Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

LES AVOCATS DU PRESIDENT HISSEIN HABRE SAISISSENT AMNESTY INTERNATIONAL
SUR L’AFFAIRE MAITRE DEMBA CIRE BATHILY

 

Des évènements graves viennent de se produire au Sénégal, pays qui voudrait accueillir le nouveau procès fait au Président Habré ; ces évènements, s'ils sont confirmés, démontrent que le Sénégal ne peut organiser un procès équitable de l'ancien Chef d'Etat tchadien ; ils révèlent une totale dépendance du processus judiciaire mis en œuvre vis-à-vis de ses commanditaires politiques et financiers, avec pour seul objectif de garantir la condamnation du Président Habré.


La défense du Président Habré s'est inquiétée, à de nombreuses reprises, de l'activisme d'un certain nombre d'avocats qui interviennent à la fois comme avocats des plaignants, et représentants d'ONG, craignant une confusion des genres particulièrement regrettable pour ces organisations dont la mission est de défendre les droits de l'Homme, et partant aussi ceux des accusés, a fortiori lorsque ceux-ci bénéficient de décisions de justice devenues définitives et sont victimes de tripatouillages de lois.


Nous avions dénoncé la collusion des autorités tchadiennes avec certaines ONG à qui des dossiers seraient remis en dehors de tout processus judiciaire pour manipuler et monter un procès de toutes pièces.


Nous avions surtout à plusieurs reprises émis les plus grandes réserves quant aux moyens, conditions, procédés et méthodes de financement du procès que le Sénégal voudrait organiser dès lors notamment que le Tchad, qui est loin dans cette affaire d'être une partie indépendante et neutre (c'est le Président Idriss Deby qui a renversé le Président Hissein Habré, et qui l'a récemment fait condamner à mort dans le cadre d'une parodie de procès dénoncée par la communauté internationale et les ONG), participe à son financement.


Les derniers évènements concernent directement l’avocat Sénégalais Demba Cire Bathily, avocat des plaignants dans l'affaire Habré, qui par ailleurs, dans cette même affaire, apparaît dans chacune de ses interventions publiques comme membre, coordonnateur, Président d'honneur ou Secrétaire Général d'Amnesty International.


La Cour de justice de la CEDEAO dans sa décision du 17 novembre 2009 avait rejeté fermement l'intervention des plaignants représentés par cet avocat.


Les faits nouveaux portés à notre connaissance et qui circulent sur internet depuis la fin du mois de mai concernent Maître Bathily et font état de ce que ce dernier aurait reçu et/ou perçu une somme de F.CFA 13.000.000 des mains du Consul du Tchad à Dakar dans le cadre de l'affaire relative au Président Hissein Habré.


Ces faits ont été dénoncés d'ores et déjà par les avocats du Président Habré dans une radio nationale et n'ont fait l'objet à ce jour d'aucun démenti.

Ces faits, s’ils sont avérés, mettent en exergue que le Tchad financerait des prétendues victimes du régime du Président Hissein Habré, et remettent très clairement en cause la crédibilité de leurs témoignages et la légitimité des nouvelles actions judiciaires entreprises à son encontre sous la pression des ONG et d‘autres parties « intéressées ».


S'il est démontré que le Tchad est l’un des financiers des plaignants, on pourra immédiatement s'interroger sur le montant de financement occulte que le Colonel Khadafi aurait déjà pu mettre et serait encore prêt à mettre sur la table du jugement ou plutôt de la condamnation du Président Hissein Habré.


Les discussions sur le financement du procès par l'Union Européenne ne sont donc qu'un leurre et sans doute la partie officielle d'un iceberg judiciaire qui ne peut qu'affecter durablement l'indépendance de la justice sénégalaise.

 

Nous dénonçons de telles pratiques et avons saisi le Secrétaire Général d'Amnesty en lui demandant de condamner fermement la collusion entre les autorités tchadiennes et les représentants des plaignants qui démontre le caractère inéquitable du procès que l’on tente d’organiser et d'affirmer le respect nécessaire de l'indépendance de la justice qui doit être à l'abri de toute pression financière et/ou politique d'où qu'elle vienne.

LES AVOCATS