Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

debytenu01.jpg
Au pays du Général, Président Sultan DEBY, tous les infirmiers se sont convertis en administrateurs des hôpitaux
Mystère ! Au ministère de la santé publique, ces dernières années, on a constaté un départ massif des infirmiers à l’étranger pour la formation dans les ENA de la sous région. Un infirmier est le produit de l’ENAS (Ecole Nationale de la Santé Publique), il y entre avec un BEPEC et suit une formation de 3 ans pour être IDE (Infirmier Diplômé d’Etat). A ce niveau, s’il ya équivalence c’est le niveau BAC, donc un infirmier bachelier.
Il est normal qu’un infirmier évolue dans sa carrière. S’il veut changer son métier tant mieux. Mais la logique voudrait qu’après 2 ans de formation à l’ENA, il doit être reclassé au grade de gestionnaire des hôpitaux.  Si la formation dure  4 ans, il peut être reclassé au grade d’administrateur des hôpitaux. Mais malheureusement, cette règle est foulée au pied. On constate qu’avec la complicité d’une part de RECTORAT et d’autre part  du Ministère de la Fonction Publique, ces infirmiers sont reclassé automatiquement au grade d’administrateurs des hôpitaux. Une fois reclassé, ils ont la difficulté de s’insérer dans leur service, ils sont mal perçus par les médecins et souvent le torchon brule entre eux.
Ce même cas est à constater au ministère de l’éducation nationale, où les instituteurs, après 2 ans de formations à l’extérieur (sans diplôme intermédiaire), accède au grade d’administrateur scolaire et universitaire, au lieu d’être attaché d’administrateur scolaire et universitaire. Pendant ce temps, celui qui rentre à l’ENAM de Ndjamena est reclassé comme attaché d’administration scolaire et universitaire.
Comme  le ridicule ne tue pas dans ce pays. C’est la loi de la renaissance qui va mieux agir si non c’est la culture de la médiocrité que nous promouvons.
Merci de garder l’anonymat