Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Une guerre sans merci contre les voleurs de la République vient d’être déclenchée par le Président de la République IDRISS DEBY ITNO. Qui sont ces individus qui narguent continuellement l’Etat ?
L’an II de la Renaissance connait assurément une nouvelle étape avec cette guerre déclarée par le Président de la République contre tous les prédateurs de la République qui s’inscrivent à contre-courant de la marche de notre pays vers son émergence. Au moment où tous les esprits sont focalisés sur la maitrise des ressources financières du pays et de l’utilisation avec efficience des bien publics pour arriver à atteindre le Point d’achèvement de l’initiative PPTE (pays pauvres très endettés), des groupes d’individus et des corporations, sans foi ni loi, s’adonnent à une course effrénée du gain facile. On les rencontre dans toutes les régies financières, à la douane, à certains postes clés, d’autres sont des DAF ou de simples petits fonctionnaires véreux pour qui, une journée est bien remplie, s’ils rentrent chez eux avec un, deux ou trois millions, quelque soit la situation.

Ces individus ont un dénominateur commun : de part leur position, ils sont habitués à manipuler l’argent du contribuable tchadien, argent qu’ils n’hésitent pas à empocher sans respect aucun pour leur hiérarchie. Leur style de vie frise l’insolence qu’ils montrent volontiers avec ostentation. Pour eux, seul compte le style « V.V.F » pour « Villa-Voiture-Femme ». Ils aiment les lustres et les mondanités, vivent dans de mini-châteaux ici même à N’Djaména, s’affichent dans les grands restaurants et hôtels de la capitale, brûlent des millions de francs en CFA ou en devises en une nuit, d’autres sont des habitués de ces soirées récréatives où alcool rime avec drogue, femmes et musique. 

Si certains optent pour quelques capitales européennes pour leur fin de semaine, d’autres par contre, se disant plus nationalistes, préfèrent aller dans de vastes domaines en dehors de N’Djaména qu’ils appellent pompeusement jardins. Ce sont en réalité de grandes propriétés de dizaines d’hectares qu’ils ont rachetées pour une bouchée de pains à de pauvres citoyens qu’ils soudoient. 

Le week-end, ce sont des ballets incessants de grosses cylindrées qui prennent la direction de Mara, Bakara, Kournari ou Douguia. Le week-end, c’est ce petit monde qui se retrouve sous les arbres, loin de la ville, pour élaborer de nouveaux plans pour mieux saigner l’administration tchadienne, le tout arrosé de plusieurs litres de liqueur, sous les youyous de femmes prêtes à tout pour extorquer quelques billets de banques que leurs copains du jour n’ont pas gagné à la sueur de leur front, et enfin de ces prétendus musiciens venus de pays voisins pour qui le Tchad est une vache à traire. 


Ainsi se résume la vie de ces prédateurs de la République qui narguent tout le monde, pendant que les fonctionnaires tchadiens honnêtes vaquent normalement à leurs obligations, en attendant leur dû la fin du mois. Aujourd’hui débusqués, ces prédateurs de la République répondront de leurs actes devant la justice et méditeront cette maxime populaire : « quelque soit la durée de la nuit, le soleil apparaitra ».
Sources: Presidencetchad.rog

Mahamat Seid