Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Les cliniques privées du Tchad prolifèrent dans toute la capitale. Chaque médecin du public a sa fameuse clinique ou' il est disponible, courtois, faisant semblant d'être a l'écoute de nos soucis de santé. Le même est méconnaissable dans son milieu de travail dans le public.
Les frais de consultations sont prohibitifs, varie d'une clinique a une autre selon l'humeur de chaque propriétaire véreux. Les césariennes sont extrêmement chères.
Les actes chirurgicaux se font dans des salles ordinaires d'habitation, sans respect des normes requises, sans équipements minimalement agréés. Les blocd opératoires sont des chambres ordinaires transformées en blocs avec pour corollaires des infections des plaies et d'infections nosocomiales. Lorsque les suites opératoires se compliquent, lorsque les malades sont pompés financièrement jusqu'au denier kopeck, ils sont largués vers les hôpitaux publics.
Exemple: un malade opéré a la clinique K. de Klemat pour simple appendicite se trouvra avec un saignement incontrôlable par la faute du chirurgien qui, paniqué, le balance a HGRN. Il y meurt deux jours après.
Les examens de labo sont mal faits ou inventés dans certaines cliniques privées sinon les prélèvements sont convoyés dans les hôpitaux publics pour leur manipulation en complicité avec certains infirmiers et laboratins du public. D'autres dilapident les réactifs de labo du public pour aller fournir les petits labo du privé.
Exemple: la clinique M. de Chagoua invente les hormones sexuels dont son labo n'arrive pas a en faire. Des résultats imaginaires et imaginés!
Le laborantin A. de HGRN excelle dans la fraude des réactifs du labo et fournit trois labos de cliniques privées d'Elnimery, de rue de 30, de Chagoua et Dembe.
Une autre aberration des privés: ce sont les factures salées des actes de soins et le traitement de maladies simples!
Exemple: une clinique de Klemat fait une perfusion de quinine a15000cfa alors que la perfusion est a 2000cfa a HGRN! Une césarienne est a 800.000 a une clinique de Moursal alors qu'elle est gratuite en urgence ou a 30.000 a HGRn.
Une opération chirurgicale est de loin plus sûre a HGRN que dans le privé mais les privées, très malignes, jouent sur les décors, les ornements et la propriété de façade pour tromper la population.
Alors pourquoi l'Etat ne protège pas sa population contre ces véreux? Que fait le service d'inspection de la santé pour rendre ces privées dans les normes de la pratique sanitaire? Pourquoi les frais de soins ne sont pas uniformisés dans les privées? pourquoi ne pas le plateau des blocs opératoires des privées? Est-ce que ces cliniques sont en règle avec les impôts et les fiscs?
Nous demandons a l'Etat, s'il existe, de mettre de l'ordre dans ces cliniques et de renvoyer tous les médecins qui tuent le public en s'absentant pour entretenir leurs cliniques. De réglementer ces pompes a sous qui jouent avec la santé de tout un peuple. Que l'Etat arrête ces mensonges dans le privé!!!!

Abdelrazakh A.
Médecin stagiaire a Moundou