Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La solution ne peut être que politique. Au vu de l'embrasement sur le terrain, ce postulat paraît utopique. Mais il faut exercer de fortes pressions sur tous les protagonistes, afin de créer les conditions d'un dialogue sérieux. Et il y a urgence. La première de ces conditions, c'est d'empêcher la prise du pouvoir par les armes. Il ne s'agit pas de sauver Déby, mais de sauver le Tchad.

Une nouvelle aventure militaire conduirait ce pays à l'anarchie et y ouvrirait une période d'incertitude terrible. D'autant que, en cas de victoire, les rebelles pourraient fort bien se déchirer entre eux.


Voilà pourtant des lustres que les leaders tchadiens agissent plus en chefs de guerre ou en chefs de clan qu'en hommes d'Etat.


Sur le front de l'ouverture politique, on a vu des progrès significatifs avec Idriss Déby, même si celui-ci n'est pas allé au bout du chemin. Et c'est parce qu'il y a eu blocage du processus de démocratisation engagé, lequel supposait des compromis difficiles, que certains ont misé sur l'option militaire.

En affichant leur volonté de conquérir le pouvoir par la force, les opposants n'ont pas incité Déby à l'audace. C'est le prix de cet échec que paie le Tchad. Mais cet échec est aussi le nôtre. Nous n'avons pas suffisamment plaidé auprès de lui en faveur des concessions, du partage, des avancées démocratiques.

Parfois, il faut savoir imposer et, si besoin, sanctionner. Encore faut-il détenir les instruments de la sanction.

Par Vincent Hugeux