Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 
Dr Ali Gadaye

Rappelons tout simplement que depuis le tripatouillage de la loi fondamentale par Mr Deby en 2005, son régime a perdu toute sorte de légitimité. Depuis lors Mr Deby s’impose par la violence, l’intimidation, la manipulation et la corruption.

 

Les yeux des citoyens tchadiens sont rivés vers l’Est. C’est de là qu’ils attendent le salut. Force est de constater cependant que toutes les tentatives de renverser ce régime honnis y compris les marches sur N’Djamena n’ont pas jusqu’à là abouti. Le peuple tchadien est alorss en droit de se poser cette question pourquoi ? Malgré les innombrables atouts dont dispose l’opposition armée ; on peut citer entre autres :

 

-         le soutien populaire, maintes fois démontré ;

-         la détermination inébranlable des forces combattantes ;

-         le nombre important des moyens roulants et la qualité exceptionnelle de puissance de feu ;

Ces atouts et d’autres encore devraient permettre de venir à bout du régime de Déby. Quels sont les obstacles qui empêchent en effet l’opposition armée de réaliser l’objectif qu’elle s’est assignée ?

 

-         l’absence d’un consensus formel engageant toute l’opposition armée autour d’un programme politique ;

-         l’absence d’un leader charismatique accepté par tous ;

-         le déficit notoire de la culture démocratique qui implique une absence réelle de sincérité dans l’engagement à défaire l’ennemi.D’où les calculs sordides à une course effrenée pour le fauteuil présidentiel. Le tribut de ces terpitudes sont payés cash par les forces combattantes et le peuple tchadien.

 

Toutes ces raisons ont conduit l’opposition armée à tourner en rond. Plus grave, sa crédibilité auprès du public tchadien est en train de se fissurer. A-t-elle conscience de ce danger qui pointe à l’horizon ? celle-ci devrait avant tout se résoudre à revoir sérieusement  sa méthode et sa stratégie.

 

En conséquence, elle doit mettre un coup de frein à l’emmiettement. Elle doit netoyer et enrichir le manifeste  politique élaboré en octobre 2008 et le transformer en un véritable programme politique ayant l’adhésion de tous.

Les craintes exprimées çà et là par les dirigeants de l’opposition, sont parfois justifiée. En effet, le clanisme érigé en système n’est pas un fait nouveau  au Tchad. C’est pourquoi, il revient plutôt à l’opposition armée de concevoir des véritables garde-fous pour empêcher toute confiscation du pouvoir par un clan.

Tout homme qui dispose du pouvoir a tendance à en abuser. C’est pourquoi, l’opposition doit imaginer un système de contre-pouvoir qui éliminerait toute velleité de confiscation  par celui qui se sentirait en position de force. Ce système ne signifie pas la création des conditions de blocage mais plutôt l’objectif visé est la collaboration soutendue par le concensus qui donne satisfaction à tous. Un tel système  n’est pas inédit. Il existe selon toute vraissemblance , il suffit de creuser le manège et de diligenter une inspiration intélligeante auprès des systèmes ayant fait leur preuve en la matière.

Par ailleurs, les dirigeants de l’opposition armée doivent tout mettre en oeuvre pour réussir la structuration des forces armées grâce à un programme de désengagement, démobilisation et réinsertion (DDR) soutendu par une indémnisation juste, prompte et équitable.

En outre, chacun des dirigeants de l’opposition doit cultiver une profonde conviction que le vrai pouvoir, le pouvoir legitime béni par le ciel est celui issu des urnes. En conséquence, la compétition qui en vaut la peine doit plutôt être envisagée à ce niveau.

 

En brossant ce tableau, nous n’entendons  dénigrer personne et nous n’envisageons en aucune manière ôter l’espoir au peuple tchadien pour le changement tant attendu. Notre démarche vise plutôt à appeler les dirigeants de l’opposition armée pour une véritable prise de conscience et les mettre face à leur responsabilité.

Quant au peuple tchadien, nous disons l’impossible n’est pas tchadien. Il ne doit pas ceder à la fatalité. L’injustice n’a jamais revêtu le caractère  de la durabilité.

La justice finira par vaincre. C’est pourquoi, nous le convions à garder la tête haute à resister à l’injustice et à ne pas perdre l’espoir. Les dictatures n’auront jamais de répi au Tchad quel que soit leur encrage, elles finiront par voler en éclat. Déby partira et le Tchad survivra pour les tchadiens.

 

 

Dr Ali Gaddaye

 

Délégué aux Etudes Juridiques (UFR