Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Baba-Ladde1-copie-1.jpg

«Bozizé et Déby ont conspiré contre le FPR. Il va de notre intérêt de tendre la main aux groupes rebelles centrafricains»

Une semaine après l’offensive lancée conjointement par l’armée tchadienne et centrafricaine contre sa position, le général autoproclamé Abdelkader Baba Ladé, chef du Front Populaire pour la Redressement (FPR), fait le bilan des combats et réitère son engagement à continuer sa lutte. Au regard de la situation actuelle, le chef rebelle écarte toutes les possibilités d’une négociation. Toutefois, il exige s’il faut entamer des négociations, que cela se tienne dans un pays neutre et sous l’égide de la Communauté internationale. Interview.


François Bozizé et Idriss Déby Itno ont conjointement lancé leurs troupes contre vous le 23 janvier dernier. Quelle est la situation sur le terrain?

Général Baba Laddé: Je vous remercie. En effet, suite à l’offensive massive lancée par les armées tchadiennes et centrafricaines contre les positions tenues par le FPR, nos forces, ont repoussé l’ennemi qui était  supérieur en nombre et matériel. Nous déplorons 4 morts et 15 blessés, par contre les assaillants ont laissé sur le terrain plusieurs morts, dont 7 officiers  parmi lesquels se trouve le colonel Hamid Djogou, qui dirigeait les opérations, en plus  de nombreux blessés et des véhicules calcinés. Nous sommes actuellement dans une position stratégique et sommes constamment survolés par les avions de l’armée tchadienne.


Certaines sources ont annoncé les arrestations de plusieurs de vos proches dont votre épouse. Confirmez-vous cette information? Si oui, n'est-ce pas un coup sérieux que vous venez de recevoir?

Général Baba Laddé: Effectivement, mon épouse a été arrêtée à Sibut, ainsi que des proches à moi et de nombreux civils qui n’ont rien à voir avec notre lutte. Je déplore l’amalgame entretenu par les autorités centrafricaines qui ont procédé à des arrestations massives et arbitraires touchant la communauté musulmane en général et ciblant particulièrement les Peuls.


Vous avez déclaré vous soutiendrez une rébellion pour, je vous cite, «renverser le Président Bozizé». Pourquoi une telle option?


Général Baba Laddé: Etant donné que Bozizé et Deby ont conspiré contre le FPR, il va de notre intérêt de tendre la main aux groupes rebelles centrafricains pour mener ensemble un combat pour la libération de nos peuples opprimés. Et ce, dans le but d’instaurer la démocratie et la justice dans la sous-région.

Que répondez-vous aux autorités centrafricaines qui vous accusent d'être responsables d'exactions sur les populations du nord-est de la RCA?

Général Baba Laddé: Je m’inscris en faux contre ces allégations mensongères et irréalistes. Je tiens à rappeler à l’opinion publique en général qu’avant l’arrivée du FPR dans la zone, les populations étaient livrées aux exactions des bandits et autres Zaraguinas. Il a fallu que le FPR mette un terme à toute cette insécurité.

Malgré tout, êtes-vous prêt à vous retrouver autour d'une table de négociation avec Bozizé et Déby?


Général Baba Laddé: Oui! Mais au regard de ce que nous vivons, il est impossible de négocier dans ces conditions. Le FPR exige des négociations sincères sous l’égide de la communauté internationale dans un pays neutre.

Vous sentez-vous de taille à affronter deux armées gouvernementales? Si oui, avec quels moyens?

Général Baba Laddé: Ecoutez! Cette question relève de la secrète défense et de toute façon, nous allons nous défendre avec  les moyens dont nous disposons.

De 1998 à 2008 vous avez été actif avec le FPR au Darfour, sans succès. Depuis 2008 vous êtes en Centrafrique, toujours sans succès. Etes-vous toujours aussi déterminé?

 
Général Baba Laddé: Vous avez raison d’évoquer cette question. Cependant, il y a des facteurs incapacitants à savoir les alliances et les intérêts qui lient les régimes dans la sous-région. C’est ce qui nous a obligés  à quitter le Soudan pour ouvrir un nouveau front au sud du pays. Malheureusement, le même scénario est entrain de se dérouler. Mais, tenez-vous bien, nous sommes animés depuis 1998 à nos jours par la même motivation et sommes déterminés à  relever les défis.

 

 

Propos recueillis par
Sabre Na-ideyam