Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Interview avec M. CHOUA DAZI, Président du Mouvement pour la Démocratie et la Justice au Tchad(MDJT).

 

 

Tchadhanana 1 : Bonjour Monsieur le Président, le blog Tchadhanana vous remercie au nom de ses lecteurs d’avoir accepté cette interview qu’ils attendaient depuis longtemps.

M. Choua Dazi : C’est moi qui vous remercie de me donner l’opportunité de m'exprimer sur votre blog.

Tchadhanana 2 : On lit à travers la presse en ligne des communiqués de presse portant sur le MDJT. Cela donne l'idée de l'existence de plusieurs factions dissidentes. Que faut-il retenir du MDJT actuellement ?

M. Choua Dazi : Ecoutez, il existe un seul mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT) sur le terrain et dont je suis le président. Le MDJT reste un mouvement bien structuré contrairement à ce que d’aucuns veulent le faire croire. Cependant, il faut que chaque membre du mouvement respecte le statut et le règlement intérieur. Cela veut dire que j’ai été élu démocratiquement suite au congrès de Zoumri qui a eu lieu du 27 décembre 2004 au 9 janvier 2005.
Par contre, ceux qui parlent au nom du mouvement en publiant des communiqués de presse sur le net, nous les considérons comme des agents à la solde du régime de N’djamena qui œuvrent pour déstabiliser le MDJT, ils veulent lui donner une mauvaise image auprès de l’opinion nationale et internationale. Quant à ces factions dissidentes auxquelles vous faites allusion, que les choses soient claires, il y a eu certes de divergences mais ce problème interne a été résolu et la page est désormais tournée.

Tchadhanana 3 : Le Président fondateur du MDJT, feu Youssouf Togoïmi, est mort en Libye en 2002. Les autorités libyennes ont refusé de remettre le corps du défunt à ses frères d'arme du MDJT mais aussi et surtout à sa famille qui le réclame toujours. Ce comportement prouve à suffisance que feu Youssouf Togoïmi a été victime d'un assassinat. Que pouvez-nous dire à ce sujet et qu'avez-vous fait concrètement au sein du MDJT ?

M. Choua Dazi : Nous avons à l’idée de négocier avec les autorités libyennes afin qu’elles nous restituent éventuellement le corps de feu Youssouf Togoïmi, qu’il soit enterré sur la terre de ses ancêtres au Tibesti, en même temps nous allons tenter d’élucider cette affaire et connaitre ce qui s’est réellement passé, avant de nous prononcer sur cette affaire. Mais malheureusement, une partie de sa famille, c'est-à-dire ses frères s’acharnent à torpiller nos efforts auprès des libyens sous prétexte que c’est une affaire familiale qui ne concerne qu’eux. Malgré tout, je pense qu’il est de notre responsabilité de faire la lumière sur toute cette affaire, nous ferons tout notre possible.

Tchadhanana 4 : Ce dernier temps, la situation reste confuse au sein de l’opposition politico-militaire. La mauvaise gestion des biens communs, le tribalisme et l’injustice sont à la une à l’Est du pays. Que pouvez-nous dire à ce sujet ?

M. Choua Dazi : La position du MDJT est très claire sur ce point, la lutte contre le régime de N’djamena reste notre objectif commun, il est temps que nous prenons conscience et que seul le rassemblement de tous les mouvements sans la base de clivages, c’est à dire sans distinction entre tous les Tchadiens, avec un programme politique sérieux et transparent qui prend en compte l’intérêt du peuple et celui de la jeunesse particulièrement.

 

Tchadhanana 5 : Avez-vous des contacts avec les différentes factions rebelles de l’Est ?

M. Choua Dazi : Oui nous avons un contact permanent avec les leaders des mouvements politico-militaires afin d’unifier nos idéaux et travailler ensemble. Malgré nos efforts en ce sens, il est difficile de réussir ce pari, l’unité nous fait toujours défaut. Par le passé, nous avons adhéré à l’alliance nationale(AN) présidée par le général Mahamat Nouri, sans condition préalable, ni postes, ni matériels sauf l’unité au sein de l’opposition armée nous importe pour faire face au changement qui adviendra et que le peuple tchadien a tant besoin. On a aussi tenté d’adhérer à l’UFR mais on s’est retiré à cause de l’attitude de son président Monsieur Timan Erdimi.

Tchadhanana 6: La nomination de Timane Erdimi à la tête de l’UFR a suscité des réactions à tort et à travers. Il y a ceux qui ont refusé publiquement cette nomination et d’autres intelligemment. Quelle est la position du MDJT par rapport à cette nomination ?

M. Choua Dazi : Encore une fois la position du MDJT est très claire sur ce point, la lutte contre le régime clanique et tribal de N’djaména demeure notre objectif. Ceux qui ont refusé ou accepté la nomination de Timan erdimi cela n’est pas notre affaire. Notre objectif, c’est l’unité de tous les mouvements au sein d’un même groupe pour lutter ensemble et en finir une fois pour toute afin que ce genre de régime dictatorial ne soit pas cautionné à l’avenir.

Tchadhanana 7: Le régime Deby se cramponne au pouvoir au prix de combats fratricides, des dépenses financières gigantesques, d'une dictature clanique féroce. Quelle stratégie militaire et politique selon vous peut-elle permettre à la rébellion d'abréger la souffrance du peuple tchadien ? Comment voyez-vous l'après Deby dans l'immédiat ?

M. Choua Dazi: Tout d’abord, si nous voulons un changement de la vie politique au Tchad, il faut un regroupement de toutes les forces politico-militaires pour les fédérer dans un seul mouvement de résistance géré par quelqu’un de consensuel avec un programme bien déterminé et précis pour réussir ce changement, aussi, donner l’occasion à la jeunesse tchadienne d’être impliquée dans la gestion de ce mouvement pour aboutir au départ de ce régime ; car l’avenir du pays en dépend.


Sur le plan militaire, tous les hommes et les matériels doivent être sous l’ordre d’un seul état-major qui doit recevoir ses directives du président du mouvement. Je voudrais dire que toutes les tentatives des tendances ethniques par le passé avaient échoué. Nous ne voulons pas que les mêmes erreurs produisent les mêmes effets. Je profite de cette occasion pour lancer vivement un appel à toutes les forces patriotiques sur le terrain, sans distinction, pour la mise en place des organes dont j’ai énuméré dans un court délai pour sauver le peuple tchadien.

Quant à l’après Deby, dans l’immédiat un gouvernement de transition doit être mis en place et un forum national doit être convoqué qui réunira toutes les couches sociales pour préparer des élections libres et transparentes dans un court délai qui ne doit pas excéder les douze mois, assurer la sécurité des biens et de personnes et apporter la quiétude à toutes et tous en veillant que les spectres du passé ne resurgissent.

 

 

Tchadhanana 8 : Le ralliement de vos frères d'armes Hassane Mardégué, Dr. Brahim Tchouma, etc.… avait beaucoup surpris. A ce jour, les causes de leur dépôt d'armes restent à élucider. Entre autres raisons, on a parlé à l'époque d'un sabotage opéré par le Général Adoum Togoï, d'une scission due à l'affaire El Para et de l'impossibilité d'unifier et de gérer convenablement le mouvement après la mort de feu Youssouf Togoïmi. Que pouvez-vous nous dire concrètement sur cette période cruciale du MDJT ?

 

Oui, effectivement, il y a eu deux acteurs qui sont responsables de la réduction de l'efficacité du MDJT à savoir  le Général Adoum Togoï et derrière lui la médiation libyenne. Quant au ralliement de Mr Hassan Merdegue, Dr Brahim et leur groupe, c'est un coup orchestré parle tyran Deby afin d’affaiblir le mouvement d'où l'empressement de ceux-ci a regagné le régime fantoche de N'djamena.
A cette époque, j'étais à l'extérieur du Tchad. On a tenté de réorganiser le mouvement, je n'avais aucune ambition pour arriver à la tête du mouvement. C'est feu Youssouf Togoimi qui a conseillé à plusieurs occasions de me designer pour prendre la tête du mouvement. Malgré tout, nous continuerons notre lutte pour réaliser les rêves de feu Togoimi pour que règne la justice au Tchad, cela reste notre conviction. Malheureusement, l'opportunisme et le matérialisme sont de grands obstacles pour la réalisation de ces vœux au Tchad.


Tchadhanana 9 :
Vous êtes un militaire expérimenté et au fait de biens de réalités tchadiennes. Comment évaluez-vous la force militaire du régime Deby ? Outre l'unité des forces, comment la rébellion doit s'y prendre pour parvenir à renverser le pouvoir de N'djaména ? Certains soutiennent qu'il faut ouvrir plusieurs fronts, notamment au nord et au sud dans le but de disperser les forces gouvernementales. Quel est l'avis de l'opposant-rebelle ?

 

 

M. Choua Dazi :

a- Effectivement, c'est une question fondamentale, les ambitions personnelles et les guerres intestines que se menaient les rebelles entre eux ont permis au régime dictatorial en place d'acquérir un arsenal impressionnant, qui est sans précédant. Cependant l'histoire nous a démontré par le passé que ce ne sont pas des armes qui gagnent mais plutôt seule la détermination des hommes avec une volonté politique pour réaliser le souhait du peuple.

b-Comme je l'ai dit dans mes réponses précédentes. A mon avis, il faut impérativement la mise en place d’un seul organe militaire avec une stratégie sous l'ordre d'un commandement unique. Je pense que la victoire n'est pas par le nombre, mais par la capacité structurale des hommes disciplinés et de leur engagement conduit par une volonté politique déterminante.

c-Ecoutez, je pense que l'ouverture de plusieurs fronts répond à une stratégie militaire, selon les moyens et le nombre des hommes dont on dispose sur le terrain. En tant qu’opposant, on doit se sacrifier pour la patrie et de l'intérêt du peuple, il faut tenir cet engagement.


Tchadhanana 10:
Comment appréciez-vous la presse en ligne, particulièrement blogs et sites Internet tchadiens ? Le MDJT a été l'un des premiers mouvements armés à avoir son site Internet, mais depuis c'est le black out total. Pourquoi ?

 

M. Choua Dazi: Je pense que certains sites servent la cause et d'autres non. Cependant, je constate qu'il y a des sites comme le votre qui font un travail remarquable qu'il faut le reconnaitre.
C’est vrai que le MDJT avait un site Internet, cependant nous avons dû suspendre ce site à cause de problèmes internes. En revanche, nous sommes entrain de nous atteler à cette tâche, c'est à dire pour la mise en place d'un nouveau site qui sera disponible très prochainement.

Tchadhanana 11: Quel est votre sentiment général sur l'état du pays ?

M. Choua Dazi : Il est triste de constater l'état déplorable de notre pays, actuellement à l'ère où nous sommes, c'est ce qui nous a conduit à prendre les armes pour faire face à cette situation injuste; la mauvaise gestion des bien communs nous a conduit à cela. Il est temps que les politico-militaires et les parties politiques doivent cesser de se plonger dans les querelles inutiles qui mènent le pays vers le chaos. L'injustice généralisée qui touche toutes les franches de la population à cause de cela, c'est notre engagement pour sauver ce pays. Je lance solennellement un appelle à la jeunesse tchadienne afin de se mobiliser pour sauver leur pays, ils sont le fer de lance du pays et de l'avenir du Tchad.

 

Propos recueillis par ABDALLAH CHIDI DJORKODEI