Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La langue maternelle transmise de génération en génération constitue un élément important de l’identité de toute communauté. Il est donc important qu’on la pérennise, la protége et la garde précieusement dans nos communautés respectives. Et cela pour un certain nombre des raisons principales.

D’abord en tant que déterminant identitaire, la langue maternelle est un élément de la diversité et de la richesse culturelle de nos communautés. La langue maternelle est dans notre société d’aujourd’hui comme signe de différence positive et/ou négative. Elle peut être une manière de regarder, de voir l’autre, de concevoir les relations avec les autres.

Ensuite, la langue maternelle est un outil de transmission des savoirs, de la connaissance de l’histoire, des ancêtres fondateurs. Elle permet de transmettre l’éducation de base au sein des communautés. Par exemple chez le peuple peul Mbororo du Tchad, le « PULAAKU » qui est le code de conduite morale que doit assumer tout peul est enseigné uniquement en langue maternelle peule.


LE ROLE QUE JOUE LA LANGUE MATERNELLE DANS LA SOCIETE


En se basant sur ma langue maternelle autochtone « PEULE MBORORO», une langue très belle et chantante, il est vital pour nous de la préserver. Cette langue, aujourd’hui, joue un rôle essentiel dans notre société. En effet face aux mutations diverses (sédentarisation, disparition du cheptel et des espaces naturels de migrations saisonnières, scolarisation, etc.) qui affectent la communauté, elle constitue le principal référentiel culturel porteur de notre identité et de nos traditions. Comme dit plus haut, elle est à la fois, le réceptacle de conservation et le véhicule de transmission de nos manières d’être et de nos savoirs faire traditionnels. Bref elle nous permet de léguer nos us et coutumes de génération en génération. Or cette langue aujourd’hui se trouve menacée et risque de disparaître avec ses richesses innombrables et incalculables. Les enfants peuls parlent plus le français et l’arabe, langues couramment parlées au Tchad au détriment de leur propre langue maternelle. La langue peule est alors seulement conservée dans son intégralité par les Personnes âgées.

En outre, Il est évident aujourd’hui, compte tenu de la marginalisation et de la discrimination dont sont victimes ce peuple, en sus de ce qui a été mentionné plus haut qu’il existe d’autres phénomènes qui précipitent la disparition de cette belle langue. On peut noter entre autres :

- Le refus de parler leur langue maternelle par les jeunes générations au motif que les autres vont se moquer d’eux dès qu’ils vont se rendre compte qu’ils appartiennent à la communauté Mbororo.

- L’influence néfaste des langues locales suite aux nécessaires migrations imposées par la recherche de nouveaux pâturages; - l’utilisation permanente de la langue arabe comme langue de dialogue dans des secteurs publics comme les hôpitaux, les écoles, les marchés ...

Il est très important de noter un dernier phénomène, le mélange avec d’autres langues fortes. De plus en plus, les jeunes remplacent certains mots de leur langue maternelle par l’équivalent en arabe ou en français en parlant entre eux.

Il est très important que les parents donnent à leurs enfants l’envie de protéger leur langue maternelle et ses savoirs faire traditionnels, par exemple, en organisant des activités culturelles comme : le théâtre, les danses traditionnelles, la musique, la poésie, etc. Cela peut se faire au moins une fois dans l’année en célébrant la journée internationale de la langue maternelle qui est célébrée le 21 février de chaque année.


HINDOU OUMAROU IBRAHIM Coordinatrice AFPAT Contact: (+235) 629 25 19 hindououmar@yahoo.fr