Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

annadif

Le cas de Mahamat Saleh Annadif (MSA)est typique des règlements de compte.

Ministre des Affaires Etrangères de l'époque, MSA est accusé d'être l'homme de Al Béchir du Soudan. C'est ainsi qu'il est envoyé à l'Union Africaine (UA) à Addis Abéba avant d'être parachuté à Bruxelles comme Ambassadeur de l'Union Africaine (UA). Rappelé brutalement à N'Djaména, MSA s'est vu nommer Secrétaire Général de la Présidence pour être mis un jour hors d'état de nuire. Le 16 avril, il est convoqué par le juge en charge de l'affaire Zen Bada. Derechef, le juge lui annonce la couleur. "N'est-ce pas tu es le chef hiérarchique de Zen Bada?" MSA de répondre par l'affirmative Puis le juge de continuer: "Tu es compromis par Zen Bada dans ses malversations". Calmement, MSA reprend: "Si Zen Bada a les preuves, il faut qu'il me les oppose. Mon rôle consiste à transmettre par écrit les instructions du Chef de l'Etat à Zen Bada comme à tant d'autres...Pour preuves, il montre aux juge les copies des instructions du Président de la République qu'il a transmises à Zen Bada.". Devant l'absence des preuves contraires, MSA est autorisé à aller vaquer à ses occupations.

Entre le 16 et le 17 avril, on promet à zen Bada de participer  à un montage d'une cabale contre MSA en échange de l'allégement de ses conditions de détention et de sa peine. Courageusement Zen Bada refuse catégoriquement cette offre.


Toutefois, le 17 avril, MSA est convoqué par le juge pour se voir notifier son inculpation.

(à suivre).

 

Source: confidentielle