Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Il est très rare, dans l´histoire rocambolesque de notre pays et compte-tenu du profond encrage  des idées exaltées, que des hommes atteignent la perfection dans toute leur entreprise. Cette inertie n’est accomplit que grâce aux  anciens qui restent profondément figés dans les méandres des pensées sordides et ayant en aversion le bien fondé de la nation au détriment des intérêts personnels autres que populaires. Ces hommes ne valent pas les principes et la grandeur des causes qu’ils défendent parfois, car ils sont pris au piège du tribalisme, du clientélisme, du népotisme et de l’affairisme. Quelque soit la noblesse de leur cause, elle devient donc caduque et hautement explosive, car entachée des maux qui nous gangrènent depuis des lustres sans qu’on puisse en tirer des leçons.


À peine rentrer en rébellion, ils ont vite été rattrapés et ligotés par les démons de la division et de l’incompétence. Ils ont fait montre d’un discours relatant que leur lutte revêt un caractère national d’où l’émergence de nombreux jeunes comme bras armé et éminence grise a leur coté. Sans scrupule, ils réendossèrent leur manteau d’oppresseurs pour mettre en quarantaine les jeunes qui ont sacrifié leur vie pour leur cause. La volonté flagrante et irrépressible  de la jeunesse à ne pas se laisser taper sur les doigts à pousser nombreux d’entre eux à prendre leur distance vis-à-vis des dinosaures qui sommeillent au sein de la rébellion.


On passe sous silence absolu les affres qu’on fait subir aux jeunes, les malversations et les détournements des PGA à des fins personnelles. Ces pratiques ont vite fait de décapiter les mouvements armés qui après moult alliances et mésalliances, ont montré leur limite et leur stature à fédérer tous les Tchadiens a leur cause. La jeunesse qui est le fer de lance et la pointe du combat est découragée et désabusée, les jalons d’une rébellion acquérant la sympathie de toute la population sont vite tombés comme un château de cartes.


L’espoir d’un Tchad nouveau se baserait beaucoup plus sur la lutte pacifique que  sur une rébellion dont le ciment est composé d’un tissu de mensonges et de luttes intestines de leadership. Ces dinosaures pensent beaucoup plus a leur profit personnel, en enfouissant le sacrifice des milliers de jeunes dans les profondeurs des calanques Grecs. Peut-on donner un espoir péjoratif à un possible « détribalisation » de la rébellion ? Le constat est amer, l’échec de la rébellion est patent, elle a été complètement lobotomisée par ses pauvres chefs.

Nul ne peut nier les abjections des luttes tribales qui se sont incrustées dans tous nos faits et gestes. Là où passent deux tchadiens, un relent sinueux de tribalisme se diffuse autour d’eux. Même au sein des regroupements des différentes communautés de la diaspora, le tribalisme, le régionalisme et le confessionnalisme ont mis leurs griffes réductrices, empêchant ainsi aux compatriotes de conjuguer leur force comme les autres immigrants des communautés Africaines.


Les divisions qui nous prennent en otage constituent des obstacles majeurs à la perpétuation de la cohésion nationale. Nous allons nous entredéchirer, laissant le champ libre a tous les prédateurs de s’enrichir et de piller systématiquement nos ressources nationales.

Les trafics d’influence, l’attisement du feu de la division, l’exclusion et l’intolérance,  ont régressé le pays au summum de la bassesse et engraissé cupidement une classe de prédateurs dont la voracité sur les deniers publics dépassent la légendaire gloutonnerie de piranhas. Le pétrole  disparaitra inéluctablement un jour sans laisser de traces, sauf dans les comptes bancaires de nos dirigeants politiques et une ardoise amère sur la dette publique. Qui pourrait sortir les populations Tchadiennes de l’oisiveté et de la misérable situation qui les étreignent jusqu’au bout de l’étranglement?

Sans rancune, bonne fête de l’Aïd al-Adha (عيد الأضحى)  à tout le monde !


Abbas kayangar