Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

ISSA MHT

 

 

  Economie : Les échecs des politiques économiques Tchadiennes

 

4ème Partie : l’Importation des voitures et camions d’occasions

 

Des politiques économiques discutables il y en a dans tout les pays et il y en aura toujours selon les visions et  positions idéologiques de chacun. Mais, celle qu’avait pondue le ministère de finance Tchadien, par l’entremise de son secrétaire d’Etat, chargé du budget, en mais 2009 était tellement incompréhensible qu’on se demande toujours quelle était la vraie motivation de cette décision, qui consiste à autoriser seulement les importations des voitures de moins de trois ans et des camions de moins de cinq ans.

 

L’environnement et la dégradation des infrastructures auraient motivé cette décision irrationnelle. Ainsi déclara le ministre devant la représentation nationale.

 «Quand un véhicule de six ans arrive au Tchad, une année plus tard, vous avez l'impression que c'est un véhicule vieux de 10 ans» Source : Pana

 

L’écologie est une cause noble, quand la réflexion met l’humain au centre de la préoccupation. C’est pourquoi, en faisant des études préalables, de fois, on peut trouver des alternatifs à une mesure dont l’efficacité est difficile à établir.

 

L’incompréhension ne se trouve pas dans la légèreté de la décision, mais dans l’intérêt économique d’une telle mesure. On sait qu’une grande partie des importations des véhicules transite par le Cameroun, qui  partage une union douanière avec le Tchad. La mobilité des facteurs même si elle n’est pas effective, au sein de la zone CEMAC, les caractéristiques spécifiques d’un voisin comme le Cameroun, oblige à réfléchir avant toute décision : Pays voisin, géant économique de la région, membre de la CEMAC, pays abritant un port Tchadien par défaut, pas trop regardant en matière de dessous de tables. Tous ces éléments peuvent suffire à annihiler la réflexion de l’interdiction en fonction de l’âge du produit.

 

Sans oublier la perméabilité des frontières terrestres avec tous les pays voisins. Et si la porosité des frontières n’est pas convaincante, le manque à gagner au budget de l’Etat ne pas négligeable non plus.

En fait, en 2009, l’année de la nouvelle réglementation, l’Etat Tchadien avait connu un déficit de 59, 464 milliards de FCFA par rapport à l’année précédente. On se demande pourquoi se priver d’une telle recette, en évoquant une raison  faussement environnementale.

 

Dans une zone économique ou l’harmonisation des politiques économiques est l’objectif recherché pour éliminer les déséquilibres, le bon sens veut qu’on consulte les pays membre de la zone, afin de prendre une décision communautaire. Surtout, quand la réglementation risque d’être financièrement désavantageuse.

 

 

 

Pour information, la disposition générale de tarif douanier, dans son article 3 dit ceci :

 « L’application du Tarif des Douanes exclut la perception de tout autre droit et taxe de caractère national frappant les échanges à l’importation ou au transit, à l’exception, toutefois, des droits et taxes perçus au titre des services rendus par les administrations publiques ou parapubliques. » Malheureusement, les importateurs n’ont  pas besoin d’une pareille disposition pour contourner la réglementation. Des failles on peut en compter des dizaines.

 

Ailleurs, sous d’autres cieux, les réglementations des véhicules s’appuient  sur l’entretien que sur l’âge. Puisqu’une voiture de 15 ans, biens entretenue, peut avoir l’air d’une  voiture de 5 ans. C’est qui peut rendre caduque l’argumentation environnementale.

 

Par exemple, le ministère de transport et de l’intérieur conjointement pouvaient mettre  des structures de contrôle Technique ou voire attribuer des licences aux personnes compétentes pour le faire.

 

L’intérêt de ces structures installées dans chaque arrondissement et ville du pays :

 

- La création des milliers d’emplois.

- La  réduction  des accidents, du fait de la fiabilité et surtout des prix d’achats qui rendront accessibilité les 4 roues au détriment de 2 roues.

- Désengorger les hôpitaux, des accidentés de deux roues.

.etc.

En fait, il peut y avoir plusieurs avantages, si on se gratte un peu la tête.

 

 

« Une erreur est d'autant plus dangereuse qu'elle contient plus de vérité. » Henri-Frédéric Amiel

 

Issa Mahmat Abdelmamout

issa1304@yahoo.fr