Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le président Deby, pour briser l’isolement sur la scène internationale,  a envoyé nos soldats à la mort certaine : prétend-il lutter contre les terroristes ? Au contraire, il ouvre la boite de pandore et c’est maintenant qu’il les attire chez nous.


Certains partis politiques du Tchad dits de l’opposition dite démocratique, leur fameux et fumeux chef à la tête, se prostituent certainement pour des espèces sonnantes et trébuchantes et quelques promesses de l’autocrate qui ne seront jamais tenues, cette opposition qui boycotte les élections présidentielles pour manque de frais de campagne va au suicide politique pour sauver un régime moribond qui n’obtiendra qu’un sursis ; l’opposition la plus nulle de l’Afrique est maintenant morte.

 

Le peuple du Tchad est maintenant édifié, le régime actuel est à l’agonie, l’opposition intérieure est morte et enterrée.

 Que faire ?

Peuple Tchadien, jeunesse Tchadienne, notre situation n’est pas une fatalité, ne soyons pas fatalistes.

Pour nous en rendre compte amendons notre cher hymne national, mettons le en pratique et réveillons-nous :

Peuple Tchadien (dans l’unité et dans la diversité)

Debout et à l’ouvrage

Tu as conquis, ta terre (et tu vas bientôt conquérir tes droits)

Ta liberté, naitra de ton courage

Malgré nos ressources humaines et naturelles, nous sommes le dernier peuple du contient sauf en matière de violence, en savoir tuer, en corruption et  gaspillage.

Nous sommes dans une crise multiforme : politique, sociale, économique, alimentaire.

Jeunesse Tchadienne au chômage, société civile, opposition extérieure, diaspora, braves paysans et éleveurs, chômeurs laissés pour compte, debout solidaires comme un seul homme pour la désobéissance civile et la lutte finale ; l’heure a sonné, le rendez-vous de l’histoire nous attend.


Tchadiens, indignons-nous, réagissons avant qu’il ne soit trop tard.


Abdallah Salah