Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

                         Contexte : Tout est parti du fait que le Professeur Henry Louis Gates, Jr., un noir qui enseigne dans la fameuse Université Harvard a été appréhendé par la police le jeudi 16 juillet 2009 à 12 : 44 dans la ville de Cambridge située dans l’Etat du Massachusetts où se trouvent sa résidence et l’Université. Cet incident a réveillé les vieux démons du racisme et la perception selon laquelle les noirs s’estiment ciblés par les services de l’ordre de manière injuste et disproportionnée.   

 

Beaucoup des voix se sont élevées pour décrier le comportement du Sergent Crowley, policier blanc qui a menotté le Professeur Gates, Jr.   C’est ainsi que lors d’une conférence de presse à  la Maison Blanche, les journalistes ont voulu savoir ce que pensait le Président Obama par rapport à l’incident.  Dans sa réponse, le Président Obama a estimé que la perception des hommes noirs est une réalité et que l’action de la police de Cambridge « était stupide ».    Les réactions des médias et beaucoup d’autres  n’ont pas attendu longtemps.   Nombreux sont ceux qui ont estimé que le Président Obama n’aurait pas dû aller dans ce sens dans la mesure où il est le Président des Etats-Unis.  Il est aussi l’ami du Professeur Gates, Jr.    Et même s’il n’était pas l’ami du Professeur, il devrait rester au dessus de la mêlée.  Qu’il ait dit « l’action de la police était stupide » ou « c’était stupide » importe peu.  Beaucoup des citoyens ont estimé que le Chef de la Maison Blanche s’était montré plus sensible par rapport à cette question et que sa réponse semble s’aligner sur la position des noirs par rapport à cet incident.  Les citoyens estiment qu’il  doit maintenir sa balance qui a fait de lui l’enfant chéri de l’électorat. 


Pour essayer de calmer les esprits, il fallait convier les acteurs de la crise autour d’une table pour dialoguer.   C’est de cela qu’est parti le besoin d’un mini sommet de paix à la Maison Blanche.  Le Professeur Gates et le Sergent Crowley ont été donc invités le jeudi 30 juillet 2009 dans le Jardin Rose.  Ils se sont assis autour d’une table en compagnie du Président Obama et du Vice-président Biden.  


Le verdict n’est pas encore tombé mais au moment ou nous mettons sous presse, tout porte à croire que la retrouvaille a bien valu la peine.   Les médias américains ont aussi codé le mini-sommet  « le sommet de la bière » étant donné que les participants, à l’exception du Vice-président, ont bien dégusté leur bière de choix.


Les quatre gentlemen ont passé des moments très agréables.  Ils ont convenu de déployer tous les efforts pour aider les communautés américaines à recourir à la sagesse et au calme pour régler les conflits intercommunautaires et instaurer un climat de confiance et d’harmonie durables dans le pays de l’Oncle Sam.

Les Africains, surtout ceux de l’Afrique Subsaharienne, peuvent-ils tirer profit de cette expérience ?