Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

COMMUNIQUE DE PRESSE DU RDPL

 

Le Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad  (RDPL) CONDAMNE La destruction du patrimoine culturel du logone Et deS EXACTIONS COMMISES A Moundou

 

Le Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad (RDPL) est profondément troublé et indigné par le saccage des bâtiments de l’Hôtel de ville de Moundou, la destruction du patrimoine culturel du Logone ainsi que le caillassage du domicile du Maire de Moundou par des individus dont on ignore encore les véritables intentions ; mais qui bénéficient, en cela, protection et impunité auprès du commandement militaire de la région.

 

La destruction des monuments et autres biens culturels du Logone est une attaque tendancieuse inadmissible à l’identité culturelle des populations du Logone en particulier et du Tchad en général. C’est une atteinte à notre dignité humaine, à notre identité ; une insulte à l’histoire, à notre humanité ainsi qu’aux mémoires des tchadiennes et tchadiens dans leur ensemble.

 

Ces destructions constituent une violation intolérable des droits culturels des peuples ; et un sabotage à l’effort de la tolérance religieuse, de la réconciliation et de l’unité nationales. D’autant plus vrai que les militaires dépêchés sur les lieux pour garantir la sécurité des biens et des personnes ont pris la partie des délinquants et s’en sont pris violemment aux populations identifiées clairement comme étant des autochtones qu’ils terrorisent, en leur infligeant des exactions et traitements physiques dégradants, le tout sous le silence complice et complaisant du commandement militaire et des autorités civiles de la région. C’est ainsi que depuis le début de cette affaire plusieurs cas de viols, de châtiments corporels humiliants et des exécutions sommaires ont été commis sur les citoyens tchadiens du Logone par des militaires sensés protéger les populations et maintenir l’ordre et la sécurité publique.

 

Outre, les atteintes graves à l’intégrité physique des populations autochtones du Logone, le patrimoine culturel de la région est ainsi systématiquement saccagé, d’après un plan diabolique prémédité,  par ceux-là qui, depuis plus de 20 ans maintenant, sont au dessus de toutes lois de la république, et ne respectent  ni le Tchad, ni les citoyens tchadiens. 

 

La profanation de l’héritage culturel et historique du Logone est un acte de défiance politique, sociale et morale, à la fois, pour le Logone et pour le Tchad tout entier. Or, face à ces actes odieux et gravissimes, nous constatons avec frayeur et étonnements médusés le silence et le manque de réactions officielles des services compétents du Ministère de la culture, garant de la protection et de la conservation du patrimoine culturel.

 

Le RDPL condamne de la manière la plus énergique ces comportements odieux dignes d’un autre âge ; met en garde tous ceux là qui se croient au dessus des lois de la république et qui s'hasardent à déterrer la hache. Nous demandons aux autorités de tout mettre en œuvre pour identifier et appréhender les auteurs de ces méfaits afin de les traduire devant la justice de la république.

 

Enfin nous en appelons à la vigilance et à la mobilisation de toutes les populations du Tchad, pour se lever et élever unanimement la voix pour condamner sans équivoque ces actes  odieux et indignes de nature à attiser la haine ethnique et religieuse et de violences intercommunautaires gratuites. Par ailleurs nous appelons les populations du Logone géographique à se lever comme un seul homme, une seule femme, debout, pour défendre sa culture, sa mémoire, son patrimoine, son identité, sa liberté. Ils ont déterré la hache. Refusons d’être débarqués de nos cercueils.

 

Fait le 23 mars 2013

Bureau Exécutif du Conseil de la Concordance Nationale
Rdpl, Mieux Vivre ensemble
Un engagement pour le Tchad
La Passion de bâtir, le Rêve de construire!
 

Michelot Yogogombaye