Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Aujourd’hui, la Guinée Conakry  célèbre dans la désolation absolue , son 51eme anniversaire d’indépendance.  Mais l’histoire se répète  dans ce pays à itinéraire politique sanglant,  marqué traditionnellement  par des répressions politiques des régimes  d’exception et  militaires qui se sont succédés à la tête du pays.

A Dakar , où nous y trouvons,  vit une forte colonie guinéenne et la situation politique en Guinée est suivie de prés par les autorités sénégalaises qui gèrent la crise avec autant de dextérité et  d’une  sollicitude  tout à fait particulière .

Ainsi,  après, les violents affrontements,  du lundi dernier, entre les manifestants et militants désarmés  de l’opposition aux forces armées guinéennes super-militarisées,  qui ont réprimé de façon disproportionnée leurs propres concitoyens, il y a lieu de s’interroger  sur le retour à l’ordre constitutionnel et au mode de transmission du pouvoir dans ce pays.

Hier, lors de  notre  émission hebdomadaire consacrée à l’actualité africaine, à la Radio Manoré 89.4 à Dakar, nous avons  invité  des responsables de l’Action de la Jeunesse  Guinéenne pour le Développement et la Prospérité (AJGDP) pour débattre de la situation dans leur pays.

Il ressort aujourd’hui,  selon les cris de  détresse  des leaders de l’opposition, des membres de la société civile que la gravité de la situation en Guinée, appelle en urgence la communauté internationale à une intervention militaire face à la junte au pouvoir pour opérer le changement politique et permettre aux différents acteurs  de renouer avec le processus démocratique, désormais au point mort  dans ce pays.

Mais  il sied,  de rappeler que dans le cas d’espèce, le peuple guinéen mise sur un pays européen, avec lequel,   les relations historiques traduisent une certaine insoumission à la colonisation.

Les cris de cœur des opposants guinéens,  s’adressent notamment à la France. Or, aujourd’hui, il est prouvé que  la politique étrangère de la France ne fait pas  l’unanimité en Afrique noire.

Nombreux sont les peuples africains, qui accusent la France, de soutenir et de maintenir un peu partout dans  leurs pays, des régimes totalitaires et autoritaires, c’est le cas au Tchad avec Idriss Deby, au Togo où après le décès Eyadema père, Paris a imposé son fils Faure , c’est aussi au Gabon, où Ali Bongo, succède à son père Omar Bongo, autant des cas témoignent le rejet global des pratiques politiques éhontées de Paris, qui au lieu  de soutenir d’encourager une véritable démocratique et œuvrent plutôt  en faveur de  la confiscation  ou  de la  succession monarchique du pouvoir par  des régimes despotiques  sur le continent noir.

 Ce dernier temps,  les médias français notamment Rfi et  France 24, accordent une large part de traitement d’informations sur l’actualité en Guinée. Mais cela, est motivé par un esprit de rapprochement de Paris  à  la Junte au pouvoir que par le souci d’une compassion avec le peuple guinéen.

S’il y un conseil à donner à l’opposition guinéenne, c’est  de cesser d’espèrer  et de compter sur les autorités françaises pour opérer un changement politique dans leur pays. Mais plutôt de diversifier son champ de plaidoyer  au niveau d’autres nations, éprises de paix, de justice, de libertés et surtout de démocratie au sens plein du terme.

Notre blog, exprime sa compassion avec les victimes de la répression en Guinée et condamne avec la plus grande fermeté les pratiques barbares d’une armée  qui règne dans l’impunité absolue et qui est  devenue une machine répressive et un rouleau compresseur  conte son propre peuple.

Makaila Nguebla