Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Amnesty International au Tchad, un médecin après la mort d’un malade

       Ahmat Zéïdane Bichara/ Regards d’Africains de France



« Le gouvernement tchadien doit cesser de se servir du système judiciaire pour réduire au silence les dissidents, en harcelant les syndicalistes, les journalistes et les opposants politiques », a déclaré Christian Mukosa, chercheur sur le Tchad à Amnesty International. Si certaines personnes croient au réquisitoire contre le gouvernement tchadien dressé par Amnesty International. Je ne demeure aucunement pas convaincu que cela changera quelque chose du comportement de l’actuel régime tant qu’il bénéficie encore du soutien de la France politique dirigée par les socialistes, de la Chine répressive et de la Russie rétrograde. Ce réquisitoire est venu en retard au moment où les Tchadiens sont réduits au silence avec des actions sanguinaires, des ressources du pays détournées à des fins personnelles, l’incivisme caractériel, une corruption ancestrale qui n’existe nulle part ailleurs qu’au Tchad, les valeurs républicaines étouffées par la xénophobie et un favoritisme notoire.

 

C’est exactement comme un médecin qui vient au secours d’un malade après sa mort. Qu’apportera-t-il de nouveau ? Un malade qui est réellement parti pour un voyage sans retour ne peut plus être ressuscité. Idriss Dèby est son mafieux système de gouvernance est arrivé au pouvoir en 1990. Aujourd’hui nous sommes en 2012. Il a fallu attendre 22 ans de règne pour qu’Amnesty International frappe sur son dos en reconnaissant qu’il se sert du système judiciaire pour réduire au silence les dissidents, en harcelant les syndicalistes, les journalistes et les opposants politiques. Pourtant si l’on se met à faire un petit calcul de personnes assassinées par le pouvoir de Dèby depuis le 1er décembre 1910 jusqu’au septembre 2012, nous totaliserons autant de morts que le nombre de victimes tuées par le dictateur Hissein Habré, voire plus. Pour ce qui est des personnes poussées en exil, il n’est plus question de savoir leur nombre exact. Ils sont si nombreux que les étoiles du ciel. Qu'est-ce qu’explique un tel silence de la part d’Amnesty et des autres organisations internationales ? Les Tchadiens n’ont-ils pas droit à la vie et à une protection internationale ? C’est bien facile de dire des mots et c’est beau de lire une bonne page de littérature provenant d’un chercheur d’une telle organisation de défense des Droits de l’Homme. Que de la littérature ! Les Tchadiens attendent des décisions immédiates qui briseront les chaines des prisons psychologiques construites par le régime actuel.

 

Il faut que les Tchadiens arrivent à se libérer d’abord de la peur qui pèse sur eux. L’Amnesty International aurait pu interpeler le gouvernement de François Hollande, de la Chine et de la Russie d’arrêter de soutenir Idriss Dèby et sa dictature. Car, tout le monde sait bien quand il ne bénéficiera plus du soutien de la France politique, de la Chine et de la Russie avec les armes qu’ils lui vendent, Idriss Dèby aura intérêt à faire profil bas, sinon il partira sans aucune condition du pouvoir à la manière de son prédécesseur dictateur, tel un chien chassé par des loups. Cette organisation de défense des Droits de l’Homme aurait pu également demander à tous les pays occidentaux et à l’Union européenne d’arrêter d’aider financièrement le pouvoir tchadien tant qu’il ne change pas sa politique très ancienne. L’utilisation du système judiciaire par le gouvernement de Dèby pour réduire au silence les dissidents en harcelant les syndicalistes, les journalistes et les opposants politiques ne date pas d’aujourd’hui. La plus dure de choses à supporter, c'est le fait surtout qu’il se sert des nominations au poste des responsabilités pour faire taire les activistes. Aujourd’hui on a l’impression que les membres du gouvernement ne sont que des gueules cassées qui ne sont que là à avaler les décisions prises par le président sans trop chercher à comprendre, tel un oiseau avalant des vers de terre. Et, jusqu'à quand pourra-t-on encore supporter cette dictature entretenue par de grandes puissances occidentales ?