Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Jour pour jour, aujourd’hui, neuf (9) mois, que M.Hassane Fadoul Kitir, réfugié politique tchadien, a été interpellé par les autorités togolaises puis arrêté et  mis  en résidence surveillée à Lomé capitale du Togo.

Totalement isolé, M.Kitir, n’a droit aux visites que de son épouse,  son portable, seul moyen de communication, lui a été arraché, il n’a plus des contacts avec ses amis et ses proches.

Souvenez-vous, notre blog a lancé plusieurs appels de détresse à l’endroit des organisations des droits de l’homme et aux institutions internationales humanitaires afin de leur demander  de lui venir en aide, mais en vain.

Depuis quelques jours,  l’affaire dite de Hassane Fadoul Kitir, franchit un nouveau palier, son épouse a alerté notre blog sur la menace d’expulsion qui pese  sur elle  de la part du bailleur qui exige neuf (9) mois,  d’arriérés de loyers.

Rappelons que M.Hassane Fadoul Kitir, est  reconnu comme réfugié politique par  la Convention de Genève de 1951 relative qui garantit la protection des réfugiés. De ce fait, il  bénéficie depuis plusieurs années de prise en charge du  Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés  (HCR).

Mais,  d’après les informations fournies par son épouse qui se bat toute seule avec ses enfants,  le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) a cessé de payer les frais des loyers depuis l’arrestation de son mari ce qui explique le cumul des retards dans les paiements.

Aujourd’hui, le bailleur  de l’appartement, dit être excédé de patienter et envisage de les  expulser dans un délai qui ne dépasse pas 48heures.

Le bureau du HCR de Lomé s’enferme dans une bureaucratie lourde et refuse toute coopération, alléguant avoir transmis le dossier à la représentation régionale de Dakar.

Notre blog a immédiatement, saisi les responsables de protection du Hcr de Dakar sur cette question, mais les choses se compliquent davantage, car,  les explications données, sont  loin de susciter le moindre espoir à la famille Kitir qui vit dans la désolation et la perplexité.

Sans une mobilisation concertée et massive de la part des amis et  des proches de Hassane Fadoul Kitir, son épouse et ses enfants risqueront de dormir dans les prochains jours à la belle étoile.

Au regard de cette situation alarmante, nous lançons un appel urgent  pour demander  l’indulgence du représentant du  Haut Commissariat pour les Réfugiés  (HCR) de  l’ONU de Lomé et à la délégation de Dakar, de bien vouloir reconsidérer leurs positions actuelles et d’accorder pour de raisons humaines  une sollicitude à l’affaire Hassane Fadoul Kitir, qui est éminemment politique et qui mérite d’être traitée avec la plus grande attention requise.

Par ailleurs, nous proposons au Hcr, que seule, la réinstallation dans un autre pays que le Togo, demeure l’unique alternative pour aider M.  Hassane Fadoul Kitir et sa famille de sortir de ce bourbier infernal.

Que faire pour éviter l’expulsion de la famille Kitir de son domicile de Lomé ?

Makaila Nguebla