Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


Pr Hamidou Diallo,secrétaire général du Brds
parti d'opposition au Sénégal.
Opposant au Président Me Abdoulaye Wade.
Il a été candidat aux élections municipales
face à Karim Wade
.

L’histoire se répète en Guinée et en balbutiant. La Guinée, toute la Guinée, un lourd bandeau noir sur les yeux, du coton dans les oreilles, n’entend ni ne voit les vols, les viols et les ventes qui s’opèrent sous son nez. Il est vrai que l’odorat se perd au contact de la même odeur pendant 52 ans !


S’il est devenu aveugle, sourd et muet, il ne dort quand même pas le guinéen surtout que maintenant le voleur est dans sa chambre à coucher. Non ! Il réveille son épouse et ses enfants et leur demande d’aller voir ce qui se passe dans la cour où le père de Dadis tient un discours, le même en tous lieux où la démocratie est menacée par les armes : « mon fils, va aux élections.

Tu es le président de la république, le président de l’assemblée nationale, le président de la cour suprême, le chef de l’armée, le chef de la police, le chef de la douane, le chef des chasseurs païens, tu es Moïse le prophète ressuscité, tu es le Dady de l’église, tu es le flambeau de la lutte contre la corruption, contre la drogue et contre le blanchiment… alors mon fils, va aux élections. Je t’aiderai. N’oublie pas seulement d’installer des bureaux de vote dans tout le Sénégal.

Je peux t’assurer que les 12 millions de guinéens vivant au Sénégal voteront pour toi. Alors, même si les 10 millions de guinéens vivant en Guinée votent contre toi, de quoi as-tu peur ? En outre, plus je te regarde, plus je pense que tu viens du Libéria : tu pourras donc aller chercher tous les ivoiriens chômeurs, tous les libériens chômeurs et tous les sierras léonais chômeurs le jour des élections. La veille des élections, tu renvoies tous les peulhs au Fouta Toro, les malinkés au Mali, les soussous en Guinée Bissao. Tu peux garder les kao diakas dont l’intelligence n’est pas dans leur vocabulaire. Ensuite et surtout, tu cesses de dire de gros et vilains mots. Tu apprends le français rapide en cours du soir, tu commences à fumer …des CIGARETTES et, tu recommences à…BOIRE DE L’EAU. Tu portes des costumes nœud papillon et tu envoies des fleurs aux dames des ambassadeurs accrédités en Guinée. N’oublie pas de parfumer ton costume. Tu organises des soirées de Gala où tu reçois et décernes des prix. Tu es entrain de créer des partis fantoches de soutien : c’est bien. Il faut créer des associations de soutien à l’action du président moussa dadis camara : aspmdc. Difficile à prononcer mais les guinéens y parviendront. Comme par miracle, ces partis et associations de soutien vont découvrir que sans toi, la Guinée va disparaître. Cette idée ancrée dans l’inconscient populaire c’est tout naturellement que le « dadis ou la mort » sera le nouveau slogan qui remplacera «  l’impérialismou, le colonialismou, le néocolonialismou… de qui vous savez. Ce sont ces partis et associations qui t’imposeront d’ôter la tenue pour te faire passer de la station de président auto proclamé à président proclamé, ce qui cassera définitivement la plume des journaliste dont certains, les plus turbulents, devront venir chercher leur pitance dans ta poche pour caler l’estomac de leur famille. Et toi, la bouche en o et la main au cœur, tu diras «  Papa tu as vu, ce n’est pas moi dè, Au nom de Dieu ! Et moi ‘ Wade), je dirai à la communauté internationale à qui tu auras fait des promesses, encore des promesses et toujours des promesses : c’est pas la faute à mon fils. Puisque le peuple le demande, laissons la Guinée aller aux CNDD (Constitution Nationale D’élections Démagogiques).


Il faudra promettre, encore promettre et toujours promettre de financer les associations de femmes et de jeunes : tu leur demandes de se constituer en associations de 200 personnes et tu leur promets un financement de 200 millions par association si tu es élu. Il te faut pour cela créer une agence de financement logée à la présidence qui recevra des financements de «  patriotes » aisés à qui tu rétrocéderas des marchés de gré à gré moyennant commissions sur la base de promesses, encore de promesses et toujours de promesses.


N’hésite pas de promettre : quand tu roules quelqu’un à qui tu as promis de l’or sur le dos du peuple, il n’ira pleurer que sur la poitrine de son épouse, il ne le dira à personne : crée donc des transhumants en soudoyant tous les secrétaires généraux adjoints des partis d’opposition ou des syndicats qui veulent être vizir à la place du vizir. Pour des promesses et encore des promesses, ces Iznogoog se transformeront en défenseurs acharnés du dady ‘s show.

Moussa, tu es envoyé des cieux pour sauver la Guinée. Tu as la voie royale libre car chaque guinéen compte sur son voisin pour sauver le pays. Mais la femme du voisin dit toujours à son époux : « qui est fou ? »

L’espoir de la Guinée n’est pas d’avoir un Obama guinéen : il n’y en a pas. L’espoir de la guinée et en passant, du Sénégal, du Tchad, du Congo n’est même pas que OBAMA LUI-MEME VIENNE VISITER CES PAYS ET SIFFLE L’ARRET DU MATCH.


N’ayons plus la prétention de compter sur « nous-mêmes ». Cette théorie date de 1958. Elle est périmée. Ne comptons plus sur le FMI ou la Banque mondiale : leurs théories sont balayées par les crises actuelles qui ont définitivement disqualifié leur capacité d’analyse et de prévision. Ne comptons pas sur l’émigré hongrois ni sur son épouse italienne, ni sur les racistes espagnols, portugais et autres anciens colonisateurs. Ne comptons pas sur nos forces armées en guerre uniquement contre leur propre peuple. Ne comptons pas sur les secrétaires généraux de partis politiques, de syndicats, et d’organisations de la société civile qui habitent des palaces et qui demandent à leurs militants d’investir la rue. Ne comptons plus sur nos enfants qui prennent les armes et qui rendent veuves nos filles. Ne comptons plus sur nos intellectuels tellement courageux loin de la cravache.


Quel est le Grand Horloger qui a décidé qu’en tel lieu il y aura un Wade, un Camara ou un Deby. Pouvons nous compter sur lui. Sait-il mieux que nous ce qui est bien pour nous ? Nous apportera-t-il à temps voulu la solution tant attendue ?


C’est avec une immense conviction et un incommensurable espoir que j’attends de Lui, la libération de nos peuples martyrisés. Mais en attendant, il n’est pas mauvais de nous aider car c’est la condition première de Son Intervention.

Mon seul problème est que plus les choses vont, plus je pense qu’Il loge, quand il lui arrive de faire des passages sur terre…à Washington où Ses Prescriptions Divines sont édictées.

Et si DIEU avait l’intention de faire la même chose encore et encore en Guinée, au Sénégal, au Tchad, au Congo, qui va récolter les pots cassés ?


Donc une seule solution : nous ne pouvons compter que sur l’épouse du voisin. Quand elle dira à son époux: « mon bonhomme, lève toi, va dans la rue et crie que je t’entende d’ici : NOUS EN AVONS ASSEZ ! Puis va t’en nous ramener notre honneur et notre dignité bafouillées sans oublier nos valeurs perdues !»

 

El Hadj Hamidou Diallo.