Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


Hend Harouni.

La 61 ème anniversaire  de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en vertu de « l’abolition » de la Suisse des minarets au moment juste où les Musulmans viennent de célébrer la fête de «Aïd El Idha» et d’accomplir leur pèlerinage- Chose extrêmement inadmissible!?...

Ecrit par Hend Harouni-Tunisie


-En anglais et en français-

Tunis, le 1er Décembre, 2009

Il y a un immense ressentiment parmi les Musulmans et les non-Musulmans, les défenseurs des droits de l'homme et les opinions publiques : comment et pour qu’elle raison la Suisse vient de prendre une telle mesure ...?! Est-ce un message aux Musulmans: «nous ne voulons pas de vous tels que vous êtes».

C’est la première fois que nous entendons parler d'autre que la politique de défense des droits de l'homme dans un pays qu’on appelle celui des droits de l'homme ; là où les conventions et les textes des droits de l’homme sont nés, essentiellement la Convention de Genève. Toutefois le fait de toucher à la liberté de la religion représente un conflit en soi.
De ce fait, actuellement et après 61 ans depuis l'appel pour la défense et la pratique des valeurs des droits de l'homme partout dans le monde, à notre surprise ce même pays a pris la décision d’une pratique péjorative de non coexistence contre une communauté particulière: les Musulmans?! et concrètement modifié la Constitution en vertu de près de 57,5% de voix "d'acceptation" comme résultat de vote déclaré le 29 Novembre, 2009 pour l'interdiction des minarets, suite à une campagne lancée pour un référendum forcé basé sous condition de collecte de 100.000 signatures d'électeurs à compter du 1er Mai 2007 accentué par un groupe de politiciens d’extrême droite principalement du Parti Populaire Suisse et de l'Union Démocratique Fédérale, le premier étant actuellement le plus grand parti au parlement Suisse. La Suisse dispose de 8 millions d'habitants, dont près de 400.000 Musulmans pratiquants.
L'Islam est la deuxième religion dans ce pa ys. Il n'ya que quatre minarets dans les mosquées selon des informations recueillies.

Commencer par interdire les minarets, montre que ces initiateurs du plan de référendum irons jusqu’à aller plus loin au niveau des interdictions à l’encontre des Musulmans.
Comment est-ce qu’un pays comme la Suisse qui se distingue comme étant un pays de la «paix» fondé sur la non-implication dans les conflits des autres pays et bien connu pour la stabilité, l'accueil et prometteur au niveau des conditions de vie malheureusement appelle à une restriction aussi délicate sur le plan de la liberté religieuse des Musulmans : s'attaquant à la pratique de cette religion.

Une mosquée, par définition, et depuis notre existence a toujours été construite avec un minaret pourquoi maintenant vous avez voulu l’«abolir». Que ce soit en Suisse ou dans tout autre endroit dans le monde, les gens par la foi, la conviction vont à la mosquée et non pas à l'église et c'est leur droit légitime de choisir leur religion et ce droit est égal à la liberté de religion. Pourquoi pensez-vous exprimer par une telle interdiction que vous avez "négativement" changé votre traitement de la communauté Musulmane sans oublier qu'elle comprend des citoyens Suisses Musulmans et dont le nombre gêne énormément l’extrême droite. La foi est dans le cœur de l'être humain, de telle sorte que ni l'interdiction des minarets, ni toute autre pratique ne va influencer cette foi de l'Islam.

L’interdiction en question signifie «Accepter ou quitter" ce qui est incompatible avec la liberté et les droits de la coexistence, voire la tolérance. Ils ne s'arrêteront pas à ce stade, ainsi ces extrémistes ont alerté la guerre contre les Musulmans avant et après cette question de minarets, évidemment il doit y avoir d'autres violations en pleine croissance.

Le reproche est fortement adressé aux citoyens Suisses qui ont voté pour ce «piège » et ils sont appelés à revoir leur position et en ayant accepté d’ «insulter» les Musulmans, de cette manière vous avez facilement donné à vos extrémistes plus de mauvaises chances pour détruire l'image réputée dont bénéficiait la Suisse chez les Musulmans partout dans le monde de même que chez les consciences libres qui vraiment considèrent que la liberté de religion est une ligne rouge et qui évidemment sont choqués par l'interdiction des minarets.

L'une des personnes extrémistes abusives est " en parcours ininterrompu » contre les Musulmans et l'Islam dans le monde, il s’agit du député Hollandais d’extrême droite Geert Wilders , qui n’œuvre que pour la division entre les peuples et là où les Musulmans puissent exister et parmi ses outils est la «loi», alors que la guerre qu’il a déclarée contre la religion est en elle-même une violation de la loi, voire de celle de toutes les nations, causant des traitements inhumains, ce qui renforce la haine et les conflits.

Dans ces quelques jours à venir, précisément à la 61ème commémoration de la Déclaration Universelle des droits de l'homme, une question se pose : pourquoi au lieu de promouvoir et d’encourager l'intégration des Musulmans en Suisse comme dans d'autres pays, bien au contraire, vous provoquez un tel conflit aussi périlleux en vue d’élargir les écarts entre les Non-Musulmans et les Musulmans ?.

Pourquoi toucher à l'unité de notre mosquée par l'interdiction des minarets dont vous connaissez bien l’importance comme étant les composantes requis de toute construction de mosquée ; forme architecturale et dont la fonction consiste en : l’appel à la prière " Al Adhan pour Salat "?.

Plusieurs organisations et associations des droits de l'homme ont fait valoir que le référendum Suisse a violé la liberté de religion et a été une discrimination sur l'appartenance raciale et religieuse.

Dans un tel contexte, nous nous référons au contenu de base de la Déclaration Universelle des droits de l'homme:

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.

Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats
Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier


Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Article 22

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

Article 26

2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

Article 29

3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.
Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Il semble que les interdictions réalisées en Suisse doivent être prototypées dans d’autres pays Non-Musulmans?. Les Musulmans ne diront jamais aux non-Musulmans qu'ils vont interdire n’importe qu’elle partie de leurs églises et ce, conformément à notre religion Musulmane en plus de l'engagement relatif aux conventions internationales relatives aux droits de l’homme, nous respectons le droit aux pratiques religieuses des autres.

Avez-vous jamais entendu dans n’importe quel pays Musulman le fait même de parler d’un tel amendement constitutionnel à être introduit pour les églises : pas d'édifices religieux touchés à cet égard dans nos pays Musulmans.

Autre point : la liberté de religion ne signifie nullement «liberté limitée par quotas dans les pays Chrétiens au moment où le nombre de Musulmans augmente et celui des Chrétiens diminue, tel qu’est le cas ici, alors l'approche politique est de mal influencer les gens par le biais de campagnes de haine et de peur envers les Musulmans en fonction des règlements du droit local, une telle procédure n'est pas conforme aux conventions internationales, voire aux textes relatifs aux droits de l'homme, il y’a lieu de rappeler qu’ en tant que Musulmans nous respectons le droit d’autrui à leurs propres pratiques religieuses .

Alors, que faire concrètement pour que ces matières internationales des droits de l’homme soient pleinement respectées?.

Même Allah, nous a créés différents, Il nous a montré la bonne voie et nous a laissé libres: de croire ou de ne pas croire, soit Il ne nous a pas forcé et à notre tour nous n’avons pas forcé les Non Musulmans à devenir Musulmans – c’est une question de foi et de choix par conviction , ainsi tout le monde doit protéger la liberté de religion et ne pas empêcher et par tous les moyens d'étendre que l'Islam progresse et que le nombre de Musulmans augmente partout dans le monde, chose qui n'est pas en contradiction avec les droits de l'homme et les libertés fondamentales.

Au début, les choses ont ouvertement commencé par les horribles caricatures au pays du Danemark et en travaillant également sur des caricatures sataniques dans d’autres pays comme sale tentative de diffamer notre Prophète Sacré Mohamed la Prière et la Paix Soient sur Lui et l’Islam en général et pour qu’ensuite Geert Wilders apparaisse avec son film catastrophique intitulé "Fitna" pour attaquer notre Prophète et notre religion de l'Islam et tout ceci a été réalisé sous le mauvais prétexte de la liberté d'expression.

Pas si étrange de voir ce même député d’extrême droite exprimant aux médias sa satisfaction face à cette interdiction des minarets en Suisse.

Cependant, toute campagne lancée contre l'Islam et les Musulmans est en soi une annonce prévue d’un plan ayant des objectifs nuisibles voulus et de manière implicite.
L'Islam interdit l’interdiction d’une ou de plusieurs pièces de construction des lieux de culte, même quand il ne s’agit pas de mosquées et empêche la diffamation de tous les Prophètes et Messagers et Allah est notre Créateur et c’est Lui qui nous a accordé la véritable liberté de religion et d’expression et non vise versa.

On peut lire à partir de ce chiffre approximatif de 57,5% des voix Suisses- ce qui suit:

1. que la moitié des citoyens Suisses sont aujourd'hui contre la liberté de religion, une réalité dangereuse pour un pays connu pour les libertés, cependant il est important d'avoir une idée sur la nature des électeurs.

2.la 2ème moitié de la société Suisse représente un certain équilibre en matière de coexistence avec les Musulmans comme communauté et comme citoyens Suisses, ils ont refusé "l'interdiction des minarets" ; ils ont fait leur devoir et ils méritent notre respect.
Déduction: une telle interdiction des minarets a dévoilé comment la société Suisse a déjà été divisée à cause de « non-stop » campagnes indirectes de tort et de provocation de haine, et et que s’ils ne revoient pas leur grave position, il y aura beaucoup d’autres plus lourdes "interdictions" contre les Musulmans.

Maltraiter les Musulmans et restreindre leurs libertés ne peuvent en aucun cas être une solution pour la coexistence fondée sur la tolérance. Vous ne pouvez jamais insulter quelqu'un et dire que vous ne voulez pas lui faire du mal ou que vous voulez trouver un moyen de préserver votre pays ou protéger tout autre intérêt. Ce n'est pas en attaquant les Musulmans que vous pouvez avoir un plus grand nombre de Chrétiens ou une diminution du nombre de Musulmans, ceci n'a aucun sens ; étant à la fois contre l'humanité et contre la logique.

Toutefois, tous ceux qui ont rejeté ce vote doivent travailler sérieusement pour son annulation en tant que provocateur de la rancune et de l'instabilité dans la société Suisse d’une part de même qu’ au niveau des relations du pays avec la nation Musulmane dans son ensemble d’autre en plus d’ éviter son élargissement dans d'autres pays.

Il suffira de se rappeler que l'interdiction des minarets en Suisse:  ne signifie pas la liberté d'expression ou la peur des Musulmans, mais les campagnes illégales de haine contre la dignité des Musulmans dont l'objectif est d'atteindre le but des partisans politiques; travailler sur la catastrophe de soulever cette détestation entre Musulmans et Non Musulmans aussi bien dans le pays qu'à l'extérieur. Ils exploitent la peur des citoyens afin de renforcer le sentiment de dégoût envers les étrangers et parmi leurs outils est l'extrémiste dangereux accusateur utilisant de diverses affiches et posters d’incitation tel qu’ exposant le minaret comme une roquette implantée dans la carte géographique de la Suisse?! ; une incohérence incroyable, … nous savons que la roquette est utilisée par la résistance légitime et de self défense en Palestine et à Gaza en direction d'un seul endroit en raison de la colonisation d'Israël et des derniers génocides sionistes et crimes de guerre dans le territoire assiégé de Gaza; l'holocauste phosphorique et qui n’ont toujours pas récupéré leurs droits des institutions internationales officielles à ce moment. Les roquettes n'ont rien à voir avec la Suisse en particulier surtout que la règle dit: "comparer ce qui est comparable" les choses doivent être considérées dans leur véritable contexte.

Mais les partisans du « refus » des minarets disent qu'ils n'ont aucune intention d'empêcher les Musulmans de pratiquer leur foi et qu'ils n'ont rien contre les Musulmans, alors pourquoi avoir ensuite exprimé la haine envers eux dans vos campagnes d'augmentation du nombre de voix de vote?. C'est ce que nous appelons : faire un préjudice "sans laisser de trace" la réponse est très simple, « alors pourquoi ne pas les laisser en paix? ».

Les choses commencent de cette manière et finissent avec plus d'exclusion envers les Musulmans ...

Positions de désistement:

"Je pense que les Musulmans Suisses seront en colère et amertume envers ce qui passe, a déclaré Reinhard Schulze, Professeur d'Etudes Islamiques à l'Université de Berne. Il poursuit en disant : «et nous savons que la colère et l'amertume parmi une communauté peut conduire à la radicalisation, voire au militantisme". Les Suisses procèdent à l'interdiction des minarets -." Swiss move to ban minarets- / Par Imogen Foulkes / BBC News, Berne / Dernière mise à jour: Lundi 28 Mai 2007, 09:03 GMT 10:03 UK.

(*) Amnesty International a déclaré que l'interdiction des minarets est une "violation de la liberté de religion, incompatible avec les conventions signées par la Suisse."
(**) Le Parti Ecologiste Suisse (Les Verts) a déclaré qu'il envisageait de déposer une plainte devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme à Strasbourg pour violation de la liberté de religion garantie par la Convention Européenne des droits de l'homme.
(*) et (**): Global Nation / la Suisse vote pour l’interdiction de nouveaux minarets - Switzerland votes to ban new minarets -/ Par Hui-Min Neo / Agence France-Presse Posté : 12:23:00 11/30/2009.