Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

meeting lere 3-copie-1

J’ai écouté, lu et relu les diatribes de M. Idriss Déby Itno contre le peuple, suite à l’interview que M. Saleh Kebzabo a accordé à SIDWAYA, un journal burkinabé. Après tout, une seule question taraude mon esprit : M. Idriss Déby Itno a-t-il bien lu cette interview de son opposant ?

En effet, je note une profonde divergence entre sa réplique lue par son SGG et le contenu réel de l’interview. Autrement dit, le PR a attribué à M. Kebzabo des choses qui n’ont pas été dites dans l’interview. Alors, je suis persuadé que notre cher PR n’a pas bien lu ce document. Si oui, qu’il est nul en français ! Et pourtant, autour de lui, il compte M. Joseph Djimrangar Dadnadji, un énarque qui, m’a-t-on dit, à la présidence, corrigeait toutes les correspondances avant de les faire signer par son patron. Le PM a-t-il perdu ce beau reflexe ? Nous prouve-t-il qu’il ne maîtrise rien comme lors de la démission tambour battant de ses deux ministres ? Selon les indiscrétions proches de la primature, notre intellectuel natif du Mandoul a déjà avalé des couleuvres : il a signé ce décrété portant démission de ses deux ministres sans savoir ce qu’on leur reprochait !

Avec cette réplique, le PR a encore exprimé sa haine congénitale, sa bassesse d’esprit et sa petitesse bestiale innée. Peut-on être chef et se montrer si allergique aux critiques fondées ? Il parait qu’il est ainsi, opposé à toutes les critiques qui tentent de le raisonner. Mais, il me surprend davantage quand il attend 12 ans pour ouvrir une enquête sur la gestion de M. Kebzabo en tant que ministre. Et que dire : chaque année, des rumeurs bruissent que M. Idriss Déby Itno voudrait bien confier la gestion des actions gouvernementales à M. Kebzabo ! Pourquoi vouloir vaille que vaille confier la primature à un mauvais gestionnaire, surtout lorsque le pays est au bord de la faillite ?

Avec cette allergie, M. Idriss Déby Itno continue de vouloir d’une chose (la démocratie) et son contraire (la dictature) à la fois. Il nous dit aussi que seuls les siens ont le droit de construire d’habitats luxueux et de mener la vie de pacha ! Ses frères et sœurs, qui n’ont jamais travaillé à la fonction publique et commercé dignement, évaluent à des milliards de nos francs leurs richesses ! Pourquoi n’ouvre-t-il pas d’enquête sur leurs biens, hein ? Ils naissent capitaines pour être généraux à 23 ans ! Novices patentés, ils occupent des postes au-delà de leurs épaules. Toutes les sociétés tchadiennes ont du plomb dans les ailes à cause de leur mauvaise gestion !

Monsieur Idriss Déby Itno, dans sa logique de haineux, nous caractérise de citoyens de second rang. Voilà pourquoi il est si aigri quand un opposant habite une villa cossue. Comme il a tout verrouillé pour nous maintenir dans la pauvreté extrême, il perd le nord et se dénigre lorsqu’il voit quelques personnes sortir la tête de sa boue. Alors là, la forte dose d’alcool qu’il a faite ingurgiter au lecteur de son sale papier lui crèvera les yeux.

Mais, qu’est-ce qui peut valoir à Kebzabo cette trainée dans la boue de la part d’un régime aux abois ? Nos différentes élections, surtout les dernières, celles organisées au nom de l’accord du 13 août 2007. M. Idriss Déby Itno pensait avoir tout verrouillé au nord. Mais, l’opposition l’a surpris en y faisant d’incroyables percées ! Dans toutes les circonscriptions, les candidats du MPS ont mordu la poussière face à leurs adversaires de l’opposition. Les électeurs les ont honnis et vomis. Partout, aux législatives comme aux communales, ce fut le raz-de-marée en faveur de l’opposition ! Bien avant ce Tsunami qui l’a emporté, Monsieur Idriss Déby Itno avait réuni ses partisans pour leur dire qu’il ne voulait plus voir un seul leader de l’opposition à l’assemblée nationale. Il leur a ensuite remis beaucoup de fric pour la sale besogne. Malgré les sous injectés, les intimidations et les autres bassesses dignes des hommes du médiéval, les urnes ont envoyé toute une pléiade d’opposants à l’hémicycle. Le MPS, ce vrai nid de brigands, de truands et de malfaiteurs de tout poil, a dû recourir au trucage pour limiter sa débandade. Avec le boycott de la présidentielle de 2011, nos opposants ont davantage remis M. Idriss Déby Itno à sa vraie place : un vil poids plume sur l’échiquier politique. Il a versé des larmes car il se voyait à La Haye pour crime de guerre, crime contre l’humanité et autres faits qui l’attendent, comme l’affaire des faux dinars de Bahreïn (lire l’article de Mounia Daoudi avec David Servenay publié par RFI. Cet article est disponible sur Internet. Il suffit de taper l’affaire des faux dinars de Bahreïn). En effet,  par son incurie cupidité et sa délinquance, M. Idriss Déby Itno a obligé ce Royaume à changer de monnaie !

M. Idriss Déby Itno a beau retourner les jeunes contre Kebzabo, beau briser les alliances mais, ses échecs sont patents face à l’opposition. Ils l’aigrissent davantage, lui ôtent le sommeil, lui injectent le sang dans les yeux. Conçue sur mesure, sa justice se ridiculise devant N’Djamena Bi-Hebdo, œuvre de Kebzabo. Truffée de bon à rien, son administration traque les militants de l’UNDR mais, ce parti reste l’un des mieux structurés, plus que le MPS qui fonctionne sur les ressources du pays et intimide les chefs traditionnels pour le résultat qu'on connaît : ce parti est désavoué dans le monde rural.

Le mythe d’Idriss Déby Itno, à un vrai dire un courageux forgé de toutes pièces et maintenu artificiellement par la communauté internationale avec la France à sa tête, s’effrite chaque jour un peu plus. Plus personne ne le respecte. Plus personne ne veut de lui comme président de la République. Les Tchadiens en ont assez de son mensonge. Ils pensent qu’il doit partir avant la fin de son mandat.

Est-ce bien M. Kebzabo que M. Idriss Déby Itno doit redouter ou le Créateur ? Voilà, les évêques du Tchad ont corroboré ce jugement que M. Kebzabo a porté sur son régime ! Que fera-t-il ? Interdire l’église catholique au Tchad ? Dans certaines mosquées, ses coreligionnaires déplorent aussi sa dérive dictatoriale. Ils le dépeignent comme un destructeur très réputé, un assoiffé de sang, un génocidaire qui a fait ses preuves depuis les évènements de 1979.

Avec ou sans M. Kebzabo, le changement interviendra, M. Idriss Déby Itno s’en ira. Le régime a intérêt à s’attaquer aux vrais maux qui minent le peuple. D’ailleurs, les interventions de M. Kebzabo ne sont que des conseils gratuits, faits sur la base d’une analyse sérieuse de la situation. Autrement dit, il dit haut ce que le peuple partage en chuchotant. MM. Kadhafi, Ben Ali, Moubarack et bien d’autres exemples doivent nous édifier. Dans leur gouvernement, ces fieffés dictateurs avaient leur Me Padaré, Samir Adam, Bakary Ben Sylla, Abdoulaye Sabre et j’en passe. Mais, ils sont partis ! Au Tchad aussi, la colère divine produira le miracle devant la terrible souffrance du peuple. En attendant, M. Samir Adam est bien un Ministre du Mépris et de la Médisance du Peuple ! 

 

Wachinzoumbo Padaré

Analyste indépendant