Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La dissidente se rendait à un procès sur la mort d'un opposant cubain en juillet lorsqu'elle a été interpellée et accusée de vouloir organiser une «provocation».

La blogueuse dissidente cubaine Yoani Sanchez a été interpellée à Bayamo, dans l’est de Cuba, où elle s'était rendue pour le procès du jeune politicien espagnol Angel Carromero, ont annoncé vendredi des blogueurs proches des autorités cubaines.

«La blogueuse pro-américaine Yoani Sanchez a été interpellée à Bayamo où elle est venue monter une provocation et un show médiatique afin de perturber le bon déroulement du procès», a affirmé le blogueur Yohandry Fontana (yohandry.com), qui diffuse souvent de manière officieuse des informations émanant des autorités.


Un journaliste de la télévision locale de Bayamo, Garcia Ginarte, a également diffusé un tweet affirmant que Yoani Sanchez, dont le téléphone portable était injoignable, «est venue à Bayamo pour faire un show de provocation et perturber le procès. Elle est détenue par les autorités locales». Selon les deux blogueurs, Yoani Sanchez a été arrêtée en compagnie de son époux, le journaliste dissident Reynaldo Escobar, qui «a reçu des instructions des Américains en vue d’affecter le procès», selon Garcia Ginarte.

Angel Carromero, 27 ans et dirigeant du mouvement de jeunesse du Parti populaire (PP) au pouvoir en Espagne, encourt dix ans de prison pour homicide involontaire. Il conduisait la voiture dont la sortie de route, le 22 juillet près de Bayamo, avait causé la mort du dissident cubain Oswaldo Paya, 60 ans, prix Sakharov 2002 du parlement européen, et d’un autre opposant cubain, Harold Cepero, 31 ans.

Le procès devait s’ouvrir vendredi à 15 heures (heure française), en l’absence d’un autre passager du véhicule, le Suédois Aron Modig, 27 ans et président des Jeunesses chrétiennes-démocrates suédoises, qui avait pu regagner son pays le 30 juillet.

 

SOURCE/AFP