Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Après avoir expulsé son rédacteur en chef du pays, pour de motif fallacieux et infondé, l’hebdomadaire LaVoix , dont la durée de vie n’a fait que six (6) mois au Tchad, fait face désormais à une redoutable menace de fermeture, émanant d’une justice tchadienne tenue en laisse par l’exécutif.


L’aggravation de cette situation spectaculaire ce dernier temps,  résulte de l’acharnement du régime Deby contre la rédaction de ce journal indépendant au Tchad ; elle interpelle particulièrement l’ attention  des  hommes de médias, des opinions libres éprises des libertés et de la démocratie.


C’est ainsi que notre blog, qui suit le développement de cette affaire, apporte son indéfectible soutien à toute l’équipe rédactionnelle du journal et exprime une fois de plus sa solidarité agissante dans la lutte qui les oppose aux autorités de Ndjaména.


Aujourd’hui, nous sommes plus que jamais convaincus que par ces actes d’atteintes à la liberté de la presse,  le régime tchadien, porte un coup dur  à l’image d’une presse libre dans le pays.

Face à ces menaces qui pèsent sur l’hebdomadaire LaVoix, on peut affirmer sans risque de se tromper que la justice tchadienne est instrumentalisée à des fins politiques afin de parvenir à bâillonner et museler toute voix discordante et contradictoire  en matière du droit et  de la  liberté à l’information au Tchad.


Du coup, une entorse est portée à la démocratie, car, la communication est le diamètre de la démocratie, toute restriction imposée à ce diamètre, la démocratie se rétrécit, s’amenuise et sa conception s’altère.


Notre blog estime donc que cet  acharnement policier et judiciaire  des autorités en place ne vise qu’ à aboutir à fermer  l’hebdomadaire LaVoix pour étouffer une voix qui gêne et étrangler définitivement  l’opinion de ceux qui osent émanciper une société tchadienne vindicative  et assoiffée de sa liberté.


La démocratie au Tchad, peut-elle se faire avec ou sans liberté de la presse ?

 

Makaila Nguebla