Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

NP.JPG                                                

Décidément le site de Makaila donne du tournis au chef du gouvernement tchadien. Quelques jours après sa cuisante humiliation par le chef de l’Etat devant douze de ses collaborateurs ministres, le fils du moniteur d’enseignement primaire veut récoler les morceaux.


C’est ainsi que lors du conseil de cabinet du jeudi dernier, 19 juillet, Emmanuel Djelassem Nadingar a essayé de laver le linge sale en famille. Il a demandé aux ministres d’être solidaires et d’entretenir une relation de franche camaraderie. Il a surtout insisté sur la nécessité de préserver le secret professionnel et la confidentialité des entretiens entre collègues.


Il a à l’esprit le compte-rendu fidèle réalisé dans le site de Makaila à la sortie de son entretien du 10 juillet à la présidence de la république. Il se demande toujours comment le site a pu rendre un récit aussi précis. Il accuse donc ses ministres d’être de mèche avec le bloggeur et activiste tchadien Makaila Nguebla.


Profitant de cette brèche ouverte, le truculent Padaré s’y engouffre. L’enfant terrible de Léré qui se voit dans une autre posture depuis qu’il a terrassé son ancien parrain Kebzabo, charge le Premier Ministre bille en tête. Sans gants, il lui jette à la figure pêle-mêle, son silence face aux attaques de la presse à son encontre, son silence face à la rumeur d’envoûtement contre le PM dont il serait l’instigateur. Padaré charge également le Premier Ministre sur sa propension à entretenir une cours propre à lui ce qui fait qu’il y a aujourd’hui une catégorie de ministres privilégiés.

Jean Bernard Padaré n’est pas non plus un enfant de cœur, même s’il cherche à se justifier auprès de son petit chef, personne n’est dupe. Depuis qu’il a fait main basse sur la ville de Léré, jean Bernard Padaré tel un  rouleau compresseur, cherche à écraser tout sur son passage. Et c’est à juste titre que  lui et Nadingar se regardent  en chien de faïence.

Confus face au regard condescendant d’un Padaré qui s’est rappelé ses plaidoiries au palais de justice, Nadingar a fait son mea-culpa. Padaré connu pour son air suffisant n’a pas hésité de lui dire qu’il n’a rien dans le cœur mais tout le monde sait que c’est une paix de dupes. Bref le maitre et son élève se sont livrés  à une séance d’explication hypocrite tant la rancœur entre les deux est tenace. Chacun d’eux aiguise son couteau et attend le bon moment pour s’en servir. Bref, la nuit des longs couteaux n’est pas prête de voir l’aube sonné.

C’est l’occasion toute trouvé pour Hassan Terap, l’autre tête brulée du gouvernement de charger le premier ministre accusé de tous les maux. Il serait le plus grand commun diviseur. En tout cas, le fils du Guera dit ne rien attendre de qui que ça soit après six ans passés au gouvernement.


Son camarade de Viva-RNDP, Gaourang, SGG adjoint, rappelle aux uns et aux autres qu’un jour il a passé des heures au cabinet du PM sans jamais être reçu alors qu’il allait à une mission. Depuis lors, il a juré de ne plus jamais mettre pied dans ce cabinet maudit. En définitif la cohésion tant recherchée par Nadingar n’est pas pour demain. Et son navire prend de l’eau de partout, il est temps que IDI mette de l’ordre.


Le débat fut clos parce que le besoin de parler est de plus grand et il faudrait plusieurs heures ou jours pour tout déballer.


Alors, monsieur Nadingar, la cohésion gouvernementale et le bâillonnement de la presse c’est pour quand ? En tout cas, Makaila sera toujours là pour dévoiler tes manigances. Padaré ne perdra rien à attendre non plus. Son tour viendra.

 

Bachir Salahadine