Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

8e153f5803e5faa1e2c1fa3eab8f26ce.jpg

Le chanteur de reggae ivoirien Alpha Blondy était l’invité de Francis Laloupo, mercredi 6 avril, pour évoquer la situation en Côte d’Ivoire.

Alpha Blondy : "Je voudrais que les hostilités s’arrêtent, je voudrais que les deux camps se parlent encore, que les armes se taisent. Dans cette histoire, il n’y aura pas de vainqueur, et c’est la Côte d’Ivoire qui sera perdante. On est déjà assez déchirés, je ne voudrais pas qu’ils approfondissent la déchirure.

Francis Laloupo : Quel regard portez-vous sur Laurent Gbagbo, dont vous avez été proche il y a quelques années, et qui aujourd’hui est traqué dans sa résidence d’Abidjan ?

Alpha Blondy : Ecoutez, je vous invite à jeter un coup d’œil dans le dictionnaire. Le mot « reddition », allez chercher ce que ça veut dire. Quand vous aurez vu ce que ça veut dire, vous comprendrez que Laurent Gbagbo ne va jamais signer une reddition, jamais ! Ce mot reddition, c’est comme si on vous avait tout enlevé, il vous reste votre caleçon, et on vous dit « retirez votre caleçon ! »

Il y a des mots plus simples. Il y a quand même 44 % des Ivoiriens qui ont voté pour Monsieur Gbagbo. On ne va pas l’humilier à ce point-là ! Déjà, le fait d’avoir perdu les élections, c’est humiliant pour lui, et pour ceux qui l’ont soutenu. Maintenant, on ne va pas utiliser ce mot qui est lourd de sens. Le mot « démission » et « reddition », ce n’est pas la même chose ! Dire à quelqu’un « Vous avez perdu les élections , partez du pouvoir », ça on peut le dire ! Mais on ne doit pas utiliser le mot-piège de reddition. Si j’étais Laurent Gbagbo, je ne signerais pas cette p… de reddition !

Francis Laloupo : Comment négocier la fin des hostilités ?

Alpha Blondy : Il faut que la famille politique ivoirienne prouve aux Ivoiriens sa maturité. Moi, je ne veux pas que Laurent Gbagbo meure. Ils n’ont qu’à se débrouiller pour trouver une solution, mais il doit rester vivant.

J’aurais voulu que la Côte d’Ivoire ne vive pas ça. C’est quoi cette histoire de Gladiator, où tout le monde s’en va achever le méchant ? Laurent Gbagbo est un Ivoirien, Alassane est un Ivoirien, les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) sont des Ivoiriens, les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) sont des Ivoiriens, même les miliciens sont des Ivoiriens… C’est quoi cette boucherie entre Ivoiriens ? Si c’est ça la politique, je suis vachement déçu…

Moi, ce que je leur demande, c’est de trouver une solution. Puisque toutes les guerres se finissent par des négociations, pourquoi ne pas commencer par là ? Pourquoi ne pas faire l’économie du sang et des larmes qu’on voit aujourd’hui, avec des corps qui pourrissent dans les rues d’Abidjan ?

Francis Laloupo : Le bilan va être lourd… Comment gérer les lendemains de ces hostilités ?

Alpha Blondy : J’invite Monsieur Alassane Ouattara à sauver Laurent Gbagbo pour ne pas empoisonner son pouvoir. Je ne sais pas comment il va faire, mais si Laurent Gbagbo meurt, je ne sais pas comment il pourra réconcilier le pays."