Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Bonjour Dr Ley,
 
Ce qui me déçoit chez toi, c'est ta propension à défendre Kadhafi par tous les moyens. Pour tout démocrate et révolutionnaire qui se respecte, Kadhafi n'est pas un bon exemple à suivre. Nous Tchadiens, nous avons tous connu Muamar Kadhafi aussi bien que toi, peut-être même mieux que toi, comme tes affirmations le prouvent. Tu ne peux pas prétendre aujourd'hui, nous présenter cet homme qu'on ne présente plus aux Tchadiens. Kadhafi ! Cet homme a une grande part de responsabilités dans les différentes guerres que nous avons connues et qui nous ont considérablement retardés. Kadhafi a fait la guerre à preque tous les présidents qui se sont succédés au Tchad. Il a combattu Tombalbaye. Il lancé une grande offensive militaire contre le régime de Malloum, occupant la moitié du pays à partir de 1978. Il a combattu Hissein Habré jusqu'au bout. Kadhafi a occupé "khadafiquement" la bande d'Aouzou. Kadhafi est l'homme qui a envoyer des avions bombarder l'aéroport de N'Djaména en 1986. C'est Khadafi et la France qui ont amené Déby au pouvoir. Il est subitement devenu "l'ami" des Tchadiens depuis qu'il a réussi à placer un pion manipulable à merci à la tête du Tchad en 1990. Je veux parler de Idriss Déby Itno. C'est en partie grâce à Kadhafi que Déby a été sauvé in extrémis en 2008, les armes en provenance de Paris avaient transité par Tripoli pour voler au secours d'un Déby mis en difficulté par les rebelles.
 
 Quelqu'un qui se dit démocrate ne peut en aucun cas, défendre un tyran qui a régné sans partage pendant près de 42 ans, faisant de l'exercice du pouvoir une affaire familiale. Kadhafi était l'ami de tous grands dictateurs Africains qui massacraient leurs peuples : Bokassa, Idi Amin Dada, sans oublier Idriss Déby.
 
 A propos du pogrom des Noirs en Libye, je tiens à te donner cette information non négligeable, de taille, que tu ignores peut être volontairement. C'est bien sous le règne de Muamar Kadhafi que les les Noirs ont été pourchassés et abattus par centaines, si ce n'était pas par milliers,  tels des chiens enragés dans les rues des grandes villes de Libye. C'était en 1999. Beaucoup d'internautes ont déjà largement commenté ces faits que tu n'ignores pas je l'espère ! Kadhafi n'a rien fait pour empêcher ces tueries. Il n'a jamais évoqué le sujet. Où étais-tu en 1999 ? Avais-tu condamné ce massacre des Noirs sous Kadhafi ? J'aimerais bien que tu répondes à ces questions. A l'époque, les dirigeants Noirs ont observé un silence total incroyable et pitoyable. Ils avaient tous peur de l'homme Kadhafi. Seul le chef de l'Etat Gahnéen de l'époque, Jerry Rawlings a fait, timidement, preuve de courage : il a pris son avion présidentiel, il s'est posé à Tripoli pour embarquer ses compatriotes pour les ramener au Ghana. Ironie de l'histoire, cette même année, Kadhafi convoque un sommet de l'OUA à Syrte pour créer l'Union Africaine. Au cours de ce sommet, il a demandé la création des Etats Unis d'Afrique. Le même Khadafi se tourne ensuite vers les Européens pour signer plusieurs accords pour lutter contre l'immigration des Noirs Africains en Europe. Il faisait envoyer par convoi, des Noirs candidats à l'immigration, mourir en  plein désert. Oui ! C'est de la triste réalité ! On embarquait des Noirs dans des camions et on les abandonnait en plein désert, sans eau ni nourriture. C'était une pratique de Kadhafi que tu admires parce qu'il avait l'habitude d'aboyer comme toi contre l'impérialisme occidental. C'est ce qui vous unit, peut-être. Tout ça pour te dire que le massacre des Noirs par le CNT que tu dénonces avec force n'était pas un phénomène nouveau sous le ciel libyen. Une décennie sépare le massacre des Noirs par Kadhafi de celui perpétré par le CNT. Dr Ley Ngarndigal, si tu veux être crédible, il ne faut pas défendre l'indéfendable. Personnellement, j'étais contre l'intervention de l'OTAN en Libye, mais pas pour défendre un Kadhafi "révolutionnaire". L'OTAN est allé chercher du pétrole en Libye. C'est la seule raison qui m'a poussé à désapprouver l'intervention des Occidentaux dans ce pays. Car, je n'aime pas la politique de deux poids deux mesures, telle que pratiquée par les Occidentaux : ils prétendent faire la chasse aux dictateurs, tout en soutenant ouvertement des dictatures. Mais pourquoi n'interviennent-ils pas en Syrie ?
 
 Cher Ley, le système politique mis en place par Kadhafi était sans issue à long terme : pas d'institution, ni de Constitution. Il disait que c'était le peuple qui dirigeait la Libye. Dans les faits, c'est lui et sa famille tout au plus. Il n'a rien prévu en cas de vacance du pouvoir. Dans tous les cas de figure, un grand désordre socio-politique était à prévoir après la disparition même naturelle de Kadhafi.  On disait que son dauphin était Saif Al Islam. De quel droit ce brave fiston allait-il hériter d'office du trône de son père ? En qualité de quoi Saif al Islam intervenait partout ? Il n'avait officiellement aucune responsabilité mais il était pratiquement le porte-parole du régime. C'est un tel système que tu veux nous imposer au Tchad ? Et puis, il faut dire que ton idole Kadhafi, a lui-même prêté le flanc aux Occidentaux. Il a reconnu ses responsabilités dans les attentats de Lockerbie et d'UTA. Il a payé argent content aux Occidentaux. Certes, il était devenu "fréquentable", mais les Occidentaux l'avaient toujours sur leur collimateur. Ils n'attendaient qu'une occasion pour en découdre avec lui. Et cette occasion, il la leur a offerte en or. Tel un pilote imprudent, l'homme volait trop haut et ne savait pas négocier les zones de turbulence. Il s'est simplement écrasé avec toute sa famille à bord. S'il réprimait dans le sang les agitations des Benghaziens, tout en tenant un discours officiel conciliant, je crois qu'il ne serait pas attaqué aussi rapidement. Mais, ivre comme il est, il a parlé de faire couler des rivières de sang, il a promis un remake de la place Tian'anmen aux manifestants. Lui et son fiston Saif Al Islam ont prêté littéralement le flanc à Sarkozy qui cherchait à réparer sa bourde politique en Tunisie voisine. Kadhafi va me manquer, mais seulement en tant qu'amuseur public, surtout pas en tant que révolutionnaire.
 
   Dr Ley, je te rappelle que Kadhafi a aidé Faure Gnassingbé à confisquer le pouvoir. L'actuel chef de l'Etat Togolais faisait la navette entre Tripoli, Libreville et Lomé pour recueillir les conseils pour confisquer le pouvoir vacant après la mort d'Eyadema. Et puis, le sais-tu, Dr Ley ? Comme je l'ai dit plus haut, Kadhafi de son vivant était très ami à Déby le dictateur que tu combats ? Notre président était le poulain de Kadhafi qui l'a placé au pouvoir. Déby a failli décreter un deuil national à la mort de son ami Kadhafi. S'il ne l'a pas fait, c'était pour des raisons diplomatiques. Le fait que les médias d'Etat au Tchad n'aient jamais parlé de la mort de Kadhafi est synonyme de deuil national qui ne dit pas son nom. On dit communément que l'ami de ton ennemi est ton ennemi. Mais, Dr Ley, pourquoi tu prétends combattre Déby le dictateur, tout en admirant son ami intime Kadhafi ? Non ! Personne ne te comprends plus. Désormais, il faut que les Tchadiens aient l'oeil sur toi. Tu constitues un danger pour le Tchad quand tu as comme idole un type comme Kadhafi, prototype de dictateur dont l'Afrique n'a aucunement besoin. Tu caresses le doux rêve d'instaurer une dictature au Tchad à la Kadhafi ? A côté de toi, Déby est alors peut-être un démocrate. Non ! Sache que nous en avons assez de la dictature. Le fait de démissionner partout,  pour un oui ou pour un non de toute organisation même embryonnaire, signe ta nature dictatoriale congénitale. Tu ne t'entends avec personne au fait, préférant toujours faire cavalier seul. Nous ne nous sommes jamais croisés, mais c'est en lisant seulement tes interventions sur le net que je suis tombé à cette conclusion en faisant des recoupements. J'espère me tromper sur ta personne. En attendant, je ne te croirais jamais quand tu dis que tu luttes contre le pouvoir dictatorial de Déby. Avant de lutter contre Déby, lutte d'abord contre toi-même.
 
Sans rancune.
 
BELEMGOTO Macaoura