Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

images-copie-25.jpeg 

Abdoulaye Sabre Fadoul

Le justicier voyou

Voilà que notre cher Ministre de la Justice, de la moralisation de la Vie Publique, de la Bonne Gouvernance, Garde de Sceaux, refait parler de lui en mal. On sait qu’il s’acharne à tuer Zen Bada, il veut anéantir Mahamat Saleh Annadif, il veut détruire Ahmaday Alhassan… Malheureusement, tout ce qu’il avance pour justifier ses actes devant l’opinion publique est battue en brèche par la presse nationale.

Ainsi, pour réussir à influencer le public national, il a créé un journal. Naïvement, il croit que les Tchadiens sont dupes pour accepter l’inacceptable produit par L’Union de son cousin Abdelsalam Mahamat Abderahmane Haggar. Un « journaliste » made in Niamey. Médiocre comme tout. Qui n’avait même pas réussi à s’imposer dans une rédaction aussi nulle que celle de la télétchad. Pour booster sa carrière, il était obligé de prendre les armes contre Idriss Déby Itno. A son retour, on lui trouve un strapontin, Ceni, afin de se remplir les poches.

C’est donc sur un « journaliste » de caniveau que notre ministre s’appuie pour vilipender ses adversaires. Tout le monde a vite détecté que c’est lui et son parent DG de l’ANIF qui sont derrière ce journal. Notre ministrion s’en va jusqu’à négocier les prix de l’impression avec l’imprimerie AGB. C’est grâce à l’argent des expropriations qu’il a mené que notre français national paie les charges du journal. Cet argent public, logé dans un compte à la BCC est mouvementé par sa seule signature. Nous vous donnons prochainement tous les détails de ce compte.

C’est donc, ce ministre qui est viscéralement malhonnête qui croit donner des leçons au peuple tchadien tout entier. En plus de cela, il est tellement bête qu’il croit qu’en faisant rédiger un journal par un Zakhawa, il réussira à retourner une opinion publique toutes faites à propos de ces manigances. Euh oui, ce n’est que le début. Nous verrons jusqu’où ce damné pourra aller.

 

Aziz naïm Adil