplement pour avoir le pardon de Dieu et la conscience tranquille. En outre je demande à mon binôme de cesser de s’acharner éternellement sur quelqu’un qui ne nous a rien fait comme préjudice et laisser tomber la calomnie puisque Dieu n’aime pas les calomniateurs, car Dieu dit dans le coran « AL FITNA ACHADOU MINAL KATIL » ce qui signifie semer la zizanie entre les hommes est pire qu’un crime.


C’est pourquoi, je demande l’amabilité et le pardon de Terio pour toute cette peine que nous lui avions infligée injustement. Sans oublier d’énumérer ses bienfaits entre autres à un moment donné, il nous aidait à soigner nos enfants hospitalisés. Un adage Zaghawa dit « vaut mieux son mauvais parent que le bon parent de l’autrui » et pourtant il n’est même pas mauvais envers nous et moins encore quelqu’un qui peut décider de faire du mal à qui que ce soit.


Que Dieu nous pardonne tous et unit les cœurs des tchadiens !
Le repenti