Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Ce mois de juillet  2009 est riche en actualité politique  pour ne pas dire les faits et gestes du Président Idriss Déby.Il y a tout d’abord ses interviews accordées à France 24 et à l’hebdomadaire Jeune Afrique. La question qu’on se pose est de savoir pourquoi deux medias hexagonaux lui accordent des interviews presque au même moment ? Alors qu’Idriss Déby est loin d’être un bon client pour la presse étrangère  tel un Mobutu ou dans une certaine mesure Hisseine Habré. La seule chose qu’il a prouvé, c’est sa médiocrité face aux questions des journalistes. Sur le fond, aucune annonce n’est faite mise à part, le fait qu’il cherche à justifier la dilapidation accélérée des ressources pétrolières. Sa rhétorique est  « Voyez la capitale, en 1990, lorsque j’ai pris le pouvoir, il n’y avait rien ; aujourd’hui toute la ville est en chantier et j’ai construis  2000 kilomètres de route… ». Comment peu t-il osé comparer sa prise du pouvoir en 1990 et la situation d’aujourd’hui 

N’a-t-il plus de conseillers en communication compétents  pour lui rappeler que le Tchad est un état pétrolier depuis 2003 et que sa comparaison n’est qu’une  fumisterie de plus ?                                                            

Puisqu’il affectionne apparemment comparer les époques,  je demande bien à ses conseillers de lui transmettre cette question : Monsieur le Président, quelle a été votre réalisation dont vous êtes fier de décembre 1990 date de votre prise de pouvoir à octobre 2003 date de la production pétrolière ? 

Pour vous faciliter la tâche, je déduis les réalisations mises déjà en chantier ou ce dont les financements étaient déjà acquis par votre prédécesseur  Hisseine Habré :

 

-          Palais du peuple (rebaptisé palais du 15 janvier) disparu le fond de 5 milliards prévus pour l’entretient des locaux pendant 15 ans. Ce fond avait  été négocié en même temps que l’accord de la construction dudit palais par la Chine

 

-          Hôpital de la Liberté (juste à coté du palais du 15) le projet initial est de 6 milliards. Il avait été amputé de 2 milliards de francs

 

 

-          Le bitumage du Boulevard Pompidou. Le projet de construction à couté 30 milliards de francs. Il a été amputé de 4 milliards de francs à votre demande par Daoussa Déby à la société SATOM. Les documents se trouvent encore à la maison mère de SATOM avec la signature et le mandat donné à Daoussa.

 

-          La rénovation du siège de l’assemblée nationale de Chagoua. Il n’a jamais été rénové 8 milliards de francs engloutie

 

 

-          Les fonds du PADS (programme d’action pour le développement social) dont l’organisme d’exécution visible était  l’ATETIP (Agence tchadienne d’exécution des travaux d’intérêts publics) 120 milliards de francs. Pour ce programme, rien à dire. Une véritable catastrophe. Il n’y a pas plus de 20 milliards qui ont réellement été injecté. Seul le Ministre Mahamat Ali Hassane doit savoir ce qu’est devenu les 100 milliards disparus.

 

-          C’est sans compter les centaines autres projets financés par l’étranger et en particulier  les projets du fond européen de développement (FED) dont votre camarade de lycée, Abderamane Koko veille toujours en sa qualité de ministre de l’éducation pour le suivi vers vos comptes bancaires.

 

Les points communs a tous ces détournements est que c’est le « disparu » Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh qui les avait négociés en sa qualité de Ministre du Plan et de la Coopération. Donc la question qui s’impose. Est ce qu’Idriss Déby, en le faisant disparaître n’a-t-il pas aussi voulu enterrer des dossiers compromettant ? Sinon comment se permet t-il de dire ce que le plus idiot des tchadiens n’ignore pas ?

Je reviendrais la semaine prochaine pour évoquer son périple sur la terre natale de Mahamat Nouri. Que cherche t-il à prouver en allant à la rencontre d’une population qui lui est hostile ? Cela ne ressemble t-il pas à un certain Hisseine Habré allant fêter  son 7 juin 1990 à Iriba sur les terres des légionnaires islamiques à la solde de la Lybie et du Soudan ? Heu…pardon ! Je voulais dire les résistants à la dictature qui ont apporté par leurs courage la démocratie au Tchad le 1er decembre 1990 soit six après l’annonce à Iriba de leurs anéantissements  par les vaillantes forces armées nationales tchadiennes (FANT).

Pierre Issack                                                                                                                                                                                                  
 Ndjaména – Aéroport