Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

LES SIX ETUDIANTS TCHADIENS TRAQUES PAR LA DIPLOMATIE POLICIERE, CRIMINELLE CALQUEE SUR LA MAFIA ET DILIGENTEE PAR LE TRIO : MADAME KALZEUBE PAHIMI DEUBET  NEE NELDJIKNGAR MADJIMTA SUZANE, AMBASSADEUR DU TCHAD AU CONGO BRAZZAVILLE, MONSIEUR KONGAR-INA ANCIEN TORTIONNAIRE DE LA DIRECTION DELA DOCUMENTATION ET DE LA SECURITE (D.D.S) ET LE COLONEL ONDZE, SORTENT DE LEURS GONS

 

         Quand s’arrêtera la chasse aux sorcières organisée par ce trio ?

Nous détenons des moyens financiers, matériels, nous bénéficions de l’immunité diplomatique, nous pouvons les arrêter, les soumettre à des séances de tortures et les exécuter clandestinement. Tel est le projet de ces personnages subversifs.

 

        Avant la réalisation de ce projet clandestin, nous tenons informer à l’intelligentsia tchadienne du drame qui adviendra.

Interpellations, menaces téléphoniques, enlèvements, tortures, extraditions ou exécutions, tels sont le refrain de l’ambassadeur du Tchad au Congo, MADJIMTA SUZANE.  

 

       La soi-disant intouchable qui prétend avoir de relations particulières avec Madame HINDA DEBY, le Ministre de la Justice et dont  la position politique du mari lui offrent le privilège de détenir la Vie Humaine des six étudiants tchadiens régulièrement inscrits à l’Université MARIEN NGOUABI  et issus de quatre régions différentes du sud du Tchad : Mayo-kebbi, Tandjilé, Logone occidental, et le Logone oriental.


Comme disait un musicien tchadien, feu maître GAZONGA INTERNATIONAL CHALAL : « les êtres humains, ne vous faites pas des soucis, la vie est faite comme telle. A cause d’argents, les hommes ont dégainé les couteaux, à cause de 5francs ou 10francs les hommes ont été incarcérés. »,  C’est la situation dans laquelle les six étudiants tchadiens sont en train de vivre.

 

     L’affaire remonte au Mercredi 14 août 2009 lors du voyage de son Excellence IDRISS DEBY ITNO Président de la République du Tchad  à BRAZZAVILLE pour assister à la cérémonie d’investiture de son Excellence DENIS SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo.


En effet, après cette arrivée tant attendue comme celle d’un messie, après un accueil chaleureux réservé au Président IDRISS DEBY ITNO à l’aéroport international de MAYA-MAYA, asphyxié de joie que lui ont réservé ses compatriotes, la réponse du Chef de l’Etat tchadien a été significative et encourageante. La manne tant attendue a fini par tomber. Une enveloppe de vingt millions   (20.000.000 francs) CFA a été donnée aux ressortissants tchadiens sanctionnant leur attachement au Président DEBY.


C’est de cette enveloppe que naquît le projet clandestin, monstrueux, madjimta-kongar-ina-ondze. Cette enveloppe représente l’une des causes immédiates de l’Insécurité des six (06) étudiants tchadiens.

 

     Après les cérémonies d’investiture, la communauté tchadienne attendait ses représentants diplomatiques à la chancellerie avec impatience car les rumeurs faisaient état qu’une enveloppe conséquente lui serait allouée. Cette attente était comparable à celle des charognards qui attendaient le cadavre d’un carnivore.


Il était 15heures TU lorsque la bagnole de commandement a fait son entrée dans les locaux de l’ambassade, la joie était  sans précédent. Après une rencontre à huis clos entre le personnel de l’ambassade, les représentants de différents groupes étaient reçus. L’oubli de la foi chrétienne commence à s’afficher. Cette diplomate a oublié que l’un des dix commandements interdit le mensonge, « tu ne mentiras point ».

Il faut une toute petite seconde dans la forêt pour que le lion   apprivoisé  retrouve son instinct sauvage.


     C’était le début des comptes rendus ; MADJIMTA informe aux représentants de ces différents groupes  que l’agenda du Chef de l’Etat était chargé donc qu’il n’a  pas le temps de recevoir les ressortissants tchadiens, d’où une enveloppe de quinze millions (15.000.000) de francs CFA a été donnée pour la récompense. Il y a eu  des résistances car toute la colonie tchadienne était informée du véritable contenu de l’enveloppe. Ne pouvant rien faire, cette diplomate dont l’enquête de moralité relèverait plusieurs choses obscures a fini par reconnaître le montant intégral  qui est de vingt millions  (20.000.000)  de francs CFA mais que cinq millions étaient utilisés pour payer les agents de sécurité qui ont assuré l’escorte du Président et les chauffeurs. Sur les quinze millions (15.000.000) restants la répartition est faite de la manière suivante : Un million (1.000.000) pour le bureau du MPS (Mouvement Patriotique du Salut), parti politique du Président DEBY, deux millions  (2.000.000) pour la colonie composée de plus de cinq cent (500) personnes, deux millions (2.000.000) pour les étudiants tchadiens et dix  millions (10.000.000) pour l’ambassade composée de sept (7) personnes.


Quel égoïsme ? Quelle inégalité ? Quelle part de lion ? C’est odieux !

Sont-ils plus tchadiens que les autres ? Ne sont-ils pas salariés ? N’ont-ils pas un fond de fonctionnement ?

 

Il faut dire la vérité à un être humain.

On peut vivre libre dans un pays d’injustice, pourvu qu’on combatte l’injustice.

Après la rencontre tenue avec les représentants de différentes parties, MADJIMTA qui serait ancienne locataire de l’amphithéâtre de la Faculté de Droit  de l’Université de Lomé, maligne qu’elle soit a confié la tâche de partage à un certain AHMAT  IBEBA qui se dit : «  diplômé de l’Institut des Hautes Etudes des Sciences politiques de Bagdad »,président des étudiants tchadiens  pendant dix ans, tortionnaire de la langue de Jean Baptiste POQUELIN (Molière) , atteint d’une dépression intellectuelle bref un homme qui mérite la rééducation et la scolarisation.

 

       Quelle horreur ? Le Tchad a toujours brillé par ses grands intellectuels notamment le Professeur BEN SITA Doyen de la Faculté des Sciences de L’Université Cheikh Anta Diop, le Professeur MOUANODJI  MBAÏSSOUROUM, le Professeur FATCHO BALAM , le Professeur feu PAFFOU GONGNET, le Professeur AVOKSSOUMA DJONA,  pour ne citer que ceux-là.


Ce IBEDA que nous qualifions de « Wakassou », analphabète, vaurien présente avec mépris cette fameuse enveloppe de deux millions (2.000.000) aux étudiants. La riposte de ces derniers a été immédiate : nous ne prenons pas les deux millions (2.000.000). Dressant son pistolet et troussant les manches de sa chemise, IBEDA traite les étudiants tchadiens de rebelles, centrafricains ….Les bruits se sont faits entendre, c’est l’intervention de cette méchante mère MADJIMTA qui a atténué la tension et calmé les esprits, du moins quelque temps.

Attendant de la prétendue mère des étudiants une suite favorable, ceux-ci se heurtent à nouveau à une désolation.


Madame KALZEUBE PAHIMI DEUBET née NELDJIKNGAR MADJIMTA SUZANE
a clamé haut et fort en présence de toute la colonie tchadienne dans son bureau à 17heures 45minutes, heures de Brazzaville que : « cette enveloppe n’appartient pas aux étudiants, elle est destinée au bureau du MPS, la colonie, aux autorités de l’ambassade et à la réparation de sa voiture de liaison. DEBY vous a oublié ». Ce propos de MADJIMTA a mis du feu à la poudre.


MADJIMTA SUZANE
a fait d’une pierre deux coups. Au moment où les tchadiens demandent une répartition équitable de l’enveloppe, les chauffeurs congolais qui ont assuré le transport de la délégation tchadienne à Brazzaville crient à l’escroquerie car l’ambassade à fait appel à huit chauffeurs qui devaient percevoir cent vingt mille (120.000 francs)  chacun selon le contrat signé. Une grande surprise  a été réservée à ces derniers. Au lieu de cent vingt mille (120.000francs) comme convenu, une réduction de quarante mille (40.000 francs) a été faite.

Quelle diplomatie honteuse et improductive de MADJIMTA ? Quelle injure ? Quelle Trahison ?

Même si le Chef de l’Etat a oublié les étudiants, ne pouvait-elle pas cacher ce visage et utiliser d’autres termes? Même un diplomate traditionnel comme IBEDA ne saurait tenir un tel propos. N’existe-t-il pas un secret professionnel ?


Oh 
! Eminent diplomate tchadien, ancien étudiant de l’Université MARIEN NGOUABI que son ombre continue à planer à la Faculté de Droit, MOUSSA FAKI. Quels sont les critères de nomination des autorités diplomatiques dans les chancelleries ?

Nous espérons que votre compétence change la donne.

 

       Après quelques minutes de silence, tous les étudiants ont vidé les locaux de l’ambassade sous un climat de détresse. Un rendez-vous a été fixé le dimanche 16 août 2009 par l’ambassadeur pour lever l’équivoque.


Le rendez-vous du 16 a été honoré dans l’attente d’une suite favorable car nous croyions que MADJIMTA allait revenir au bon sentiment en nous donnant une somme qui nous permettra de payer au moins deux à trois mois de loyer. MADJIMTA SUZANE a été toujours retissante. Elle nous a dit d’une manière sèche qu’elle a joint les autorités de N’djamena et que le protocole de Chef de l’Etat lui a dit d’informer aux  étudiants qu’il n’y a qu’un seul choix à faire.


Prendre deux millions (2.000.000) ou refuser  et que les étudiants ont le droit de prendre ou de laisser parce que c’est un don. Après une concertation de 5minutes, les étudiants ont décidé à l’unanimité de ne pas prendre les deux millions (2.000.000francs). Le choc est consommé.

 

     Quatre mois après le choc entre les étudiants et les autorités diplomatiques, le moment de traque est arrivé. NELDJIKNGAR MADJIMTA SUZANE a choisi un bon moment pour faire son opération, c’était pendant la période des examens. C’est ainsi qu’une première interpellation surgit un lundi 14 décembre à la Direction  Départementale de la Surveillance du Territoire (D.D.S.T). Les six étudiants dont les noms suivent doivent répondre aux interrogatoires, il s’agit : DOUDJE  KONDY, DJENARBE DJEKOURBA, NGAKOUTOU TODJIRO, ABEL TOURGUIDNGAR AKELOBA, NDJEZA TCHANDE et TIDJAR SAMUEL.


Après vérification des pièces d’identité, les faits suivants nous ont été reprochés : tentative d’un coup d’Etat contre le Président IDRISS DEBY et publication d’un article sur les sites Internet critiquant le régime de DEBY et l’ambassadeur du Tchad au Congo. Ces accusations ont été réfutées car, cet article comportait les noms et les numéros téléphoniques de ses auteurs. Comment pouvons-nous accepter ces charges lorsque les coordonnées de ses auteurs sont connues ?


Quelles sont les conditions à remplir pour organiser un coup d’Etat ? Avons-nous les moyens financiers, matériels et humains pour renverser un régime aussi puissant comme celui de DEBY ? Ce coup sera t-il organisé avec des stylos, crayons, gommes, cahiers, livres, rames des feuilles ou encore avec les blouses de laboratoire ?

 

    Nous, étudiants non boursiers qui avons du mal à payer nos loyers, à avoir 100francs pour acheter le bout de pain oint de la pâte d’arachide ou de margarine, qui sommes  privés de sommeil, qui ne faisons que le travail de gardiennage pour joindre les deux bouts pouvions-nous organiser un coup d’Etat ?


Oh DIEU ! Il y a un adage qui dit « quand on n’aime pas  son chien on l’accuse de rage ». Est-ce qu’un Homme, doté d’une capacité d’analyse, ayant les cinq organes de sens normaux peut-il    penser de telles choses ? Autrement dit nous pouvons penser qu’un jour la chèvre dévorera le lion  ou l’hyène.


Après les interrogatoires simultanés des six étudiants pendant deux jours, aucun indice attestant ces faits n’a été trouvé.


Tenant coûte que coûte à réaliser leur projet, MADJIMTA et KONGAR-INA avaient utilisé une deuxième piste obscure. Celle du Colonel ONDZE, garde rapproché de l’ancien Président  congolais PASCAL  LISSOUBA .C’est ainsi que nous recevons des appels téléphoniques intempestifs tous les jours sous le numéro : (00242)4126975 nous  demandant  de nous rendre  au Commissariat Central de Police. Notre réponse était simple : Envoyez  nous des convocations écrites et nous  nous y  rendrons .Cette  réponse aurait choquée ce dernier  qui nous a déclaré : « vous êtes des étudiants étrangers, la police vous interpelle et vous refusez. J’ai toutes les indications sur vous, vous serez pris un à un, vous allez perdre vos cours, j’attends seulement les instructions de mes supérieurs hiérarchiques et vous serez extradés vers le Tchad.».

 

MADJIMTA et KONGAR-INA n’ont-ils pas versé un pot de vin à ONDZE ? Selon certaines sources, les noms des six étudiants sont en circulation dans tous les postes de police ainsi que des commissariats de Brazzaville, on leur colle l’étiquette de rebelles, mercenaires.

 

       LAZINGAR  BEKAMBA,  participant à l’Assemblée Générale  des étudiants et marionnette de l’ambassade a déclaré au début du mois de décembre à DJENARBE  DJEKOURBA, un des  traqués et Secrétaire Général de l’Association des étudiants qu’il a vu dans les mains de AHMAT IBEDA  une liste obscure établie par l’ambassade et  envoyée à  N’djamena .Par conséquent, qu’il le conseille d’aller voir l’ambassadeur pour s’innocenter. Cette déclaration a fait des tollés, car les étudiants reprochent et menacent LAZINGAR et REBEY STEPHANE, fils adoptif de l’ambassadeur d’être impliqués dans l’établissement de cette liste obscure.


Deux jours plus tard, une audience a été accordée suivie d’une confrontation dans le bureau de ABAKAR TELEBOUNE, premier Secrétaire de l’ambassade sous les injonctions de LAZINGAR BEKAMBA et de REBEY STEPHANE dans le but de se blanchir car cette audience était restée lettre morte pendant deux semaines environ. La confrontation a fini en queue de poisson.


MADJIMTA SUZANE, KONGAR-INA
, vous avez étudié,  avec la bourse d’Etat,  dans de bonnes conditions, laissez-nous tranquilles étudier avec nos souffrances quotidiennes. Nous avons parcouru plus de 3.000Km en acceptant des humiliations en cours de route pour arriver à Brazzaville.


Nous sommes innocents, vous connaissez bien la position des rebelles, ceux qui combattent le régime de N’djamena, organisez leur chasse mais pas la chasse de ces pauvres étudiants non boursiers.


Sachez que nous n’étudions pas pour aller labourer dans les champs de riz, maïs, d’arachides, d’oseilles de nos parents ; nous étudions pour aller servir le Tchad. Pouviez-vous écarter l’hypothèse que la balance peut changer de côté un jour ?

Les défenseurs du régime ne font pas de montages mensongers pour plaire au Président IDRISS DEBY par contre, ils combattent au terrain.

Même si vous réussissez à gagner votre grand jeu de Poker en réalisant votre projet obscur à l’insu des autorités de la place.


Nous tenons à informer l’opinion internationale, les différentes Organisations de défense des Droits de l’Homme notamment l’Amnesty International, la Fédération  Internationale des Droits de l’Homme (F.I.D.H), la Rencontre Africaine des Droits de l’Homme (R.A.D.HO), la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme (L.T.D.H), l’Association  pour la Promotion des Libertés Fondamentales au Tchad (A.P.L.F.T), l’Association Tchadienne pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme (A.T.P.D.H) , l’Association de Tchad Non Violence (A.T .N.V), les tchadiens en général et les autorités de N’djamena en particulier et les autorités congolaises qu’ en cas de disparition ou d’enlèvement de l’un des six étudiants, les auteurs sont : madame KALZEUBE PAHIMI DEUBET née NELDJIKNGAR MADJIMTA SUZANE, ambassadeur du Tchad au Congo, monsieur KONGAR-INA, attaché militaire à l’ambassade du Tchad en complicité avec le Colonel ONDZE à cause d’une enveloppe de vingt millions (20.000.000francs) que le Président tchadien IDRISS DEBY ITNO a laissé à la colonie tchadienne au Congo.

 

 

« L’encre devrait couler partout où  le sang coule. Rien ni personne ne doit empêcher les étudiants de mener des actions revendicatives. ». D’après les six traqués

 

 

DOUDJE KONDY  (00242) 6416053

 

DJENARBE DJEKOURBA (00242) 6695950

 

NGAKOUTOU TODJIRO (00242) 7774963

 

ABEL TOURGUIDNGAR AKELOBA (00242) 7179561

 

NDJEZA TCHANDE (00242) 9504231

 

TIDJAR SAMUEL (00242) 9630075

                  

E-mail : groupedesix@yahoo.fr