Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


Lors de l’audience qu’il a accordée, au Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Tchad, venu lui présenter ses vœux de l’Aïd Al-Adha, le chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby, a encore une fois, démontré en cette fête religieuse sa mauvaise volonté politique de tendre la main à ses adversaires politiques pour une issue pacifique de la crise politique dans le pays.


Comme toujours, Idriss Deby, reste fidèle à lui-même et à ses légendaires principes belliqueux qui sont de privilégier l’option guerrière en lieu et place de la paix, recherchée par tous les segments de la vie sociopolitique tchadienne.


Au Tchad, il est malheureusement constaté que le champ religieux reste autant instrumentalisé  par le pouvoir en place  à des fins politiques.

Le Conseil Supérieur des Affaires Islamiques, qui est une institution religieuse suprême du pays, devrait user de tout son poids pour rappeler au dirigeant tchadien sans complaisance ni affinité, que la stabilité sociopolitique d’un pays, dépend inéluctablement de la paix, facteur essentiel d’équilibre politique.


Or, il nous semble ici que toutes les institutions religieuses  sans distinction, sont acquises à la cause du régime en place et jouent le jeu du pouvoir au lieu de discerner et de donner un point de vue général à même de satisfaire les Tchadiens dans leur ensemble.


Ce constat fait ressortir à notre humble avis que le pessimisme reste dominant pour une recherche de la paix au Tchad, par des guides religieux, autorités morales du pays, censées jouer le rôle d’arbitraires et non d’acteurs politiques.


La paix au Tchad, tant sollicitée doit être le leitmotiv voire le refrain courant  de tous les citoyens épris de paix, de tolérance et de dialogue.


Mais au regard de ce refus du dialogue politique aussi bien par Deby que par certaines voix beaucoup plus conciliantes à son pouvoir, nous sommes encore loin du bout de tunnel et l’option militaire s’impose pour toutes les parties en conflit actuel au Tchad.


Si le changement du régime Deby  par les armes, ne mobilise  pas un certain nombre de nos compatriotes, il va s’en dire également et surtout que la préservation du pouvoir par Idriss Deby et son clan, ne peut être tolérée.


A propos du Tchad, et là, nous insistons dessus, qu’au regard des données politiques à notre possession, il n’est pour l’instant pas  évident que le changement politique de façon démocratique s’opère et intervienne  par les voies des urnes. Car tout est verrouillé par les autorités en place qui n’offrent  aucune chance à une opposition démocratique carrément atomisée.


Que faire pour changer Idriss Deby ?


Toujours est-il ,  qu’il faut le changer absolument !

 

Makaila Nguebla