Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

deby 22

 

Khalil Kelley CHAHAIMI                                                              N’Djamena, le 30 Avril 2012

Fils du feu Kelley CHAHAI

Chef de Canton Kamaya

 


 

 

 

       A

 Son excellence Monsieur le Président

   De la République du Tchad

Objet :lettre d’explication et de revendication de

        Mon cantonnat de Kamaya

 

                 Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,

    J’ai l’insigne honneur de venir auprès de votre très haute autorité pour porter à votre auguste attention la quintessence de la problématique qui prévaut au sein du Canton Kamaya depuis quelques années.

    Excellence, qu’il me soit permis de rappeler que je m'appelle Khalil Kelley Chahaimi, fils de feu Kelley Chahaimi chef de canton Kamaya de 1936 à 2002 (que son âme repose en paix).

  Je me sens contraint de vous écrireaujourd’hui, Excellence Monsieur le président de la république, pour vous faire part de  la situation désastreuse et alarmante dans laquelle se trouve mon cantonnât de Kamaya,  juste parce que unhomme,Rozi Fodeibou multimilliardaire criminel et corrupteur qui a bien voulu créer des précédents jamais vécus au sein de notre canton.

     Excellence Monsieur le Président, en tant qu’actuel notable et fils de notabled'une des chefferies traditionnelles les plus nobles et connues du BET, vous êtes bien placé que quiconque pour savoir que le cantonnât est le socle de l'administration territoriale assurant le maintien de la paix sociale, l'harmonie à l'intérieur et à l'extérieur des ethnies. Mon père Mr Kelley Chahaimi a exercé en tant que chef de canton de Kamaya de 1936à 2002. Durant cette longue période, il n'y a pas eu une seule cacophonie émanant du cantonnantKamayaqui porterait atteinte à la paix sociale entre les enfants de l'ethnie de Kamaya, ni a aucune autre ethnie dans le BET.

Le chef de canton Kelley Chahaimi n'a jamais manqué à son devoir primordial vis-à-vis de l'Etat s’obligeant ainsi au maintien de la paix qui est la base de tout développement d'un pays et un élément conditionnant l'épanouissement des enfants d’une patrie.


Mr le président, les 65 années de travail accompli par mon père et les glorieusesannées de paix qu’ont connu les fils des Kamayas et ceux du BET sont  malheureusement sur le point d'être anéanti pour toujours par un homme qui est Rozi Fodeibou. S'estimant milliardaire sans doute, et ne comprenant pas la valeur du cantonnantpuisqu’il n'estpas issu d'unelignée cantonale, pense offrir à son grand frère en cadeau le titre de chef de canton pour la simple raison qu'il a les moyens de faire et l’influence dans le gouvernement.


Mr le président, permettez-moi de vous rappeler  que le titre de chef de canton est légué  selon la législation de notre pays de père en fils. Mr Rozi Fodeibou et son grand frère ne faisant pas partie de la lignée de Kelley Chahaimi a abusé de la confiance que les autorités de l'Etat ont en lui, en niant mon existence comme successeur légitime sur la base de faux procès-verbaux de la famille Chahaimi, déclarant son frère seul héritier du titre litigieux.

Mr Rozi Fodeibou ne comprenant pas qu'un chef de canton doit toujours prôner la paix a fournile 24/02/2012,deux armes kalachnikov (AK47 russe) et devenant le chauffeur de ces derniers attaquent en plein capitale de notre pays, la maison de Colonel Rozi Tchouma Chahaimi, et blessant gravement deux de ses enfants et Rozi Fodeibou fort de ses relations dans l'administration public, réussi à emprisonner le père des enfants blessés Colonel Rozi Tchouma Chahaimi qui est un homme victime selon les lois tchadiennes, qui  luttentcontrele trafic d’influence, les agressions à domicile, attaque à main armé, délinquances organisés et détention illégale des armes automatiques de guerre etc. Son FrèreDjimi Fodeibou, l'actuel chef de canton, ne bénéficiant d'aucune légitimité dans la communauté Kamayas croisent les bras à son domicile de Klemat, en attendant que son super Frère sème la pagaille dans la communauté Kamayas.


Le Fils de ma tante Djimi Fodeibou (actuelle chef de canton Kamaya) que son amé repose en paix est décédé le 27/04/2012 à Khartoum suite une longue maladie. En croyant suite à ce regrettable décès de mon cousin, Rozi Fodeibou en tirerai les leçons des erreurs qui l’a commis dans le passé en nommant son frère comme chef de canton et à enterrer définitivement la hache de guerre contre sa famille maternelle, le 29/04/2012, il proposa Moustapha Djimi Fodeibou qui est âgé de 20 ans comme successeur (huile sur le feu). Comment ça fait-il que Moustapha non seulement il est plus jeune que moi, qui ne connais même pas parler la langue Gorane et qui est depuis plus 10 ans (la moitié de sa vie) aux etats-unis, ne prend même la peine de savoir quel sont les nouvelles de sa propre famille, et qui n’a même pas assisté ni à l’intronisation de son père ni aux funérailles de son père est proposé par la communauté pour être chef de canton de Kamaya. La vérité est que Rozi Fodeibou a menacé à mort comme il les fait d’habitude, les pauvres vieillards de la communauté, les menaçants de licencier leurs enfants travaillant dans l’administration public et privé avec son influence dans les administrations, si le vieillards ne signerai pas dans la nuit le faux PV soit disant envoyé  de Faya-Largeau.


Je crois que Rozi aurait pu trouver mieux comme successeur dans la famille, si il veut le salue de la communauté Kamaya.

Excellence Mr le Président de la république, face à toutes ces situations calamiteuses que se trouvent les Kamayas, Je vous prie de bien vouloir Excellence, Mr le président de la république, chef de l’état, de me donner l'occasion de poursuivre et garantir les acquis pour lesquels mon père s’est battu toute sa vie, en me restituant ce qui me vient  de droit, le canton Kamaya. Je décanterai dans la sérénité le problème instigué par Rozi Fodeibou.

 

Cette situation dans laquelle Mr Rozi Fodeibou a mis ma communauté est sur le point d'exploser si des hommes, fils des notables, issus des lignées cantonales comme vous et moi n’agiront pas. Et cette explosion balayera les 65 ans de travail œuvré  par mon père dans la communauté Kamayas, et les 20 années de combat pour la  paix sociale que les peuples tchadiens ont chèrement gagné durant la tragique journée de 02 Février 2008.

 

L’intéressé :

                                                        Khalil Kelley CHAHAIMI