Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) est une organisation économique créée par le traité de Lagos du 28 mai 1975 qui regroupe quinze États de l'Ouest africain : Bénin, Burkina, Cap-Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

Tributaire du lourd héritage de la colonisation, les pays membres tentent de prendre leur destin en main par le renforcement de l’intégration économique.

Avec les dernières élections démocratiques ouvertes en Guinée qui en est sortie, le nombre de pays modèles en démocratie en Afrique de l’Ouest s’allonge et toute l’Afrique est fière de l’avancement de la démocratie dans cette région.  En dehors du Sénégal, Ghana, Benin, Mali connu pour leur encrage démocratique, plusieurs autres pays s’y ajoutent : le liberia, la guinée, le Niger, la Sierra Leone. Avec un peu de chance, la Côte d’ivoire peut rejoindre le groupe.

Bravo ma chère Afrique de l’Ouest ! Après plusieurs errements, vous aviez tous compris que la démocratie est la seule voie possible qui conduit au développement économique et social de l’Afrique. Continuez ainsi et toute la jeunesse africaine est derrière vous et fière.

Alors qu’en est il de son homologue CEEAC ?

La CEEAC (la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale) a été créée en 1983. Elle comprend l'Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Gabon, la Guinée-équatoriale, le Congo-Brazzaville, la RD Congo, Sao Tomé et Principe et le Tchad.

Vraiment, tous ces 10 Etats se rivalisent en sens opposés à la démocratie. Pas un pays modèle. On dit souvent qu’entre deux maux, il faut choisir le moindre. Personnellement, je ne parviens pas à dénicher le moindre mal. C’est le négativisme absolu partout. Ce sont les violations des droits humains, la modification des voies des urnes, la dictature habillée par carapaces démocratiques, la corruption et le népotisme.

Alors la solution viendra d’où ? Dieu ne descendra pas faire le travail à la place des hommes qu’il a gracieusement crées. Les occidentaux non plus ! car ils ont des sacs de problèmes à résoudre chez eux.

La solution ne peut venir que des populations. Elles doivent contester les pouvoirs de ces assoiffés aux prix de leurs sans.  Les maliens ont sacrifiés des centaines de leurs en mars 1990 pour arriver aujourd’hui à ce qu’ils sont.

Les guinées ont bravé les armes lourdes des militaires de Dadis un 28 septembre 2009 pour obtenir un scrutin libre et ouvert ce 27 juin 2010. 150 des leurs ont disparu et ne verront plus jamais les changements pour lesquels ils se sont sacrifiés.

Alors, mes frères du Tchad, du Cameroun, de la Centrafrique, de la Guinée Equatoriale et autres pays d’Afrique centrale, sacrifions nos vies aujourd’hui pour garantir l’avenir de nos enfants. Tant que nous tenons jalousement à nos petits privilèges éphémères, tant que nous adoptons l’option «  chacun pour soi, Dieu pour tous », tant que nous nous comportons comme des poltrons faits hommes, l’Afrique centrale demeurera ce qu’elle est : le creuset de la dictature.

Et à l’horizon 2015, nous serons à des années lumière derrière nos amis de l’Afrique de l’ouest.

A bon entendeur salut !

Daniel hongramngaye

BP 69742, Ndjamena Tchad

hongramngaye@yahoo.fr