Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Soudan : l'envoyé d'Obama critique les sanctions
 
L'émissaire du président Barack Obama au Soudan s'est prononcé pour la levée des sanctions contre le régime de Khartoum.


Scott Gration, qui s'exprimait devant la Commission des affaires étrangères du Sénat, a affirmé que le Soudan n'était pas un Etat terroriste.

Il a soutenu que les services de renseignement n'ont jamais présenté aucune preuve.

"C'est une décision politique", a-t-il martelé.

Il a expliqué que les sanctions américaines ne faisaient "en réalité que freiner la mise en chantier" d'infrastructures dans le sud du pays.

Il a cité le cas du matériel de construction de routes ou d'équipement informatique destiné aux écoles, des biens que les entreprises américaines ne peuvent pas exporter légalement du fait des sanctions.

Le Soudan a fait son apparition sur la liste des Etats soutenant le terrorisme du Département d'Etat en 1993.

Les trois autres pays inscrits sur cette liste sont Cuba, l'Iran et la Syrie.

La déclaration de cet ancien général de l'armée de l'Air à la retraite pourrait préfigurer un changement de cap de Washington.

Les O.N.G. dont les relations avec le régime de Khartoum sont tendues pour une bonne partie, ont réagi de façon mitigée à l'audition de M. Gration.

"Mais qu'a fait Khartoum pour mériter (la levée des sanctions) ? s'est demandé John Norris, un responsable de Enough Project.

"Je ne pense pas que le comportement (du Soudan) appelle à une telle récompense", a-t-il ajouté.

Depuis 2003 le conflit au Darfour a fait au moins 300 mille morts et plus de 2 millions 700 mille déplacés.

Le président soudanais Omar El Béchir est sous le coup d'un mandat d'arrêt international émis par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour.

L'émissaire du président américain a cependant estimé que la situation avait notablement évolué sur place et que le niveau des violences avait sensiblement baissé.