Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Lettre ouverte sur le Tchad - La communauté interationale se trompe en considérant le présdent Idriss Deby comme gage d'une stabilité sous-régionale face aux menaces terroristes//

Géo-localisation

Publié par Mak

  20070802kadhafinside

La révolution en marche est le dernier coup porté à un dictateur à la dérive. Aux abois, Mouammar Kaddafi n’a qu’une seule réponse : la folie meurtrière avant une chute inéluctable.

Elle est apparue tel un masque sépulcral sur son visage hagard, bouffi, ravagé, lors des discours incohérents qu’il a ânonnés sur fond de décombres, au cours de la dernière semaine de février. La folie meurtrière qui envahit les dictateurs aux abois n’aura pas épargné Mouammar ­Kaddafi, ce boucher d’hommes, cannibale de son propre peuple, guide dévoyé mué en cavalier de l’Apocalypse. À côté de la révolution libyenne, ses sœurs tunisienne et égyptienne ressemblent à des promenades de santé au jardin des Hespérides. Ici, le chef ne fuit pas, il tue. Et les Libyens, ceux que l’insurrection n’a pas libérés, figurent autant d’otages aux mains d’un psychopathe – même si, parmi eux, certains sont encore consentants. La folie, donc. Cet homme est fou, sans qu’il s’agisse chez lui d’une circonstance atténuante mais d’un état mental à l’œuvre depuis des décennies, dont le point d’orgue actuel ne surprend pas ceux qui, comme nous, croyaient déjà le connaître.

 

Source: http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2616p022-025.xml0/tchad-petrole-libye-droguelibye-le-crepuscule-d-un-tyran.html